Lorsqu’un géant se réveille... Le dernier Atlas 1
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Lorsqu’un géant se réveille...                                                    Le dernier Atlas 1

 

 

 

«  - Hey, Ismaël ! Tu finis dormir ? Ça faire plus de trois jours !

- Désolé pour ça… J’ai dû avoir une sorte d’insolation. Dites… Les éléments radioactifs que ces maliens demandaient, c’est pour faire quoi ?

- Un réacteur, une « bombe sale », ou un putain de dentifrice à l’uranium. Pour ce qu’on en a à foutre… C’est pas tes affaires.

- Ok, ok… Mais je crois que je sais ou trouver ça. Vous vous rappelez les Atlas envoyés en Inde, après la catastrophe de Batna ? Il y en a un qui n’a jamais été démantelé, à cause d’un problème juridique. Le George Sand

- Et comment tu sais ça, toi ?

- J’en avais entendu parler… Et je viens de vérifier sur le net. Ce robot fonctionnait avec une pile nucléaire. Ça devrait suffir au maliens, non ? »

 

 

 

 

 

2018. Pour récupérer une pile nucléaire, Ismaël Tayeb trouve l’idée du siècle : voler le dernier de ces robots géants mis en marche sous l’ère De Gaulle. L’homme a monté sa boîte. Il vend des jeux d’arcade pour les cafés et récolte les fonds que lui doivent ses clients. Dans les années 90, il a fait de la prison pour un vol à main armée. Conneries de môme. Tout ça, c’est du passé ? Son job n’est qu’une façade pour celui qui fait partie  d’un gang de malfrats. Et il ne doit pas décevoir son patron qui vient de le mettre sur un gros coup. L’occasion pour lui de changer sa vie.

 

 

 

 

© Vehlmann, De Bonneval, Tanquerelle, Blanchard, Croix - Dupuis

 

 

Au Sud de l’Algérie, dans le parc de Tassili, l’ex-reporter de guerre Françoise Halfort analyse la faune et la flore d’une zone irradiée. D’étranges motifs géométriques ornent les ailes des insectes.

 

En Inde, Ismaël réussira-t-il à organiser la remise sur pied d’un géant de fer qui pourrait soulever le monde ? Qu’annoncent les comportements étranges des animaux en Afrique du Nord ?

 

Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval adoptent la méthode du roman feuilleton. De nombreux protagonistes, des événements indépendants à différents endroits du globe, des mystères, des chapitres. Le personnage principal est atypique. Loin du héros beau gosse, le quinqua porte sur lui le poids de son passé et de ses actes.

 

Le dernier Atlas a quelque chose de radiophonique. Sans comprendre au départ où les auteurs veulent nous amener, on est emporté dans un tourbillon qui empêche de refermer le livre.

 

 

 

 

© Vehlmann, De Bonneval, Tanquerelle, Blanchard, Croix - Dupuis

 

 

On ne peut s’empêcher de penser à Jacobs. Paradoxe pour un récit estampillé Dupuis, mais on aurait bien vu le professeur Mortimer accompagner la quête d’Ismaël.

 

Le texte final « Une uchronie française » brouille sciemment l’esprit du lecteur. Et s’il y avait quelque chose de vrai dans tout ça ? Après tout, Idras Belkacem a bien commenté les plans d’un Atlas devant le général De Gaulle en 1943 à Alger.

 

Hervé Tanquerelle est bien loin de son trait à la Blain du Leg de l’alchimiste. Plus souple, plus épais, son graphisme adopte un look vintage très marqué seventies qui sied à merveille au sujet, alors que l’histoire se déroule bel et bien en 2018 Le design des robots de Fred Blanchard n’est pas sans rappeler les cœurs d’acier du Spirou du regretté Yves Chaland.

 

N’oublions pas Laurence Croix (qui l’a été, oubliée, sur la couverture). Ses couleurs accompagnent les événements et les lieux dans des tons parfois tranchés d’une scène à l’autre mais qui se font écho. Elle éclaire les scènes nocturnes mettant en avant les aplats noirs de Tanquerelle comme pour mieux les mettre en exergue.

 

 

 

 

© Vehlmann, De Bonneval, Tanquerelle, Blanchard, Croix - Dupuis

 

 

Le dernier Atlas fait figure d’événement en ce printemps dessiné. Le choc est évident mais il ne faudrait pas que l’album soufre d’une presse trop dithyrambique. Certains pourraient être déçus, comme pour ces films que l’on voit, après que tout le monde les a trouvé géniaux.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Le dernier Atlas

 

Tome : 1

 

Genre : Thriller uchronique

 

Scénario : Vehlmann & De Bonneval

 

Dessins : Tanquerelle

 

Design : Blanchard

 

Couleurs : Croix

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 232

 

Prix : 24,95 €

 

ISBN : 9782800171166

 



Publié le 29/04/2019.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019