Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


 

 

 

Lors du BD Comic Strip Festival 2022, BD Best a eu l'occasion de tourner une nouvelle capsule de "Derrière la palette ..." avec le dessinateur de la série à succès "La Guerre des Lulus", Hardoc.

 

 

 

 

 

 

 

A quelques semaines de la sortie du film issu de la série en Belgique, quelques questions parmi d'autres et surtout un superbe moment d'échange avec Hardoc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interview : Thierry Ligot

 

Images : Axelle Coenen

 

Mise en ligne : Alain Haubruge

 



Publié le 13/11/2022.


Source : Bd-best


Bd Best y était pour vous ... Vernissage exposition

 

 

 

 

Vernissage ce jeudi 10 novembre 2022 à la librairie CFC, place des Martyrs, de l'expo "Franquin, Bon pour ...". Des dessins intimistes, purement privés et uniquement familiaux. Anniversaires, fêtes, St-Valentin, tout était bon pour Franquin de dessiner ces bons, ces cartes ... surtout quand il n'avait pas le temps d'aller chercher cadeaux, fleurs ou autres ... Des "bons" à transformer après en objets réels ! Couvrant une période des années '50 aux années '90, des bijoux de graphisme, de tendresse et avant tout d'amour d'un génie pour son épouse, sa fille, sa famille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Isabelle Franquin - CFC

 

 

 

 

 

 

© Isabelle Franquin - CFC

 

Titre : Bon pour  ... Dessins de famille 

 

Éditeur : C-F-C

 

Dessins : Franquin

 

Nombre de pages : 128

 

Prix : 21,00 € 

 

ISBN : 9782875720801 

 

 

 

Images : Axelle Coenen & Thierry Ligot

 

Mise en ligne : Alain Haubruge

 



Publié le 11/11/2022.


Source : Bd-best


Le champion de Bayonne.  Roi Léon 12 - La pelote en folie

 

« - Mais ! Non, mais, qu’est-ce que c’est que ce bazar !? Petits maladroits, je vais vous montrer l’art de la pelote, moi ! »

 

 

 

 

 

 


                Le sommeil du bon Roi Léon, roi de Bayonne, vient d’être interrompu par une pelote reçue sur le front après avoir brisé la fenêtre de sa chambre. Il y a plus agréable pour se réveiller. Plutôt que de chasser les chenapans qui jouent à la balle sur le mur de son château, le Roi Léon décide de leur donner une leçon de pelote. Face à ces petits adversaires, le souverain paraît fortiche. Il décide donc d’organiser un tournoi pour élire le joueur qu’il affrontera au Masters des fêtes de Bayonne. Parmi les candidats, Marcel, originaire de Courbemolle, se distingue des autres.

 

 

 

 

 © Duverdier, Duverdier, Grzimek - Malta

 

 

                Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas tout à fait une BD qui est chroniquée mais un album jeunesse. Enfin, avec Le Roi Léon, on est presque à mi-chemin entre les deux. Bref, La pelote en folie est déjà la douzième aventure du gardien des clefs des illustres fêtes de Bayonne. Ce personnage emblématique est inspiré d’une figure locale surnommée Léon qui ouvrit les fêtes en 1949. C’est Jean Duverdier qui lui donna son identité graphique dès 1987. Il y a eu un véritable album de bande dessinée, puis depuis une dizaine d’années, cette collection d’albums souples. C’est ainsi toute une culture locale festive qui est mise en avant, du lancer des clefs de la ville aux courses de vachettes, des affrontements rugbystiques Aviron bayonnais contre Biarritz Olympique aux Bandas qui les accompagnent en musique.

