Les super-héros n’ont pas attendu Marvel. L’institutrice 1 - Ne fais pas à autrui… / 2 - Les enfants de Surcouf
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Les super-héros n’ont pas attendu Marvel.  L’institutrice 1 - Ne fais pas à autrui… / 2 - Les enfants de Surcouf

 

« - Jacques, viens avec moi, j’ai une course à te faire faire.

- ?!

- Va te cacher au grenier. C’est peut-être une fausse alerte. Mais je préfère en être sûre. »

 

 

 

 

 

 

 

                Ploménéac, centre Bretagne, vendredi 23 juin 1944. dans la petite école intégrée à la Mairie du village, l’institutrice est en train d’expliquer aux élèves les exercices qu’ils vont devoir faire lorsqu’elle aperçoit un véhicule avec des hommes en uniformes. La priorité est de cacher Jacques Le Gall, le seul élève juif de la classe. La suite est de demander à Guénolé, élève modèle, de surveiller la classe pour pouvoir aller voir ce qu’il se passe dans la partie Mairie du bâtiment. Des soldats allemands et des autonomistes extrémistes bretons malmènent le Maire. Il sont en fait à la recherche du petit Jacques, qui ne s’appelle pas Le Gall, mais Rosenthal. Afin que l’enfant ne soit pas « raflé », la maîtresse renvoie une partie des élèves chez eux et part en sortie scolaire en forêt avec les autres dont Jacques. Très vite, ils vont devenir le gibier de chasseurs prêts à tout pour les retrouver… surtout Jacques.

 

 

 

 

© Maurel, Lavandier – Albin Michel

 

 

                Yves Lavandier signe son premier scénario de bande dessiné et réussit un coup de maître. En pour cause, l’homme est cinéaste, pédagogue et essayiste. Il est l’auteur d’une bible de l’écriture de scénario. Autant dire que la dramaturgie, ça le connaît. Avec le diptyque L’institutrice, il écrit une histoire de haute tension en hommage à tous ces héros du quotidien qui ont sauvé les autres pendant les années de guerre. Il met en avant le rôle prépondérant des enseignants, des instituteurs et institutrices qui ont non seulement véhiculé des messages d’espoir, mais ont également mouillé leurs blouses de maîtres et maîtresses pour extraire les enfants juifs de l’enfer auquel ils étaient destinés.

 

 

 

 

© Maurel, Lavandier – Albin Michel

 

 

                Carole Maurel dessine l’histoire de Marie-Noëlle Moënner avec la sensibilité qui lui est propre. Celle qui se dirige pour dans quelques années vers un grand prix à Angoulême est devenue une dessinatrice indispensable. Qui mieux qu’elle aurait pu transcrire en dessin le destin de cette classe de petits bretons ? On voit mal qui. Tout est dit dans chacune des couvertures de ces deux albums. Dans le premier, l’institutrice fait barrage entre la milice et les élèves. Dans le second, on voit juste sa main qui tire un enfant hors de l’eau. Maurel arrive à rendre des scènes poignantes jusqu’à en extraire des larmes comme la séquence du puits dans le tome 2.

 

 

 

 

© Maurel, Lavandier – Albin Michel

 

 

                La Seconde Guerre Mondiale est le décor privilégié de bon nombre d’albums d’exception ces dernières années. L’institutrice fait partie de ceux-là. Incontestablement l’un des chocs de l’année.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : L’institutrice

 

Tomes : 1 - Ne fais pas à autrui… / 2 - Les enfants de Surcouf

 

Genre : Résistance

 

Scénario : Yves Lavandier

 

Dessins & Couleurs : Carole Maurel

 

Éditeur : Albin Michel

 

Nombre de pages : 100 / 104

 

Prix : 16,90 €

 

ISBN : 9782226453990 / 9782226477002

 



Publié le 20/10/2022.


Source : Boulevard BD

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2023