L’humour est une maladie attrapée dès l’enfance. Le roman des Goscinny
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

L’humour est une maladie attrapée dès l’enfance.  Le roman des Goscinny

 

 

« - Anna Beresniak. Asseyez-vous. Que puis-je pour vous, mademoiselle ? Je vous écoute.

- Est-ce que vous avez changé de vélo depuis que vous avez tué mon père ?

- Ah, c’est vous ! Vous êtes la fille de René Goscinny. Je vous attendais.

- Dans ma poche, j’ai une arme et je vais vous flinguer ! »

 

 

 

 

 

 

C’était un lundi. Il faisait très beau. Neuf ans après la mort de son père, Anne Goscinny se rend chez le cardiologue qui a tué son père et massacré son enfance. Perdre son père à 9 ans, il n’est pas sûr que l’on s’en remette un jour.

 

 

 

 

© Catel - Grasset

 

 

De nos jours, Anne Goscinny rencontre Catel, La dessinatrice est fan de l’écrivain. Cette dernière tente de convaincre Catel de réaliser une biographie dessinée sur son père. Après réflexion, l’autrice se lance dans l’ouvrage, mais ce ne sera pas la simple histoire de la carrière de René Goscinny. Ce sera bien plus. Ce sera le roman des Goscinny, une BD qui se lit… comme un roman.

 

 

 

 

© Catel - Grasset

 

 

Catel alterne les chapitres racontant la vie de René depuis sa plus tendre enfance avec ceux, contemporains, où Anne lui parle de son père. Leur histoire a démarré en Pologne. La famille immigrera en France au début du XXème siècle. René né en 1926. Son père part travailler en Argentine. René, son frère et sa mère l’y rejoindront quelques années plus tard. Peu intéressé par le sport, le petit René a la lucidité de penser que pour une jeunesse saine, il vaudrait mieux supprimer les stades. Il a la réputation du petit rigolo. En Amérique du Sud, René découvre les illustrés avec Patoruzu. Ainsi démarra son histoire d’amour avec la bande dessinée qui ne s’arrêtera jamais. La suite est dans ce roman. De son admiration pour Laurel et Hardy à ses débuts de dessinateur, des allers-retours France-Amérique à la création d’Astérix, Catel dessine la vie de René Goscinny avec passion, dans le sens le plus noble du terme.

 

 

 

 

© Catel - Grasset

 

 

Catel fait d’Anne Goscinny le lien qui relie le lecteur avec son père René. Elle insère dans son livre des dessins de Goscinny, des documents d’époque et des pages de scénarios. On y croise Jijé, Franquin, Morris, Uderzo, toute la bande de MAD et celle de Pilote. Un rêve éveillé pour tous les amateurs du neuvième art.

 

 

 

 

© Catel - Grasset

 

 

Dans une sobre colorisation, Didierjean se contente d’appliquer des bleus-verts d’ambiance pour les chapitres avec René et des oranges légers sur ceux avec Anne et Catel. Seuls le prologue et l’épilogue sont d’un rouge-rosé évoquant un crime, qui n’en pas un, mais qui a laissé une profonde cicatrice dans le cœur d’Anne et dans celui de millions de lecteurs.

 

 

 

 

 

© Catel - Grasset

 

 

« Un des malheurs de la vie, c’est quand on prend les gens au sérieux. » René ne l’a jamais fait. Ça a fait son succès et notre bonheur. Merci, Monsieur Goscinny. Merci Anne et merci Catel de nous le faire partager.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

One shot : Le roman des Goscinny

 

Genre : Biographie

 

Scénario & Dessins : Catel

 

Couleurs : Didierjean

 

Préface : Anne Goscinny

 

Éditeur : Grasset

 

Nombre de pages : 344

 

Prix : 24 €

 

ISBN : 9782246861003

 



Publié le 29/09/2019.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019