Des plumes au poil. Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Des plumes au poil.  Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler

 

« - Ce n’était pas un atterrissage très élégant.

- Je regrette… Je ne pouvais pas faire autrement.

- Dis donc, tu sens vraiment mauvais ! Qu’est-ce que tu as sur le corps ?

- J’ai été atteinte par une vague noire. La malédiction des mers : une nappe de pétrole rejetée par un bateau. Je vais mourir !

- Mourir ? Ne dis pas ça ! Tu es fatiguée et sale. C’est tout ! Va au zoo, ce n’est pas loin , et les vétérinaires pourront t’aider.

- Je ne peux pas… C’était mon dernier vol... »

 

 

 

 

 

 


 

                Surprise par une vague noire surgie d’un pétrolier, la mouette Kengah parvient à se nettoyer tant bien que mal et à reprendre son envol. Arrivée à Hambourg, ses ailes refusent de la porter plus loin et elle atterrit sur un balcon où se prélasse un chat, un grand et gros chat noir prénommé Zorbas. Avec ses dernières forces, Kengah pond un œuf et fait promettre trois choses à Zorbas : 1.Ne pas manger l’œuf; 2.S’en occuper jusqu’à la naissance du poussin; 3.Lui apprendre à voler. Le rejeton s’appellera Afortunada. Aidé (ou pas) par chats, rats et chimpanzé, Zorbas réussira-t-il à tenir ses promesses ?

 

 

 

 

© Cever, Sepulvada - Caurette

 

 

                En 2018, Cever remarque un livre qu’a laissé traîner sa fille et dont le titre l’interpelle: "Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler". Il le dévore en moins d'une heure et l’imagine en BD. Cever mène alors une carrière scientifique et sa vieille passion de dessinateur reprend le dessus. Luis Sepulveda, qui nous a quitté en 2020, accepte l’adaptation en voyant les premiers croquis.

 

                Cever met en exergue la substantifique moelle du roman de l’auteur chilien vendu à cinq millions d’exemplaires. Solidarité, tendresse, nature et poésie synthétisent les relations entre Zorbas et Afortunada. Alors que l’instinct du chat aurait été de croquer la mouette Kengah, puis sa progéniture, le félin se sent investit d’une mission improbable. Alors que les auteurs, que ce soit l’écrivain d’origine, ou bien son adaptateur, auraient pu facilement adopter un traitement fantastique, ils restent le plus cartésiens possibles. Le ton est scientifique, le trait est réaliste. Cever parvient à y instiller une émotion non dissimulée comme dans la scène où les chats enterrent Kengah.

 

 

 

 

© Cever, Sepulvada - Caurette

 

 

                Dans un noir et blanc des plus purs, Cever honore les mots de Sepulveda et les paroles de ses personnages. Le média BD se met au service du média littérature. Le dessinateur fait évoluer son découpage selon les besoins, de planches classiques à de grandes vues sur des doubles pages. L’arrivée de Kengah à Hambourg, dans des battements d’ailes épuisants et dans des cases incrustées est remarquable. Dans un autre ordre d’idées, on peut s’amuser à chercher au fil de l’album les clins d’œil de Cever à Franquin et à Hergé.

 

 

 

 

© Cever, Sepulvada - Caurette

 

 

                « Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler » est un classique contemporain de la littérature jeunesse. Sa transposition en BD a tout pour devenir un classique des adaptations.

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler 

 

Genre : Aventure animalière 

 

Scénario & Dessins : Cever

 

Adapté du roman de : Luis Sepulveda 

 

Éditeur : Caurette

 

Nombre de pages : 96

 

Prix : 17,95 €

 

ISBN : 9791096315956

 

 

 

 



Publié le 31/12/2021.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2022