 

 

 

 

 © Duverdier, Duverdier, Grzimek - Malta

 

 

                Ici, c’est un sport auquel jouent (presque) tous les jeunes basques : la pelote. Elle se joue à mains nues en extérieur contre un fronton ou en salle dans un trinquet. Il y a même des compétitions internationales. On peut y jouer également avec divers accessoires comme raquette, pala (planche de bois) ou bien xistera (prononcez chistera), sorte de gant prolongeant la main par une corbeille en osier courbé. Maya Duverdier est au scénario des rigolotes histoires de Léon que Jean dessine dans un graphisme rondouillard pop. Les albums du Roi Léon sont aussi bien à collectionner pour les locaux, à ramener de vacances pour les touristes et surtout à lire en famille le soir avant de s’endormir pour tous.

 

 

 

 

 © Duverdier, Duverdier, Grzimek - Malta

 

 

                Ha, Léon, Léon, Léon, roi de Bayonne, roi de Bayonne ! Ha, Léon, Léon, Léon, roi de Bayonne et roi des albums illustrés !

 

 

 

  

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Roi Léon

 

Tome : 12 - La pelote en folie

 

Genre : Humour basque

 

Dessins : Jean Duverdier

 

Scénario : Maya Duverdier

 

Couleurs : Ainhoa Grzimek

 

Éditeur : Asp

 

Nombre de pages : 24

 

Prix : 5 €

 

ISBN : 9791092817126

 

 



Publié le 10/11/2022.


Source : Boulevard BD


Prend garde à toi, Deadpool !  Madman - Intégrale 1

 

« - Le voilà ! Comme je t’avais dit !

- Sympa, l’endroit. On dirait qu’il vit ici, Arnie… comme un rat ! Tu habites là ? T’es un rat ? C’est là que tu vis ?

- Contente-toi de le descendre, Jack. Perds pas de temps. C’est le taré qui a buté Pauly : je l’ai vu le déglinguer et filer se réfugier ici !

- Et tu es censé être quoi, toi ? Ta maman t’a cousu ce costume ? »

 

 

 

 

 

 


Il aimerait se voir comme une grande figure romantique. Quelqu’un d’admirable et de respecté. D’aimé ? Mais il sait très bien qu’il est très loin du compte. Il est malade. Il doit affronter ce simple fait. Quelque chose ne va pas du tout chez lui. Il s’appelle Madman. Aujourd’hui, il a tué un homme et ses amis viennent se venger. Ce que ces derniers ne savent pas, c’est que Madman est un super-héros et qu’il est totalement déjanté. Il se bat avec un yo-yo et il n’a peur de rien. Et pour cause, il revient de loin, il a été totalement recousu après sa mort dans un grave accident de voiture. Il n’a aucun souvenir de sa vie antérieure. Il est comme Frankenstein. Il s’appelle Frank Einstein quand il n’est pas masqué. Mais ça n’a rien à voir avec le monstre de Mary Shelley. C’est à cause de Frank Sinatra et Albert Einstein, les deux personnes les plus admirées au monde. Au fil de ses histoires et de ses rencontres, Frank alias Madman va en découdre avec les malfrats et la police tout en cherchant sa véritable identité.

 

 

 

 

 © Allred - Huginn & Muninn

 

 

Comme super-héros complètement barré, on connaissait Deadpool. Madman est dans une autre dimension. Le personnage underground est né dans les années 90 et est un hommage parodique à tous les super-héros qui ont fait le succès des comics depuis Superman créé en 1933, jusqu’aux Men in black. A Snap City, Madman sera aidé dans ses aventures par le savant Gillepsie Flem et sa fiancée Joséphine « Jo » Lombard. Il est aussi intransigeant avec ses ennemis que gaffeur. Il peut couper la tête d’un savant fou et la conserver en vie pour poursuivre son enquête. Madman a également des pouvoirs psychiques qu’il ne maîtrise pas du tout. Mais tout ça, on va le découvrir au fur et à mesure avec lui. Cet album n’est que le premier parmi douze dans cette série intégrale.

