Des esprits et des âmes, histoires d’une culture proche de la nature. Chroniques amérindiennes
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Des esprits et des âmes, histoires d’une culture proche de la nature.  Chroniques amérindiennes

« Chez les Hurons, comme dans tant d’autres peuples, il existe une infinité d’histoires qui sont racontées de génération en génération, de père en fils, de grand-père en petit-fils. Il y a des histoiresqui se racontent seulement autour des feux de l’hiver, des histoires qui racontent comment les esprits ont appris aux hommes quoi manger et que chasser. Des histoires pour chaque situation de la vie, qui offrent une morale et un enseignement qui sont plus suivis que les conseils des anciens. Des histoires qui doivent être écoutées seulement par les hommes, ou les femmes. Des histoires secrètes que le chaman raconte seulement à son disciple. Mais il y a aussi des histoires sombres, gardées au plus profond du cœur de leurs protagonistes. Des histoires qui ne souhaitent pas être entendues. Des histoires qui ne devraient jamais être racontées. »

 

 

 

 

 

 

                Des indiens, des esprits, des animaux et une nature, voici les quatre angles de ces dix contes amérindiens qui nous immergent dans une culture respectueuse de tout ce qui les entoure, ainsi que de ses ancêtres.

 

 

 

 

© Schimpp, Alcatena– iLatina

 

 

                Des chasseurs rivalisent d’exploits. Des masques prennent possession de ceux qui les portent. Les âmes des humains se mêlent à celles des animaux. Windigo, Waukheon et Cheeno défient les vaillants guerriers. Les frontières entre la magie et les éléments se dissolvent dans des quêtes de soi que tentent de mener des indiens déterminés.

 

                Ode à une culture, à la nature et à ses mystères, Chroniques amérindiennes a la saveur de ces gros livres de contes et légendes que l’on nous lisait enfants. Gustavo Schimpp accroche le lecteur dans ces fables fidèles à une tradition orale qui a traversé les générations. Dans cette thématique indienne, une telle retranscription n’avait pas été faite depuis le début des années 80 et la série télévisée « Légendes indiennes » qui mettait à l’honneur les tribus du Canada, dans la mythique émission Récré A2.

 

 

 

 

© Schimpp, Alcatena– iLatina

 

 

                Dans un graphisme hachuré, Enrique Alcatena met dans ses personnages et ses décors toute la puissance de la nature. En quelques traits noirs, chaque ride des vieux chamans est dessinée une par une, chaque poil d’ours en furie est hérissé sur son dos. Certains planches pourraient paraître trop touffues lors d’un premier survol, mais on se rend vite compte que chaque indice graphique est savamment placé. La forêt et les personnages, humains ou animaux, se mêlent dans des compositions que n’auraient pas renié ces artistes de la hachure qui font des merveilles au stylo Bic comme le ghanéen Enam Bosokah, le chinois Liu Kaï, le coréen Il Lee ou le français Olivier Michel. Chez Alcatena, les hachures noires contribuent à cette confusion voulue entre décors et acteurs pour mieux immerger le lecteur dans le monde amérindien.

 

                Nouvelles venues, les éditions iLatina ont pour objectif d’éditer en français des bandes dessinées d’Amérique du Sud, nouveautés, classiques oubliées ou perles passées inaperçues. Nous reviendrons très prochainement sur leurs autres parutions, aussi variées qu’attrayantes.

 

 

 

 

© Schimpp, Alcatena– iLatina

 

 

                Si Yakari est une excellente série de BD pour les enfants, elle contribue à initier un intérêt pour les indiens que les passionnés poursuivront, toujours sous la plume de Derib, avec le très réaliste Celui-qui-est-né-deux-fois. Pour creuser le sujet, ces Chroniques amérindiennes sont l’étape suivante pour rester dans cet univers en faisant le grand écart entre une civilisation spécifique et l’imaginaire qui y est attaché.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

PS : Nous devons tous rester chez nous, sauf nos amis de la santé et de la distribution alimentaire à qui nous pensons très fort. En ces temps compliqués, quoi de mieux que de lire des BD. Pour acheter ces beaux albums, si les librairies ont dû fermer leurs rideaux, n’oubliez pas que beaucoup d’entre elles proposent des services de vente par correspondance sur leurs sites. Alors, avant de vous précipiter sur les sites d’Amazan ou de la Fnoc, vérifiez si votre libraire de quartier ou de plus loin le fait.

 

 

One shot : Chroniques amérindiennes 

 

Genre : Contes et légendes 

 

Scénario :  Gustavo Schimpp 

 

Dessins : Enrique Alcatena 

 

Traduction : Thomas Dassance 

 

Éditeur : iLatina

 

Nombre de pages : 160

 

Prix :  24 €

 

ISBN : 9782491042028

 



Publié le 21/03/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020