Les grandes stars ne meurent jamais. Movie Ghosts 1 - Sunset, et au-delà
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Les grandes stars ne meurent jamais.  Movie Ghosts 1 - Sunset, et au-delà

 

« - Je pourrais avoir besoin de vous.

- D’habitude, quand les gens me disent ça, c’est qu’ils ont déjà tout essayé.

- Je connais une femme… qui a un problème. Elle refuse de se montrer à qui que ce soit. Il faudra que vous me fassiez confiance. Elle est morte dans des circonstances horribles. Elle a été sauvagement assassinée, mutilée.

- C’est très drôle, Cornell, quel sens de l’humour !

- Son nom était… Louise Sandler. Vous vous souvenez de l’actrice de la MGM ? Disparue, jamais retrouvée… »

 

 

 

 

 

 

 

 

Hollywood, la ville de tous les scandales. Les fantômes du cinéma errent dans les ruines des studios, les villas abandonnées et les théâtres désaffectés. Jerry Fifth est un privé, comme ceux que l’on trouvait dans les romans de Raymond Chandler et Dashiell Hammet. Mais à leur différence, Jerry est hanté par les voix des fantômes des stars de la grande époque. Un soir, Fifth est chargé par un certain Cornell d’élucider la disparition de Louise Sandler, actrice de la MGM s’étant volatilisée. Aurait-elle été tuée ? Jean Harlow ou ses substituts pourront-ils aider le détective dans son enquête ?

 

 

 

 

© Futaki, Desberg- Bamboo

 

 

Stephen Desberg embarque le lecteur dans un monde qu’il connaît bien. Les fantômes de sa famille planent sur Movie Ghosts. A Cleveland, son grand-père dirigeait la plus grande salle de cinéma de la ville. Sa grand-mère avait été courtisée par l’un des frères Warner. A New York, puis à Bruxelles, son père distribuait les films de la MGM dès les années 50. Le petit garçon Stephen a croisé dans son bureau Frank Sinatra, Robert Taylor, Esther Williams et de nombreuses autres stars. C’est à toute cette époque qu’a voulu rendre hommage l’auteur avec le diptyque Movie Ghosts dont Sunset, et au-delà (Quel joli et juste titre !) est la première partie. Desberg ne se contente pas de montrer le vernis apparent. Il le brise pour montrer les espoirs déçus, les destins brisés et les amours déchues. La narration façon commentaires de privé est impeccable. On peut juste regretter que les deux parties du récit, la disparition de Louise Sandler, puis le fantôme d’Odette Armstrong, soit si dissociées. On les aurait préférées plus imbriquées.

 

 

 

 

© Futaki, Desberg- Bamboo

 

 

Attila Futaki est un dessinateur hongrois ayant fait carrière aux Etats-Unis. Il revient en Europe en sublimant ce récit avec un découpage et une colorisation hors du commun. Quelques influences Marc-Renier ou Jean-Yves Delitte dans le graphisme. On parle en général de coloriste. Plus que ça, Futaki est un éclaireur. Le noir nuit est fluidifié dans le violet des néons. Dans des décors majestueux, les lumières de la ville offrent de longues ombres portées donnant un relief étourdissant. « C’est beau une ville la nuit. », disait Richard Bohringer. Que ceux qui en doutaient encore ouvrent cet album qui, jusqu’à la maquette de couverture, est magnifique.

 

 

 

 

© Futaki, Desberg- Bamboo

 

 

Sur la route de Mulholland Drive, on rêverait d’une adaptation cinématographique de Movie Ghosts par David Lynch.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Movie Ghosts

  

Tome : 1 - Sunset, et au-delà  

 

Genre : Polar fantastique 

 

Scénario : Stéphen Desberg 

 

Dessins & Couleurs : Attila Futaki 

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Grand Angle

 

Nombre de pages : 72 

 

Prix : 16,90 €

 

ISBN : 9782818986912

 

 

 



Publié le 29/05/2022.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2022