 

 

 

 

 © Allred - Huginn & Muninn

 

 

Michael Allred n’a pas de limite. Dans un graphisme sixties et des couleurs souvent criardes comme à l’époque, il nous invite à vivre avec Frank-Madman jour après jour, que l’on combatte les beatniks des rues ou que l’on s’arrête pour faire pipi. C’est du grand n’importe quoi organisé et c’est donc talentueux. La série a reçu plusieurs récompenses dont le prix Harvey en 1993. L’intégrale proposée par Huginn & Muninn promet de retracer pour la première fois en France les trente ans de cette institution du comics indépendant avec les aventures principales, mais aussi les titres dérivés du « Madmaniverse ». Les plus grandes stars du comics américain sont invités à proposer leurs visions du héros dans des illustrations entrecoupant les histoires : parmi eux, entre autres, Frazetta, Darrow, Aragones, Moebius, excusez du peu.

 

 

 

 

 © Allred - Huginn & Muninn

 

 

Fou, fou, fou. Le monde de Madman est fou, fou, fou. Mais vu comment le monde tourne, Michael Allred n’était-il pas en avance sur son temps ? Quand une série de super-héros surprend autant, ça vaut vraiment le coup d’y jeter plus d’un coup d’œil.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Madman

 

Tome : Intégrale 1

 

Genre : Super-héros

 

Scénario & Dessins : Michael Allred

 

Couleurs : Laura Allred

 

Traduction : Alex Nikolavitch 

 

Éditeur : Huginn & Muninn

 

Collection : Signatures USA

 

Nombre de pages : 352

 

Prix : 29.95 €

 

ISBN : 9782364808461

 



Publié le 10/11/2022.


Source : Boulevard BD


Scouts in Corsica et ailleurs.  Les scouts 2 – C’est la rentrée !

 

« - J’espère que vous avez tous passé un bel été ?...

- Ouiiiiii !!

- Super, alors pour cette nouvelle année, je pensais qu’on pourrait faire le camp de l’été prochain en Corse.

- Ouaiiiiiis !!

- En vélo !!

- Ouiiii !

- Nooooon !! »

 

 

 

 

 

 

 

                Quand Michel, le chef de patrouille, annonce à sa troupe d’encadrement qu’ils vont passer l’été prochain en Corse, les réactions sont mitigées. Partir sur l’Ile de Beauté, oui. En faire le tour à vélo, ça divise plutôt les responsables. Côté gamins, pas de problème. Du moment qu’on part quelque part, les scouts sont toujours prêts !

 

 

 

 

© Abdelli, Ghorbani – Michel Lafon

 

 

                Dans ce deuxième opus de ces drôles de scouts, moins sérieux que la réaliste Patrouille du Faucon éditée aux éditions Plein vent, on suit tout autant les apprentissages des jeunes louveteaux que les préoccupations psychologiques ou les amours de leurs aînés. Adam conclura-t-il un jour avec Marie-Eve ? Romuald trouvera-t-il chaussure (de ski) à son pied ? Béné réussira-t-elle à faire terminer la casserole de riz à quelqu’un ? Et tous autant qu’il sont, réussiront-ils à se sevrer de leurs téléphones portables ?

 

 

 

 

© Abdelli, Ghorbani – Michel Lafon

 

 

                Adda Abdelli a forcément été scout. On ne se moque bien que de ce que l’on connaît bien. La cheftaine qui revient de la supérette en l’ayant dévalisée, ça sent le vécu. La jeune recrue qui déploie sa tente en deux secondes alors que l’ancien met trois plombes à installer la sienne, ça ne peut pas s’inventer. Et le chef scout Roger, autoritaire et psychorigide, il semble bien qu’il l’ait rencontré. On aurait juste aimé que le séjour en Corse promis en début d’album soit vraiment marqué. Au dessin, Cédric Ghorbani est de la parfaite école de Marcinelle. Son trait Spirou-Bamboo est l’un des meilleurs dans le style.

