Les aventuriers du village de campagne. Pas de pitié pour les indiens
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Les aventuriers du village de campagne.  Pas de pitié pour les indiens

 

 

« - Les gars, si on allait au bois voir Manitoba ?

- Ça fait longtemps !

- Manitoba !

- J’ai pris la lampe ! »

 

 

 

 

 

 

 

                1976, Sud-Ouest de la France, Beaumont du Quercy, quatre cents âmes. Les gens du crus côtoient quelques babas cools venus s’installer pour fuir un monde qui commence déjà à aller trop vite. Jules, Titi et Jean vivent dans ce petit village de campagne. Ils jouent dans une petite grotte au fond des bois où se cache Manitoba, une tête de squelette perchée sur un piquet avec une veste, un chapeau et une pipe. Les consoles de jeux et internet n’existent pas encore. La télévision n’est pas au service des enfants. Alors, quand on habite ici, on s’amuse avec ses copains dans la rue, les champs et les forêts. Jean est le fils du couple d’instituteurs du village. Roulant en 2 CV et au penchant rock et yé-yé mais la tête sur les épaules, ils ont du recul par rapport aux comportements de gens et savent leur parler. Jules vit avec sa mère et son oncle, le curé du village. Elle n’est pas tout à fait seule dans sa tête. Cette famille atypique est source de ragots pas toujours bienveillants. Jules est amoureux de Djémila, une gamine fille d’immigrés. Quand à Titi, c’est un môme du village comme les autres, sauf que Jules, Titi et Jean sont unis comme les doigts d’une main pour le meilleur...et pour le dramatique.

 

 

 

 

© Dumontheuil - Futuropolis

 

 

                Nicolas Dumontheuil dépeint une époque qui a suivi celle de la guerre des boutons, une époque rêvée où l’on prenait le temps de vivre. Il y rassemble des souvenirs de son enfance qu’il mêle à une fiction tendre et réaliste.

 

                Le trio champêtre est mené par Jules. Dans un groupe, il y en a toujours un qui entraîne les autres à faire des bêtises. Mais ouvrir l’enclos des vaches pour les laisser s’échapper sur la route aura des conséquences qui va bouleverser leurs vies lorsqu’un pochtron perdra la vie en percutant l’une d’entre elles avec sa voiture. Les enfants en sont traumatisées. Un sentiment de culpabilité les enserre. La vie est parfois dure et ne fait pas de cadeaux. Et pourtant…, il est encore trop tôt pour devenir adultes. Leur innocence et leur capacité de résilience va les remettre dans leurs préoccupations d’enfant et la vie quotidienne va suivre son cours.

 

 

 

 

© Dumontheuil - Futuropolis

 

 

                Dumontheuil choisit une manière chapitrée, à la Loustal, pour dérouler son histoire. Il y a des bulles, certes, mais l’essentiel est raconté par l’intermédiaire de cartouches récitatifs dont le narrateur est Jean. Jean-Nicolas, Nicolas-Jean, l’auteur sème le trouble. L’album est un hommage à une époque bénie : le coin secret dans les bois, le cinéma d’extérieur improvisé, l’instituteur bucolique qui aime son métier, les premières inquiétudes envers le nucléaire, et les indiens… parce que que seraient nos trois petits cow-boys s’il n’y avait pas d’indiens en face ?

 

 

 

 

© Dumontheuil - Futuropolis

 

 

                Graphiquement, l’auteur opte pour une ligne à l’encrage net. On est bien loin de Qui a tué l’idiot ? qui a fait son succès. Ce parti pris plus classique permet d’intéresser un plus large lectorat, car cette chronique villageoise peut être lue un panel étendu, de l’adulte nostalgique à l’enfant rêveur qui se rendra compte que l’aventure peut être au coin de la rue plutôt que devant un écran.

 

                A ranger à côté de Mon voisin Raymond de Troub’s, Pas de pitié pour les indiens contribue à un retour aux sources nécessaire, vivifiant et qui montre qu’on a compris le sens de la vie.

 

 

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

One shot : Pas de pitié pour les indiens 

 

Genre : Chronique de village 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Nicolas Dumontheuil 

 

Éditeur : Futuropolis

 

Nombre de pages : 96

 

Prix : 19 €

 

ISBN : 9782754827454

 



Publié le 28/01/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020