Et si c’était vrai ? Ma retraite
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Et si c’était vrai ?  Ma retraite

 « - Vous n’auriez pas dû vous laisser pousser la moustache monsieur, vous savez que c’est dangereux.

- Fichez-moi la paix, Frau Gorshkow ! Qui s’en soucie ? Je suis un mort-vivant ! Je n’existe même plus. Je ne suis plus qu’une fichue ombre. J’ai besoin d’être de nouveau « moi »… ou ce qu’il en reste. A ce rythme-là, le jour où je reviendrai, personne ne croira qui je suis !

- Je sais que c’est très difficile pour vous monsieur, mais le Docteur Hemprich dit que vous allez déjà beaucoup mieux. Faites un petit effort !

- Que pouvez-vous savoir de mon malheur, Frau Gorshkow ? J’ai eu le monde à mes pieds ! Il faut perdre un monde entier pour pouvoir comprendre ce que je ressens ! Je parlais, et tous étaient pendus à mes lèvres. Je faisais ce que je voulais et personne n’osait le contester.  Mes chers compatriotes, hommes et femmes allemands !Nous vaincrons les ennemis de l’Allemagne ! Longue vie au national-socialisme et au Labensstand ! »

 

 

 

 

 

 

 

                1945. Le IIIème Reich a été vaincu par les forces alliées. Mais contrairement à ce que l’on a voulu nous faire croire, Adolf Hitler, le führer, n’est pas mort au Nid d’Aigle. Il a fait passer un cadavre pour le sien et s’est expatrié en Amérique du Sud, avec quelques généraux fidèles, dans l’espoir de revenir un jour au pouvoir. Mais pour cet homme diminué et usé par la haine qu’il porte en lui et les exactions qu’il a fait commettre, c’est une lente descente vers la déchéance qui l’attend.

 

 

 

 

© Martinez - Bang

 

 

                Abraham Martinez revisite les événements post-Seconde Guerre Mondiale, comme la proclamation de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, à travers le prisme de son principal instigateur. Mais plutôt que d’en faire un éternel méchant, il fait d’Hitler un être qui devient une loque humaine, un chasseur qui devient gibier, mais pas de ces gibiers qui se battent avec panache, plutôt de ces cibles semblables aux faisans apprivoisés qui une fois dans la nature sont perdus devant le fusil de leur bureau, ne sachant fuir car on ne le leur a jamais appris. Sans en faire un livre drôle, Martinez n’hésite pas à insérer des notes d’humour, légères mais cinglantes, comme ce premier faux passeport sur lequel la profession de l’homme en fuite est boucher.

 

 

 

 

© Martinez - Bang

 

 

                Dans une colorisation volontairement triste et sombre, avec un trait froid, des décors rigides et des visages ridés, Martinez pose sur ses personnages le poids de leurs drames. Que ce soit sur Hitler avec sa figure sans moustache dont les traits semblent abriter les millions de morts qu’il a sur la conscience, ou bien sur sa sœur Paula Wolf dont la seule honte est d’avoir eu le frère qu’elle a, les années de guerre pèsent plus lourd que tout ce que l’on pourrait imaginer.

 

 

 

 

© Martinez - Bang

 

 

                Ma retraite est le livre qu’aurait pu écrire Hitler après Mein Kampf. C’est Martinez qui en imagine le contenu, faisant de son album un livre d’Histoire pas si imaginaire que ça.

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

One shot : Ma retraite 

 

Genre : Uchronie 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Abraham Martinez 

 

Traduction : Léa Jaillard 

 

Éditeur : Bang ediciones

 

Nombre de pages : 116

 

Prix :  20 €

 

ISBN : 9788417178864

 



Publié le 02/03/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020