Nos vies sans maîtres. Comme des bêtes 1
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Nos vies sans maîtres.  Comme des bêtes 1

 

 

 

« - Hé, y a un nouveau dans le square, on va le saluer ?

- Salut ! Moi, c’est Max, et toi ?

- Euh… Je sais plus…

- C’est dingue, ça… Même pas une petite idée ?

- Non, on m’appelle souvent « sale bête » ou « gros dégoûtant », mais c’est pas mon nom !

- Pourquoi tu regardes pas sur ta médaille ?

- Hé, bonne idée !... « Made in China »… Désolé, je vais m’isoler un peu, c’est rude de découvrir qu’on a un nom aussi pourri... »

 

 

 

 

 

 

Quand Max, le Jack Russel terrier, se promène dans le square municipal avec ses potes, toute occasion est bonne pour se faire de nouveaux amis. Mais les chiens de la ville ne sont pas tous des premiers prix d’université. Il y a pas mal de crétins. Les canidés n’ont pas l’apanage de la sottise. Les pigeons, ainsi que les chats, se débrouillent pas mal également. Et que dire de Pompon (Snowball en version originale), le so cute petit lapin blanc, et Ozone, le chat sans poil, dont leur bêtise n’a d’égal que leur méchanceté.

 

 

 

 

© Lapuss’, Goum - Dupuis/Universal Studio

 

 

Que font les animaux lorsque leurs maîtres sont absents ? Tel est le pitch de la bande dessinée et des films dont elle est issue. Pour autant, l’album n’est pas une adaptation des longs métrages animés mais une série de gags originaux.

 

 

 

 

© Lapuss’, Goum - Dupuis/Universal Studio

 

 

Lapuss’, déjà aux manettes des gags des Minions avec Renaud Collin au dessin, alterne les gags avec Max, Duke et leurs acolytes chiens, avec ceux mettant en scène les autres animaux, le cochon d’Inde Norman tirant son épingle du jeu.

 

Avec un graphisme en couleurs directes, sans traits de délimitation, Goum a un style proche de celui de Collin. C’est cartoon, c’est punchy, c’est fidèle aux films.

 

 

 

 

© Lapuss’, Goum - Dupuis/Universal Studio

 

 

Pas facile de faire une telle adaptation. Les studios Universal ont laissé une grande liberté aux auteurs, sans cahier des charges précis, mais avec des retours réguliers.

 

 

 

 

© Lapuss’, Goum - Dupuis/Universal Studio

 

 

Autant la recette marche sur les Minions, dont aucun des individus n’a une personnalité particulière, autant sur Comme des bêtes, c’est plus compliqué à cause du grand nombre de personnages. Certains apparaissent tellement peu qu’on a du mal à s’y attacher ou à les détester. Peut être aurait-il mieux valu sacrifier certains d’entre eux pour plus se focaliser sur d’autres. L’ensemble est quand même plaisant à lire, à le mérite d’être une vraie création, et les gags sont amusants, s’adressant aux lecteurs dès leur plus jeune âge.

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Comme des bêtes

 

Tome : 1

 

Genre : Humour animalier

 

Scénario : Lapuss’

 

Dessins & Couleurs : Goum

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 9,90 €

 

ISBN : 9791034738922

 



Publié le 01/09/2019.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019