 

 

 

 

© Abdelli, Ghorbani – Michel Lafon

 

 

                C’est la rentrée pour les scouts ! Mais aussi pour tous ceux qui ont envie de prolonger un séjour dans la nature avec eux. Alors, prêts, les scouts ? Les lecteurs, en tous cas, le sont pour vous accompagner.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Les scouts

 

Tome : 2 – C’est la rentrée !

 

Genre : Humour 

 

Scénario : Adda Abdelli

 

Dessins : Cédric Ghorbani

 

Éditeur : Michel Lafon

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782749947082

 



Publié le 10/11/2022.


Source : Boulevard BD


La température de la vengeance.  De nous, il ne restera que des cendres 3

 

« - Cette mystérieuse tueuse qui agit secrètement dans la pègre est aussi célèbre dans les parages !

- Même si quelqu’un était au courant, il ne parlerait pas de cette légende foireuse.

- Mais il y a bien des rumeurs qui circulent, n’est-ce pas ?!

- Comme si j’allais parler pour une somme aussi merdique !

- Hein ?! Att… Un instant ! J’ai déjà payé le double de la somme prévue ! C’est abusé !

- Quoi ?! C’est pas mon problème ! Si tu veux que je parle, reviens encore avec le double ! »

 

 

 

 

 

 

 

Chihiro Kannami est journaliste pour un magazine. Il enquête sur la mystérieuse tueuse qui agit secrètement dans la pègre. Quand Yû l’entend discuter avec un indic dans le restaurant dans lequel il travaille il s’interroge. Comment lui, si discret dans ses doubles agissements, aurait-il pu être repéré ? Si son existence est connue, il ne démasquera jamais l’homme au tatouage qui a massacré sa famille. Il décide de prendre le journaliste en filature et, en le sauvant d’un bien mauvais pas, se lie d’amitié avec lui. Seront-ils assez de deux pour débusquer le loup dans la bergerie ?

 

 

 

 

©Akira Kasugai 2019

©Kana 2022

 

 

 

La tétralogie d’Akira Kasugai prend un virage stratégique. Le mangaka ne se contente pas d’enchaîner les scènes d’actions violentes. Il introduit de nouveaux personnages. Yû n’est plus un « simple » vengeur assoiffé de sang et de têtes coupés. Même si rien ne peut excuser la violence, on comprend la raison qui l’amène à agir ainsi et on cherche avec lui le moyen de coincer l’assassin qui a fait de lui un tueur surentraîné, intransigeant, implacable et, pour ceux qui découvriraient la série, déguisé en femme.

 

 

 

 

©Akira Kasugai 2019

©Kana 2022

 

 

 

Kasugai surprend dans un découpage parfaitement maîtrisé, provoquant des chocs à la tournure de pages. Un détonateur annonce une explosion. On la prend en pleine face à la lecture. Un rendez-vous en enfer est programmé. Ce n’est pas la personne que l’on croit qui va y aller. Un seul petit reproche : certains personnages, sans vraiment se ressembler, ont le même genre de physique. Ça aurait été mieux si ça avait été comme les têtes : mieux tranché.

 

 

 

 

©Akira Kasugai 2019

©Kana 2022

 

 

 

Il reste encore un tome pour Yû Kisaragi afin d’assouvir sa vengeance. Si les apparences peuvent être trompeuses, le sang qui coule n’est pas un leurre.

 

  

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : De nous, il ne restera que des cendres

 

Tome : 3

 

Genre : Thriller 

 

Scénario & Dessins : Akira Kasugai 

 

Éditeur : Kana

 

Collection : Big Kana

 

Nombre de pages : 192 

 

Prix : 12,70 €

 

ISBN : 9782505113560

 



Publié le 10/11/2022.


Source : Boulevard BD


Stranger Manor.  Le manoir Sheridan 2 - Retour aux enfers

 

« - Adieu Mickhaï !

- Daniel, toi pas partir. Toi aider demoiselle Edana.

- Je suis une canaille et un vaurien, pas un héros. Désolé, Mickhaï.

- Demoiselle Edana n’a plus personne pour la sauver. Elle orpheline.

