Pas de palme d’or pour l’huile de palme. #Les belles vertes 2 - Sauvons les orangs-outans !
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Pas de palme d’or pour l’huile de palme.  #Les belles vertes 2 - Sauvons les orangs-outans !

 

« - Vous tombez au bon moment ! On a prévu une opération de sensibilisation contre l’huile de palme.

-   Pour sauver les orangs-outans ??? Trop bien.

-   Oh non, vous savez pas ce que vous avez déclenché, là !

-   Oui, des orangs-outans mais d’autres espèces aussi. On a prévu des flyers pour les supermarchés ! Ce sont eux les plus gros revendeurs d’huile de palme. »

 

 

 

 

 

 


 

                Présente dans une bonne partie des produits de consommation courante, l’huile de palme est la cause d’un désastre écologique annoncé. Pour la produire, des forêts entières sont coupées pour les remplacer par des champs de palmiers. La principale conséquence est la disparition de nombreuses espèces animales, avec au premier plan les orangs-outans, à cause de la destruction de leurs milieux naturels. Ehma, Lily, Fadila et Silas décident de s’attaquer à Bioraffina, une raffinerie française dirigée par Jean-Jorges Darrigol, un beau spécimen d’hypocrite. Les belles vertes vont-elles réussir à éveiller les consciences en menant une nouvelle action d’éclat ? 

 

 

 

 

© Nicoloff, Zanon, Losty - Jungle

 


                Surfant sur la vague de la feel good BD girly, #Les belles vertes se place sur le créneau fort peu occupé de la bande dessinée engagée pour jeunes. Côté humour, il y a Les sisters. Côté tendresse, il y a Les carnets de Cerise. Côté écolo, il y a à présent cette nouvelle série, qui n’est pas réservée qu’aux filles.

 

 

 

 

© Nicoloff, Zanon, Losty - Jungle

 

 

                Loïc Nicoloff a prouvé son savoir-faire en collaborant avec Christophe Arleston, puis en prenant sa suite, sur les scenarii de Léo Loden. Il s’est essayé à la BD d’action et à l’humour. Avec #Les belles vertes, il est enfin en mesure d’obtenir son premier vrai grand succès personnel. Cette série est générationnelle. Elle répond à de nombreux problèmes que se posent les ados, préoccupés par l’avenir de la planète que leur laisseront les adultes. Ces ados, hermétiques aux discours politiques alambiqués et menteurs, s’engagent pour leur futur. Nicoloff ne présente pas un groupe de super-héroïnes.

 

                Alberto Zanon a un graphisme entre Nicolas Bannister et Aurélie Neyret. Les personnages aux grands yeux se rapprochent de ce qui se fait en dessins animés. C’est Antoine Losty qui s’est chargé de leurs design ainsi que de la couverture. Le dessinateur s’en est emparé pour se les approprier et en faire le reflet des jeunes de leur âge.

 

 

 

© Nicoloff, Zanon, Losty - Jungle

 

 

                Bonus instructifs, les auteurs ont intégré à leur histoire des pages didactiques, par l’intermédiaire de la tablette d’Ehma. On en apprend ainsi plus sur les bio-carburants, fausse bonne idée, les méfaits de la climatisation et la démoustication. La lecture reste fluide. L’éditeur aurait pu en faire une BD 2.0 avec des QR codes qui auraient permis d’aller glaner ces infos sur le web… mais cela aurait été en contradiction avec le message écologique des Belles vertes.

 

                #Les belles vertes est une série engagée et engageante, instructive mais jamais trop didactique, une belle aventure d’ados pour ados, mais pas qu’eux. Parents, lisez-la. Ça changera sûrement certaines de vos habitudes. 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : #Les belles vertes  

  

Titre : 2 – Sauvons les orangs-outans ! 

 

Genre : Aventure écologique 

 

Scénario : Loïc Nicoloff 

 

Dessins : Alberto Zanon

 

Design des personnages & couverture : Antoine Losty

 

Couleurs : Francesca Piscitelli 

 

Éditeur : Jungle

 

Nombre de pages : 72 

 

Prix : 13,50 €

 

ISBN : 9782822232623

 



Publié le 11/07/2021.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2021