La bête n’est pas morte. Le Marsupilami - La bête 1
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

La bête n’est pas morte.  Le Marsupilami - La bête 1

« - C’est… C’est quoi cet animal ?

- Qu’est-ce que j’en sais, moi ! Un singe ! Les chasseurs Chahutas l’ont pris avec les autres dans leurs filets.

- Non, mais… Vous avez vu la couleur de son pelage ?!? Passez-moi votre lampe-torche, Tillieux !

- Le plus étonnant, c’est sa queue ! C’est bien simple, on dirait qu’un naturaliste bourré lui a collé un tuyau d’arrosage au cul.

- Singe ou pas singe, cet animal va peut-être me permettre de me refaire ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

Port d’Anvers. C’est l’histoire d’une tête de bielle qui a rendu l’âme à 130 miles des côtes du Brésil. La tuile ! Enfin, la tuile, ça sera plutôt les conséquences. Après la réparation des avanies, le navire vient donc de débarquer en Belgique. La halte forcée en haute mer n’a pas vraiment été appréciée par les passagers clandestins du bateau. Certains des animaux de contrebande ont ravagé leurs cages et ont pris le pouvoir dans les bas-fonds du navire. C’est ce que remarque l’armateur qui vient constater les dégâts. Parmi ces bêtes, il y a LA bête !

A l’école, le jeune Amaï est le souffre-douleur de ses petits camarades. Ce n’est pas facile d’être le fils d’un allemand dans la Belgique, quelques années après la guerre. L’enfant vit dans son monde. Au grand désespoir de sa mère, il recueille tous types d’animaux et transforme sa maison en véritable arche de Noë. La rencontre avec la bête va bouleverser sa vie.

 

 

 

 

© Frank Pé, Zidrou - Dupuis

 

 

Frank Pé est l’un des plus formidables dessinateurs animaliers du moment. On le savait depuis Zoo, la trilogie qu’il a signé avec Philippe Bonifay. On s’en doutait déjà bien avant, grâce à Broussaille, mais aussi grâce à un one shot aujourd’hui oublié qui mériterait une remise en avant dans une belle réédition : Comme un animal en cage, l’unique aventure de Vincent Murat, scénarisée par Terence. « La bête » d’aujourd’hui est un étonnant écho à cette œuvre de jeunesse.

 

 

 

 

© Frank Pé, Zidrou - Dupuis

 

 

Des cales sales d’un paquebot de contrebande à une jungle palombienne inextricable, Frank Pé montre un monde plus réaliste que ce que l’on avait pu avoir jusqu’à présent pour le Marsupilami, à part dans quelques histoires courtes des albums dérivés.

 

Zidrou situe le récit en 1955, époque à laquelle Spirou et Fantasio ont ramené l’animal de Palombie. L’introduction est proche de films comme Godzilla, Alien ou Les dents de la mer dans lesquels les monstres se devinent plus qu’ils ne se voient. De part son traitement plus adulte, de part la tension inhérente, « La bête » a tout d’un blockbuster.

 

 

 

 

© Frank Pé, Zidrou - Dupuis

 

 

Le potentiel d’un personnage comme le Marsupilami semble infini. Entre les mains d’artistes comme Frank Pé et Zidrou, son temple est bien gardé. La bête est un des must de cette fin d’année.

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Le Marsupilami - La bête

 

Tome : 1

 

Genre : Aventure

 

Scénario : Zidrou

 

Dessins & Couleurs: Frank Pé

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 156 

 

Prix : 24,95 €

 

ISBN : 9791034738212

 



Publié le 13/10/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020