- Rhaaaa ! Je sens que je vais le regretter. »

 

 

 

 

 

 


Québec, Canada, 1922. Après avoir tiré sur Daniel Letendre, Angus Mac Mahon  a traversé le miroir lui permettant d’aller dans l’autre monde où il compte découvrir le secret de la vie éternelle. Protégé par un recueil de poèmes devant son cœur, Daniel n’est pas mort. Il veut quitter le manoir, mais Mickhaïl, le majordome, le convainc de rester pour sauver Edana, la nièce d’Angus, qui se trouve en état léthargique. La seule façon de la sauver est d’empêcher le châtelain de compléter la cérémonie et mettre son projet à exécution. Pour cela, il va falloir franchir la porte de la géhenne. A Dieu vat !

 

 

 

 

 © Lamontagne, Ma Yi - Vents d’Ouest

 

 

Le diptyque Le manoir Sheridan se clôt et les promesses sont tenues. Jacques Lamontagne a écrit un Stranger things à la mode victorienne. Tous les ingrédients sont là pour faire frissonner. Un monde parallèle, des créatures démoniaques, ça, c’est pour les emprunts à la série. Un héros intrépide et une belle jeune femme à sauver, ça, c’est pour les références aux contes traditionnels. Le rebond final renforce la fin, comme dans les meilleures histoires de The Twilight Zone. Grâce à lui, le manoir Sheridan peut clore définitivement ses portes tout comme il peut accueillir de nouveaux hôtes. Avec cette histoire, le québécois Lamontagne prouve qu’il est aussi bon scénariste que dessinateur, mais il n’est pas ici aux pinceaux.

 

 

 

 

 © Lamontagne, Ma Yi - Vents d’Ouest

 

 

Ma Yi navigue d’un monde à l’autre en proposant des univers riches et envoûtants. Que l’on soit à l’intérieur du manoir ou dans ses alentours enneigés, ou si l’on traverse le miroir pour un monde satanique, Ma Yi dessine l’horreur en faisant peur avec des incubes, ces démons masculins censés abuser d'une femme pendant son sommeil, ou encore en mettant en scène un classique du film d’épouvante : la nonne. L’auteur joue également avec les couleurs, parties intégrantes. Après les deux tiers de l’album très sombres, le rouge apparaît dans la violence avant de laisser place à un changement de ton et d’ambiance.

 

 

 

 

 © Lamontagne, Ma Yi - Vents d’Ouest

 

 

Le fantastique horrifique est assez peu exploité en bande dessinée. Ça fonctionne pourtant à merveille. Le manoir Sheridan le prouve. Il paraît qu’ils vont faire chambre d’hôte. Réservez votre séjour.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Le manoir Sheridan

 

Tome : 2 - Retour aux enfers

 

Genre : Fantastique

 

Scénario : Jacques Lamontagne 

 

Dessins & Couleurs : Ma Yi

 

Éditeur : Vents d’Ouest

 

Nombre de pages : 56

 

Prix : 14,50 €

 

ISBN : 9782749309248

 



Publié le 10/11/2022.


Source : Boulevard BD


Spirou 4413 -  9 novembre 2022

 

 

Les filles de Dad s’animent !

 

 

 

 

 

 


 

            A l’occasion de la diffusion à la télévision du dessin animé Les filles de Dad, on apprend tout sur les coulisses de la création de l’œuvre et la façon dont elle a été transposée de la BD au cartoon. Pour l’occasion, quatre auteurs revisitent chacune des filles du papa comédien : Libon, Buche, Sess et David Gilson se prêtent à l’exercice, pendant que deux jeunes auteurs nous emmènent dans les coulisses du story-board et des décors. Et pendant que Nob fait du dessin animé, l’atelier Mastodonte en profite pour revenir faire un petit coucou. Quel bonheur ! Ça prouve que ça manque !

