Divin. Divine
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Divin.  Divine

« - Quelqu’un peut m’expliquer ce qu’il s’est passé ?

- C’est-à-dire que…

- C’est de ma faute ! Aïe ! Camille m’a provoquée !

- Allons, allons !

- Pffff ! Quel sale menteur !

- Sarah, une jeune citadine ne doit pas se comporter comme une vulgaire campagnarde… Ce n’est pas convenable !

- Si ! Si ! Je recommencerai quand même, si on me défie encore ! Et je ferai toute ma vie ce que j’ai envie de faire ! Quand même ! »

 

 

 

 

 

 

                Sarah Bernhardt est née femme forte et déterminée. Dès sa petite enfance, elle annonçait vouloir de sa vie ce qu’elle aurait envie. Ce sentiment va diriger sa carrière et faire d’elle la plus grande star, même si on ne les appelait pas comme ça, de son époque.

 

                De l’infirmière altruiste dans les années 1870 auprès des blessés de guerre contre les prussiens à la tragédienne inspirée qui construit sa légende, Eddy Simon et Marie Avril racontent l’histoire de Sarah Bernard, celle qui rajoutera un « h » et un « t » pour monter sur les planches.

 

 

 

© Simon, Avril - Futuropolis

 

 

 

                L’insoumise, L’aventurière et Je me quitte sont les trois actes de cette biographie objective qui met en exergue la carrière théâtrale de la comédienne qui, de 1871 à 1880, construira sa légende sur les planches. « La voix d’or » de Victor Hugo et « Le monstre sacré » de Jean Cocteau sont les deux facettes de l’unique talent de Sarah.

 

                L’album fourmille d’anecdotes. Certaines ont traversé les siècles, comme la scène où Sarah Bernhardt se fait livrer un cercueil pour dormir dedans. D’autres sont moins connues comme la façon dont elle laisse une tâche d’encre décider du sort de son contrat. Il n’est pas étonnant que l’album soit sous-titré Vie(s) de Sarah Bernhardt.

 

 

 

 

© Simon, Avril - Futuropolis

 

 

                A travers ce destin romanesque, c’est aussi l’histoire d’une fin de siècle et du début d’un autre que racontent les auteurs. Paris se façonne pendant que le monde bouge. Jusqu’au bout Sarah ne laissera pas l’Histoire s’écrire sans elle. On verra comment, affaiblie et amputée d’une jambe gangrénée, elle ira jusqu’au front soutenir les poilus de la Der des Der.

 

                Eddy Simon n’en est pas à sa première biographie, puisqu’on lui doit aussi celles de Rodin, Eiffel et Renoir. Celle-ci se lit comme un roman. Le rythme rapide et saccadé, parfois un peu trop, des scènes immerge dans une vie de folie de cette dame pressée, forgée par la force que lui donnait son public, n’hésitant pas à donner de sa personne dans des combats politiques auprès de Zola ou contre la peine de mort. Toujours est-il qu’on sort de la lecture de ce livre avec le sentiment d’avoir connu personnellement cette grande dame.

 

 

 

 

© Simon, Avril - Futuropolis

 

 

                Marie Avril fait un double travail de dessinatrice de bandes dessinées et d’affichiste. Outre les têtes de chapitres, des illustrations pleines pages semblent issues de colonnes Morris. Somptueux. Morris… Morris… Lucky Luke. La re-lecture parallèle de l’album du cow-boy raconte l’aventure américaine de l’actrice dont il est juste fait allusion dans Divine. La confrontation des deux visions n’est pas si improbable que ça.

 

                On parle rarement du travail de l’éditeur et de l’imprimeur. Avec une couverture soignée aux lettres d’or, un rendu soigné des couleurs de l’autrice et une chronologie complémentaire en fin d’ouvrage, Futuropolis a fait de Divine plus qu’un livre un bel objet.

 

                Ce début d’année est faste en biographies dessinées toutes plus passionnantes les unes que les autres. Après La baronne du jazz (Steinkis) et en attendant Django main de feu (Aire Libre-Dupuis), Divine démontre comme ce genre sied parfaitement au neuvième art, qui au travers des images, fait passer la musique ou la voix de ces personnages qui ont contribué à l’histoire du monde.

 

                Bien que soufrant du poids des ans, toute l’émotion du talent de Sarah Bernhardt se retrouve dans cet enregistrement d’époque :

 

 

 

 

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

One shot : Divine 

 

Genre : Biographie 

 

Scénario : Eddy Simon 

 

Dessins & Couleurs : Marie Avril 

 

Éditeur : Futuropolis

 

Nombre de pages : 176

 

Prix :  22 €

 

ISBN : 9782754823166

 



Publié le 29/01/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020