Lorsque l’enfant paraît... UCC Dolores 4 - La dernière balle
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Lorsque l’enfant paraît...  UCC Dolores 4 - La dernière balle

 

« - Non !! Pas maintenant !! Mony, faut que tu tiennes encore quelques… Puta madre !

- Rgnnn… Tuco !!... Aide-moi ! Haarrrggg…

- Euh… Oui… T’aider… Euh… Vas-y ! Pousse !

- Rgnnn… Si mal !!!

- La douleur… Euh… C’est normal… C’est que tout va bien…

- Pffff… C’est… bon, Tuco, sors  d’ici… Je vais me dé… brouiller toute seule... »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                Tout est allé si vite. L’UCC Dolores s’est posé en catastrophe. L’appareil est dans un sale état. Tuco tente tant bien que mal de contacter des secours par radio, mais elle est grillée. Pendant ce temps, Mony est en train d’accoucher. Une fille ! C’est une fille ! Une naissance dans un vaisseau de guerre, ça porte la poisse. Tuco la met à l’abri dans le corps d’un robot-couveuse où elle sera en sécurité. En sécurité, en sécurité,… Oui… Enfin, jusqu’à ce que Sven et ses pilleurs les attaquent et repartent avec le robot, et donc le bébé, comme butin. Mony n’a pas dit son dernier mot. Elle n’a pas l’intention de laisser son bébé dans des mains ennemies.

 

 

 

 

© Tarquin, Tarquin - Glénat

 

 

                S’il est des auteurs osant faire subir à leur héroïne plus que ce que l’on pensait possible, ce sont bien les Tarquin. Après le cycle du Cristal Rouge, ils embarquent Mony dans un one shot, une course à la vie dont elle ne ressortira pas indemne. On sait qu’il ne faut s’attacher à personne. Kash en a déjà fait les frais contre toute attente. Sa testostérone va être remplacée par celle de Shaël, héritier des Cosmocats, qui prend un rôle prépondérant et semble s’apprêter à passer au premier plan dans le futur.

 

 

 

 

© Tarquin, Tarquin - Glénat

 

 

                Si au dessin, Tarquin fait des merveilles, égalant quasiment la qualité d’un Régis Loisel, les dialogues restent volontairement premier degré. Trop intuitivement associé à Arleston, il n’y a pas ici le bas-goût du scénariste de Lanfeust. Au final, n’est-ce pas mieux ? Tarquin prend son indépendance et il n’y a pas de comparaison possible avec le monde de Troy. Lyse Tarquin apporte une touche féminine et féministe, sans en faire trop. Mony assume sa condition de femme, sa condition de mère et ses auteurs l’obligent à assumer des choix qui vont orienter sa vie. Jamais Mony va ne laisser quelqu’un décider de son destin à sa place. Elle l’assume et le revendique. C’est une héroïne post #MeToo.

 

 

 

 

© Tarquin, Tarquin - Glénat

 

 

                Excellente série de SF, après avoir présenté son univers, UCC Dolores est à présent installée pour devenir une saga culte des années 2020.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : UCC Dolores

 

Tome : 4 - La dernière balle

 

Genre : Space-Opera  

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Didier Tarquin & Lyse Tarquin 

 

Éditeur : Glénat

 

Nombre de pages : 48 

 

Prix : 13,90 €

 

ISBN : 9782344050361

 

 

 



Publié le 27/06/2022.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2022