 

            Pendant ce temps, les abonnés vont lire Enfin tranquille !, une aventure de Spip sans Spirou ni Fantasio, un Stripbook signé Princesse Barbare.

 

Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Princesse Barbare – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Marsupilami : L’animal de Humboldt

Spirou chez les fous

Trésor : La vague rouge

 

 

Récit complet :

 

Atelier Mastodonte (L’) ( Jousselin, Bouzard, Trondheim, Nob, Obion, Bianco)

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Coach (Le)

Dad

Edito (L’)

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Grotesque (La pause-cartoon)

Kid Paddle

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tash & Trash (La pause-cartoon)

Tout savoir sans forcer (La pause-cartoon)

Willy Woob

 

Spécial Les filles de Dad :

Bébérénice (Libon)

Roxane (Sess)

Ondine (David Gilson)

Panda (Buche)

En coulisse : le story-board (Crenn)

En coulisse : les décors (Friha)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Ced

En direct du futur : Une exposition pour la mémoire, avec le Spirou de Bravo (Pasamonik)

Événement : Dad et ses filles s’animent.

Jeux : Panique au studio d’animation (Lerouge)

Leçon de BD (La) : Laurel

 

 

Supplément abonnés :

Stripbook : Enfin tranquille !, une aventure de Spip sans Spirou ni Fantasio (Princesse Barbare)

 

 

 

En kiosques et librairies le 9 Novembre 2022.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 



Publié le 10/11/2022.


Source : Bd-best


La puissance des ricochets.  Les contes des cœurs perdus 7 - Merlin

 

« - Merlin… Je sais !

- Tu sais quoi ?

- Si t’es dans la lune, c’est pas seulement à cause de ta maman… Il y a une fille là-dessous... »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Josette, dite Chaussette, vient de mettre en rogne Merlin, l’ado, fils de ses voisins Esther et Pierre. S’il est dans les nuages, selon elle, c’est parce qu’il est amoureux. Ce n’est pas toujours facile, les premières amours. Surtout qu’en ce moment, sa maman est malade. Elle a un très sérieux problème de santé. Alors, pour changer les idées à Merlin et à son petit frère Perceval, Chaussette et Jeannot les amènent souvent en balade en forêt, pour une partie de pêche et quelques ricochets.

 

 

 

 

© Maurel, Clément – Delcourt

 

 

                Chaussette, Jeannot et Merlin sont trois contes des cœurs perdus indépendants, signés Loïc Clément, mais qui forment une trilogie fort émouvante. Le premier a été dessiné par Anne Montel, les deux suivants par Carole Maurel. Le premier raconte l’histoire de Chaussette et son corgi, une mamie du quartier, narrée par Merlin. Le troisième est consacré à Merlin par le prisme de Chaussette. L’adolescent se cherche, perturbé par la maladie de sa mère et vivant son premier flirt. Un clin d’œil à Totoro vient en décupler l’émotion. Ce conte moderne est de ces récits où il ne se passe rien mais il se dit tout, où la force des sentiments est décuplée. Loïc Clément explique la genèse de ce triptyque en postface et l’on y découvre qu’elle ne date pas d’hier.

 

 

 

 

© Maurel, Clément – Delcourt

 

 

                Carole Maurel dessine et peint cet album avec délicatesse. Les éclairages de mi-saisons apportent des impressions de chaleur doucereuse. Elle joue avec les yeux des personnages et les lunettes de ceux qui en ont pour traduire les sentiments d’incertitude, d’interrogation, de surprise, d’inquiétude ou d’amour et d’amitié des différents protagonistes. Aidée par les textes de son scénariste, Carole Maurel donne de la vie à la nature et transforme des ricochets en instants d’éternité. En quelques albums, choisissant ses scenarii avec cohérence, Carole Maurel est devenue l’une des dessinatrices majeures du moment.

