Précurseuse du 7e art ... « Alice Guy » de Catel et Bocquet
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Précurseuse du 7e art ... « Alice Guy » de Catel et Bocquet

 

 

 

« Le premier enfant qui eut l’idée de placer ses petites mains devant une source lumineuse en agitant les doigts pour voir leur ombre démesurément grandie danser sur les parois d’une grotte ou un mur inventa le cinématographe. » Alice Guy (1873-1968).

Il est des centres d’intérêt qui se conjuguent sous plusieurs formes, en plusieurs tomes, en plusieurs volumes, en plusieurs genres …

 

 

 

 

 

 

 

Mais avant, petite leçon d’histoire : « Alice Guy, ou Alice Guy-Blaché (à partir de son mariage en 1907), née le 1er juillet 1873 à Saint-Mandé et morte le 24 mars 1968 à Wayne dans l'État du New Jersey aux États-Unis, est une réalisatrice, scénariste et productrice de cinéma française, ayant travaillé à la fois en France et aux États-Unis.

Pionnière du cinéma, elle propose à Gaumont, chez qui elle n'est initialement que secrétaire, de tourner de courtes fictions pour soutenir la vente des caméras et projecteurs. … » et blablabla … merci Wikipédia pour cette biographie bien faite … mais peu motivante à lire !

 

 

 

 

© Bocquet – Muller – Casterman

 

 

Alors pourquoi ne pas découvrir le destin hors-norme de cette femme qui a bousculé les « bonnes convenances » de son époque pour vivre son rêve, sa passion, sous une autre forme ?

Donc reprenons, qui est donc Alice Guy ?

En quoi, cette femme « restée dans l’ombre » de l’Histoire a-t-elle marqué son époque ?

Comment va-t-elle s’y prendre ?

Pour suivre cette « Clandestine de l’Histoire » dans sa vie trépignante, Catel Muller et José-Louis Bocquet se proposent comme guide, nous y entraînant sur plus de 315 pages passionnantes. Loin d’être repoussantes, le lecteur s’y sent immédiatement à l’aise … les pages, les chapitres, les épisodes de la vie d’Alice se dévorent sans que nous ne nous rendions compte !

 

 

 

 

 

© Bocquet – Muller – Casterman

 

 

 

 

Aux balbutiements du cinéma, un an avant que les frères Lumières n’inventent le cinématographe (1895), à Paris, une jeune femme de 21 ans se fait engager par Monsieur Gaumont, fondé de pouvoir chez « Richard, Comptoir de la Photographie ».

- Mais je crains que vous ne soyez trop jeune, mademoiselle !

- N’ayez crainte, ça me passera

Rapidement, en travaillant de 8h30 à 23h, 7 j sur 7, terriblement efficace, elle se rend indispensable. Et lorsque Léon Gaumont fonde sa propre société, c’est tout naturellement qu’il embarque cette jeune femme énergique sur son paquebot … la « Cinématographie Gaumont » avec comme projet l’image animée !

Pour booster la vente d’appareils de projection, Alice propose de réaliser de petits films qui seront projetés aux candidats acquéreurs. En effet, comment ne pas mieux les convaincre qu’en visionnant des films ?!

 

 

 

 

 

 

© Bocquet – Muller – Casterman

 

 

Et cela fonctionne à merveille. Elle va alors réaliser quelques centaines de petits courts métrages muets, avec les moyens du bord au départ … Du burlesque à la simple danse gitane, scènes de la vie courante ou sketchs tournés en France et partout en Europe, elle se crée une filmographie impressionnante pour soutenir la vente de projecteur.

Filmographie impressionnante, oui ! Mais dont il ne reste pas grand-chose aujourd’hui … malheureusement ! Car à cette époque, ses films n’étaient pas forcément conservés … n’étant au départ qu’un support publicitaire ! Sans réel générique, ils étaient détruits sitôt usés ou, après emploi, rangés et oubliés dans un coin, une vieille malle au mieux, pour ne pas dire jetés à la poubelle !

