Papaoutai, Mamanoutai. Bajka 1 - Le dernier jardin / 2 - La maison abandonnée
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Papaoutai, Mamanoutai.  Bajka 1 - Le dernier jardin / 2 - La maison abandonnée

« - C’est une journée tellement morose que je ne souhaite qu’une chose, qu’elle finisse. Snif… Bouh ! Je voudrais qu’elle finisse tout de suite, maintenant !

- Mais rassure-moi… Nous allons bien dîner d’abord ?

- D’habitude nous sommes très courageuses toutes les deux, n’est-ce pas ? Mais parfois quand on se fait entourlouper ou que quelque chose va de travers… Alors, là… Je me dis que je n’y arriverai pas. Snif. Et que nous ne retrouverons jamais les parents car ils sont déjà trop loin... »

 

 

 

 


 

                Dans un monde post apocalyptique, la petite Wiktoria et le chien Bajka errent à la recherche des parents de la gamine. La terre est sèche et les rencontres peu nombreuses. Réalistes (un tapir) ou fantastiques (une drôle de forme qui change), elles égayent ou effraient la route de nos amis pour qui, pour l’instant, ne restent que les souvenirs.

 

 

 

 

© Podolec - Paquet

 

 

                Rares sont les auteurs polonais publiés sur le marché francophone. Pourtant, la bande dessinée polonaise est riche. Preuve en est le livre De Birek, Machlajewski, Rusek et Szylak paru en décembre 2019 aux éditions PLG. Marzena Sowa (Marzi, avec Sylvain Savoïa chez Dupuis) est l’arbre qui cache la forêt. Marcin Podolec est un auteur polonais renommé. Après quatre one shot édités en France, Bajka est sa première série. Il vit à Lodz en Pologne. Bajka est son vrai chien. Il la promène tous les jours dans un parc. On peut la voir en photo en fin d’album.

 

 

 

 

© Podolec - Paquet

 

 

                Bajka a la poésie de ces dessins animés de l’Est au graphisme rond, aux décors dépouillés et aux peu de personnages en scène mais attachants. On pense bien sûr à Topek et à Lolek & Bolek, mais la comparaison s’arrête là. Bajka est une série plus profonde et ne s’adresse pas qu’aux enfants. Fable proche de thèmes chers à Perrault ou Andersen, Bajka explore l’angoisse de l’abandon. L’inquiétude de la fillette est contrebalancée par l’humour du chien. Bajka sert de béquille, non seulement à Wiktoria, mais aussi aux jeunes lecteurs qui évitent de plonger abruptement dans une ambiance de fin du monde qui pourrait paraître anxiogène.

 

 

 

 

© Podolec - Paquet

 

 

                Le lecteur avisé remarquera une petite curiosité. Les deux tomes paraissent simultanément mais le tome 2 est estampillé Paquet alors que le tome 1 porte le logo EP des défuntes éditions Emmanuel Proust. Les premiers ayant acheté les seconds, ceci explique cela.

 

 

 

 

© Podolec - Paquet

 

 

                Etape suivante après une initiation à la BD avec Petit Poilu, Bajka est une aventure qui peut être lue dès 6 ans et être apprécié différemment selon les âges jusqu’à bien plus tard.

 

 

 

 

© Podolec - Paquet

 

 

                « Je pourrais raconter ton histoire à l’école, si elle existait toujours... » dit Wiktoria au tapir. C’est drôle comme cette phrase sonne étrangement par les temps qui courent.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

PS : Nous devons tous rester chez nous, sauf nos amis de la santé et de la distribution alimentaire à qui nous pensons très fort. En ces temps compliqués, quoi de mieux que de lire des BD. Pour acheter ces beaux albums, si les librairies ont dû fermer leurs rideaux, n’oubliez pas que beaucoup d’entre elles proposent des services de vente par correspondance sur leurs sites. Alors, avant de vous précipiter sur les sites d’Amazan ou de la Fnoc, vérifiez si votre libraire de quartier ou de plus loin le fait.

 

 

 

Série : Bajka  

 

Tomes : 1 - Le dernier jardin / 2 - La maison abandonnée

 

Genre : Seuls au monde 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Marcin Podolec 

 

Éditeur : Paquet

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 12 € le titre

 

ISBN : 9782889330980 /  9782889331024

 



Publié le 23/03/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020