La folle journaliste de Blackwell Island Asylum. Nellie Bly Dans l’antre de la folie
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

La folle journaliste de Blackwell Island Asylum.  Nellie Bly Dans l’antre de la folie

 

«  - Hé ! Comment osez-vous me toucher !

-   On ne fait pas de manières, ici, Mademoiselle. Vous êtes à l’hôpital, pas à l’hôtel.

-   Le juge m’a confié aux soins de cet homme. Je ne suivrai personne d’autre que lui.

-   Nellie partira avec le prochain bateau.

-   Ne me laissez pas ! Vous avez promis au juge de me protéger.

-   Je dois y aller.

-   Je vous en supplie, ne m’abandonnez pas ! Je vous en supplie, Docteur. »

 

 

 

 

 

 

 

1887. Pour enquêter sur l’asile d’aliénés de Blackwell à New York, Elizabeth Jane Cochrane, dite Nellie Bly, se fait passer pour folle afin d’être internée. Elle y vivra dix jours en immersion pour en tirer l’un des premiers reportages d’investigation de l’histoire du journalisme.

 

Alors que quatre versions différentes de 1984 son parues en l’espace de quelques semaines, c’est le troisième biopic de Nellie Bly qui paraît en quelques mois. Il y a eu celle de Cimino et Algozzino parue en juin dernier chez Steinkis, celle de Tavernier et Jarry publiée en août chez Steinkis. Qui de mieux que des femmes pour parler d’une femme exceptionnelle, pionnière du journalisme d’investigation ? Virginie Ollagnier et Carole Maurel font à leur tour pénétrer le lecteur dans l’antre de la folie de l’asile psychiatrique pour femme dont Nellie Bly veut dénoncer les pratiques de soins plus que douteuses.

 

 

 

 

© Ollagnier, Maurel – Glénat

 

 

Virginie Ollagnier montre en Nellie Bly une Elise Lucet de la fin du XIXème siècle. Il est clair que si la journaliste vivait à notre époque, elle serait une vedette de la télévision et présenterait Cash Investigation. La scénariste s’efface derrière Nellie Bly et se met à la disposition de son personnage. Elle met en évidence les engagements politiques de la journaliste qui n’avait pas peur de dénoncer des députés et les magouilles en tous genres. Dans une très intéressante interview menée en postface par Aurélien Ducoudray, scénariste et directeur éditorial de la toute nouvelle collection Karma, des vies, des révoltes, Ollagnier explique que Nellie Bly était engagée pour la défense du droit des femmes sans pour autant militer dans des mouvements d’émancipation féminine.

 

 

 

 

© Ollagnier, Maurel – Glénat

 

 

Carole Maurel, également interviewée en postface, s’est investie dans le projet jusqu’à lire 10 jours dans un asile, le livre de Nellie Bly, dès qu’on le lui a proposé. La dessinatrice a mené un énorme travail de recherches de documentation. Les grands yeux ronds de ses personnages sont empreints d’inquiétude, de détermination et parfois aussi de démence, car même si les pratiques des soignantes étaient douteuses, il y avait de vraies malades dans le lot des patientes. D’un commun accord avec sa scénariste, Maurel a choisi de donner corps à la folie dans des monstres fugaces glissant dans les couloirs de l’asile. Le tout reste d’un réalisme inquiétant. Oui, la folie peut se dessiner. Maurel le prouve.

 

 

 

 

© Ollagnier, Maurel – Glénat

 

 

Suivez Nellie Bly dans l’antre de la folie où si on y est amené sans être fou, on risque fort de le devenir, à moins que l’on soit une journaliste forte et déterminée.

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=Slnek2p-jbA&t=90s

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Nellie Bly Dans l’antre de la folie 

 

Genre : Biopic 

 

Dessins & Couleurs : Carole Maurel 

 

Scénario : Virginie Ollagnier 

 

Éditeur : Glénat

 

Collection : Karma

 

Nombre de pages : 176 

 

Prix : 22 €

 

ISBN : 9782344033463

 



Publié le 10/03/2021.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2021