 

 

 

 

© Maurel, Clément – Delcourt

 

 

                « L’avantage avec les problèmes, c’est qu’ils ont toujours une solution ! » dit Chaussette à Merlin. L’avantage avec les contes de Loïc Clément, c’est qu’ils aident à comprendre les peines et contribuent, de ce fait, à les soigner à défaut de pouvoir les guérir.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Les contes des cœurs perdus

 

Tome : 7 - Merlin

 

Genre : Histoire d’amour

 

Scénario : Loïc Clément

 

Librement inspiré d’une nouvelle de : Sabine Suchet

 

Dessins & Couleurs : Carole Maurel

 

Éditeur : Delcourt

 

Collection : Jeunesse

 

Nombre de pages : 40

 

Prix : 11,50 €

 

ISBN : 9782413038849

 



Publié le 09/11/2022.


Source : Boulevard BD


Le retour du club des 6.  La clique 2 - La clique casse la baraque

 

 

« - Oh ?! Tu as mis des sandales, aujourd’hui ?

- Oui ! Comme ça, mes pieds voient où ils marchent.

- Mmh… T’as raison ! C’est plus pratique.

 

 

 

 

 

 


 

                Après être passée à l’attaque, la clique casse la baraque. Les enfants de la garderie sont de retour pour une semaine complète. Cinq chapitres du lundi au vendredi nous permettent de passer de bons moments avec eux. Lundi, il fait beau. Si Max le surfeur déteste ce jour, Téa, l’intello, est aux anges. Concentrée, elle taille des crayons pendant que Jojo cherche quelqu’un pour lui lire les règles de Rush Hour. Mardi, youpi, vive l’école ! Qu’est-ce qu’on apprend ? Que Max déteste aussi le mardi ! Le stress donne à Nénette ses premiers cheveux blancs… à moins que ce ne soit la pâtisserie.

 

 

 

 

© Sti, Eparvier - Glénat

 

 

                Mercredi, crotte, il pleut ! Max n’est pas du matin, mais pas de la journée entière non plus. Le ventre de La Zouille gronde plus que l’orage. Et vous connaissez le talkie-walkie fait-maison avec des pots de yaourts et une ficelle ? Jojo va y entendre de drôles de choses. Jeudi, ouais ! Miam, les frites à la cantine ! Tim s’inquiète du changement de couleur de Jojo. Nénette fait le portrait de Max en poterie pendant que Tea philosophe dans le bac à sable avec son frère. Vendredi, c’est le week-end ! Enfin, presque ! Max a encore le temps de lancer une nouvelle mode. La Zouille invente de nouveaux noms d’aliments et Jojo se fait insulter. Il peut compter sur sa sœur pour le consoler… ou pas.

 

 

 

 

© Sti, Eparvier - Glénat

 

 

                La collection La Collec’ chez Glénat s’adresse aux jeunes lecteurs. La clique est même abordable pour les très jeunes. C’est drôle, c’est frais, c’est innocent, comme les enfants. On ne peut pas faire un livre comme ça sans aimer les gosses. Hervé Eparvier écrit des situations simples et rigolotes pour un gagman hors pair que l’on retrouve pour une fois à dessiner les gags d’un autre : Sti. Double défi pour Eparvier : être à la hauteur du public visé… et de son dessinateur. Si, sans mauvais jeu de mot, le premier est de petite taille, l’autre est maintenant un grand nom de la BD d’humour. Eparvier fait coup double et marque des points dans les deux camps.

 

 

 

 

© Sti, Eparvier - Glénat

 

 

                Pour une première BD à offrir, La clique est idéale. On l’attend déjà impatiemment pour un nouveau tour de fanfare.

 

               

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : La clique

 

Tome : 2 - La clique casse la baraque

 

Genre : Humour 

  

Scénario : Hervé Eparvier

  

Dessins & couleurs : Sti 

 

Éditeur : Glénat

 

Collection : La collec’

 

Nombre de pages : 80 

 

Prix : 9,90 €

 

ISBN : 9782344053683

 

 



Publié le 09/11/2022.


Source : Boulevard BD


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2023