Le vieil homme qui rêvait d’évasion. Le voyage d’Abel
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Le vieil homme qui rêvait d’évasion.  Le voyage d’Abel

« - Tiens, Monsieur Abel ! Alors, on vient chercher son guid… Heu… Son petit paquet, je veux dire… Qu’est-ce que j’en sais, moi, si c’est un guide ? Quelle idée ! Tenez !... Le paquet est un peu abîmé… à cause de la pluie….

- J’ai besoin d’un timbre.

- Alors, un timbre… Lequel, Monsieur Abel ?

- Je voudrais le paquebot blanc.

- Je n’ai plus de paquebot, Monsieur Abel… C’était la collection de l’an dernier.

- C’est quoi la nouvelle collection ?

- Les animaux de la ferme…

- Vous n’avez rien qui fasse un peu plus rêver que des percherons ? »

 

 

 

 

 

 

 

                Reclesme, un petit village au cœur de la France, dans une campagne profonde, Abel, un vieil agriculteur solitaire, s’occupe de sa ferme qui part en ruine. Les vaches ne sont plus toutes jeunes. Le troupeau de chèvres est gardé par une saleté de chien bien efficace quand il s’agit de palier aux défaillances de son maître. Abel n’a jamais voulu de ce boulot. Ses frères ayant décampé, il s’est trouvé seul en mesure de reprendre l’exploitation familiale. Il n’a qu’un but : partir, voyager, s’évader. En attendant, il collectionne les guides de voyages.

 

 

 

 

© Duhamel, Sivan - Bamboo

 

 

                Le voyage d’Abel n’est pas une nouveauté. C’est la réédition d’un album autoédité en 2014, alors que les auteurs ne trouvaient pas d’éditeurs. Etonnant tant ce récit est empreint de sensibilité et de tendresse. Mais il faut dire qu’à l’époque il n’avait pas été proposé chez Bamboo, et depuis, son dessinateur Bruno Duhamel est devenu une valeur sûre de la maison.

 

 

 

 

© Duhamel, Sivan - Bamboo

 

 

                Quel est le point commun entre Charles Trenet, Axel Bauer, Joséphine Baker et Dario Moreno ? Ils ont fait des chansons qui toutes sont passées dans le transistor d’Abel pendant qu’il prenait son petit déjeuner. Elles sont presque le seul lien entre lui et la civilisation. Vivant à l’écart du village, Abel n’entend pas d’autres voix lorsqu’il ne va pas dans le bourg. Entre la mer du fou chantant, le cargo du rocker, les deux amours de l’exotique danseuse à la ceinture de bananes et les espoirs de carnaval du rondouillard chanteur comique, le choix est loin d’être innocent. Toutes invitent au départ.

 

                Histoire sur la solitude, l’évolution du monde et l’évasion spirituelle, ce livre fait figure de premier épisode d’une trilogie qui se poursuivra avec Jamais et se terminera (?) avec #Nouveau contact. Madeleine, Doug, Abel sont trois acteurs d’un paradoxal monde moderne. La différence avec les deux histoires suivantes est que celle-ci n’est pas scénarisée par Duhamel lui-même, mais par Isabelle Sivan, avocate et écrivain dont c’est à ce jour la seule bande dessinée.

 

 

 

 

© Duhamel, Sivan - Bamboo

 

 

                En quatre chapitres figurant chacun une saison, la chronique de la vie d’Abel  se déroule dans un bleu-gris original, avec des touches de couleurs lorsque l’esprit du paysan prend le large.  Dans un silence final émouvant, l’aboiement de son chien de berger résonne encore dans le vent une fois que l’on a refermé l’album.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

One shot : Le voyage d’Abel

 

Genre : Chronique paysanne 

 

Scénario : Isabelle Sivan 

 

Dessins & Couleurs : Bruno Duhamel

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Grand angle

 

Nombre de pages : 64 

 

Prix : 14,90 €

 

ISBN : 9782818977903

 



Publié le 13/03/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020