Le respect de la parole donnée. Wild West 2 – Wild Bill
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Le respect de la parole donnée.  Wild West 2 – Wild Bill

 

« - Foutu diable ! Qui êtes-vous ?! De quel droit massacrez-vous mon personnel ?

-          James Hickok, chasseur de primes. Vous avez été dupé. Bart O’Malley est un nom d’emprunt. L’homme que je ramène est un criminel connu sous le sobriquet de « Snake ». Sa tête est mise à prix pour meurtres, viols, pillages… Et autres joyeusetés. Pour les autres gars qui se sont mis en travers de mon chemin, c’est juste de la légitime défense. »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Omaha, territoire du Nebraska. James Hickok, chasseur de primes surnommé Wild Bill, vient de mettre la main sur un malfrat caché comme chef de chantier d’une entreprise ferroviaire. Alors que le patron lui propose de prendre sa place, le justicier préfère reprendre la route. Il a un autre coyote à mettre en cage. Il a donné sa parole. Il a promis à une gamine de retrouver les assassins de sa famille. Parallèlement, Martin Jane fait ses premières armes chez les Tuniques Bleues, sauf qu’en réalité, Martin, c’est Martha, que l’on appellera plus tard Calamity Jane, femme cachée au milieu des soldats.

 

 

 

© Gloris, Lamontagne - Dupuis

 


                Après être remontés aux sources pour raconter la genèse de Calamity Jane, Thierry Gloris et Jacques Lamontagne poursuivent la vie de Martha Jane Cannary en mettant Wild Bill sur sa route. Leurs chemins vont se croiser dans l’intransigeance d’un Ouest où les hommes sont plus sauvages que la nature.

 

                Gloris, en historien patenté, ne fait pas dans le western d’opérette. Cruel et réaliste, le monde de Wild West est bien plus conforme à la réalité que n’importe quel western en BD actuel. Le scénariste met en parallèle les destins de Wild Bill Hicock et Martha Jane Cannary. Chacun d’eux est le narrateur de ses « aventures » jusqu’à ce qu’ils se rencontrent. Aidés par des cartouches de couleurs, on ne s’y perd jamais. Là où Gloris fait encore plus fort, c’est que l’on voit qu’il a écrit certaines scènes pour que son dessinateur puisse s’en donner à cœur joie.

 

 

 

 

© Gloris, Lamontagne - Dupuis

 

 

                Dans un trait durci et hachuré et des couleurs assombries afin de coller au plus près à la rudesse de l’univers, Jacques Lamontagne n’a pas peur de tout montrer. Le sexe et le sang faisaient partie du quotidien des cow-boys. Si de nombreux dessinateurs ont cherché à édulcorer des scènes, ici, on ose comme dans du Tarantino. On n’est pas dans l’allusion comme chez John Ford. C’est aussi la première fois que l’on pénètre autant au fond de l’univers indien depuis l’impressionnant Celui-qui-est-né-deux-fois de Derib.

 

 

 

 

© Gloris, Lamontagne - Dupuis

 

 

                Après ce premier diptyque américain, Lamontagne et Gloris n’ont pas fini de nous faire vivre les histoires des enfants, pas de chœur, de la conquête de l’Ouest. La ruée vers l’or commence à chatouiller les cow-boys. En attendant, ne vous privez pas de relire On a tué Wild Bill de Hermann, également paru chez Dupuis, il y a quelques années, dans la collection Aire Libre.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Wild West

 

Tome : 2 – Wild Bill

 

Genre : Western 

 

Scénario : Thierry Gloris 

 

Dessins & Couleurs : Jacques Lamontagne

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 56

 

Prix : 14,50 €

 

ISBN : 9791034739011

 



Publié le 08/04/2021.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2021