Les rencontres n’arrivent jamais sans raison. Duke 3 – Je suis une ombre
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Les rencontres n’arrivent jamais sans raison.  Duke 3 – Je suis une ombre

 

 

« - Timothy Swift, je suis mandaté par Soakes & Sears pour m’assurer que nul ne s’approche du « colis » jusqu’à sa livraison.

- On n’est jamais trop prudent…

- Nous ne négligeons aucun détail, M.Finch. A ce sujet, je tiens à vous rappeler qu’en concluant un contrat avecc M.Mullins, c’est auprès de Soakes & Sears que vous vous êtes engagés. Ne l’oubliez pas.

- Je ne doute pas que vous serez là pour me le rappeler, M.Swift. »

 

 

 

 

 

 

Quand Morgan Finch, alias Duke, a accepté d’escorter un mystérieux colis, il ne se doutait pas que le voyage serait si court. La diligence est attaquée; le « colis », soit 100 000 dollars, s’envole. Et le comble, c’est que le cerveau du braquage n’est autre que Clem, le frère De Duke qui avait disparu dans la nature. Clem va donc avoir à ses trousses d’une part les hommes de main de Mullins qui sont engagés pour lui faire la peau, d’autre part la famille Briggs qui veut venger la mort de l’un d’eux, et enfin Duke himself.

 

 

 

 

© Hermann, Yves H - Le Lombard

 

 

Yves  H. conçoit pour son père un western qui n’est pas manichéen. Duke est un humain avant d’être un héros, avec par conséquent ses choix et ses failles. Les femmes ne sont pas des objets, à leurs risques et périls. Les cow-boys restent sans pitié, mais imprévisibles.

 

 

 

 

© Hermann, Yves H - Le Lombard

 

 

Avec Edward Kemper, le scénariste créé un personnage hors norme comme on les apprécie dans l’œuvre d’Hermann. Colosse collant aux basques de Duke comme le sparadrap au doigt d’un certain Capitaine Haddock, Kemper est flippant. Ami ou ennemi ? Aide ou boulet ? Duke l’apprendra, car, comme le dit le grand gaillard, « les rencontres n’arrivent jamais sans raison. ».

 

 

 

 

© Hermann, Yves H - Le Lombard

 

 

Hermann, depuis quelques albums, retrouve le trait, les couleurs et l’ambiance de ses meilleures années. Avec Duke, série prévue pour l’instant en six volumes, son fils Yves H. lui offre un western au long cours. Au fil des albums, on apprend à connaître chaque fois un peu plus les caractères de chacun des protagonistes.

 

Hermann dessine quelques belles scènes de pluie, et notamment un final sans concession sous un déluge.

 

 

 

 

© Hermann, Yves H - Le Lombard

 

 

Sur l’excellent site officiel d’Hermann (hermannhuppen.be), on y apprend que le « personnage de Duke a pour référence principale la figure historique d’un véritable pistolero américain, à savoir le célèbre Doc Holliday. Né en Géorgie et une fois son diplôme de dentiste en poche, on lui conseille de s’établir dans l’Ouest et son climat sec pour ménager une tuberculose qui menace de l’emporter s’il demeure dans la chaude humidité du Sud-Est. C’est là qu’il s’adonne au jeu et se découvre un talent remarquable et remarqué pour les armes. Il devient ainsi le bras droit de Wyatt Earp et participe avec ce dernier à la célèbre fusillade d’OK Corral. »

 

La bande annonce de l’album:

 

 

 

 

 

 

 

Duke échappera-t-il à sa nature ?

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Duke

 

Tome : 3 - Je suis une ombre

 

Genre : Western

 

Scénario : Yves H

 

Dessins & Couleurs : Hermann

 

Éditeur : Le Lombard

 

Nombre de pages : 56

 

Prix : 14,45 €

 

ISBN : 9782803674756



Publié le 06/03/2019.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019