 

 

 

 

 

© Bocquet – Muller – Casterman

 

 

 

Du Buster Keaton, du Charlot avant l’heure, le client est conquis … Et loin de s’arrêter, elle se lancera tout naturellement dans de plus grosses productions …

Elle se prend au jeu de la réalisation et va, entre 1898 et 1899, jusqu’à « inventer » le péplum, le 1er de l’histoire du cinéma, avec une Passion de Jésus-Christ. Tourné en plusieurs épisodes pour un total de 35 minutes, ils seront « dispersés » au gré des ventes « publicitaires » de projecteurs. Enorme succès international, elle en tournera, en 1906, de nouveaux épisodes (La Naissance, la Vie et la Mort du Christ) mais avec des moyens nettement supérieurs alors : budget en conséquence, 300 figurants, 25 tableaux, … Oui le péplum est bien né !

Ses créations connaîtront souvent le succès populaire … mais seront aussi parfois des flops !

Ainsi va l’histoire du cinéma et de ses créateurs …

 

 

 

 

 

© Bocquet – Muller – Casterman

 

 

Ses sujets de prédilection sont variés. Pourtant, là encore, elle se montrera parfois avant-gardiste, n’hésitant pas à traiter, sur un ton parfois « satirique » des thèmes comme le sexisme, la traite des blanches, le féminisme, ...

Mariée en 1907 avec Herbert Blaché, un opérateur de Gaumont à Londres, elle le suit aux Etats-Unis. Elle y deviendra la 1ère femme à créer une société de production cinématographique, la Solax !

Elle se construit des studios, tourne films sur films n’hésitant pas à s’entourer d’un casting inédit avec aucun acteur blanc (A Fool and His Money, en 1912) !

La fortune est au rendez-vous !

Hollywood n’est pas encore née qu’elle est à nouveau pionnière en son domaine !

Le nombre de ses productions est impressionnant !

 

Cette vie, loin d’être un fleuve tranquille, est à l’image de l’épopée du cinéma, dont Alice Guy est un pilier fondateur indiscutablement.

 

 

 

 

 

 

© Bocquet – Muller – Casterman

 

 

 

 

 

 

 

 

Son mariage finit dans les bras d’une jeune actrice ! Elle est ruinée et doit revenir en France. Plus jamais, elle ne récupérera sa place et son aura !

Et dire qu’elle avait côtoyé, d’égal à égal, les plus grands de son époque ! Léon Gaumont évidemment, mais également Georges Demenÿ, les frères Lumière, les frères Pathé, Gustave Eiffel, Georges Méliès, Emile Zola, la Belle Otero, Caruso, Charlie Chaplin, … pour ne citer qu’eux !

Elle meurt dans un quasi anonymat en 1969 et sans avoir revu le moindre de ses films.

C’est un peu par hasard qu’en 2011, Matin Scorsese la tire de l’ombre où les projecteurs l’avaient « oubliée ». Ses films sont redécouverts, retrouvés ici et là et mis enfin à l’honneur … à la place qu’ils méritent au Panthéon du Cinéma.

 

« Alice Guy était une réalisatrice exceptionnelle, d’une sensibilité rare, au regard incroyablement poétique et à l’instinct formidable. Et pourtant, elle a été oubliée par l’industrie qu’elle a contribué à créer. »

 

 

 

 

 

 

 

C’est toute cette vie foisonnante que José-Louis Bocquet nous scénarise avec brio, sans longueur, ni lassitude. Une impressionnante documentation, constituée notamment des mémoires d’Alice Guy elle-même, lui a servi de base à la réalisation de son scénario. Complicité parfaite avec sa dessinatrice de cœur, le séquençage en pages et en cases, de la naissance à la mort d’Alice Guy, est digne d’un biopic BD « oscarisable » !

Avec Catel Muller, ils ont réalisé un remarquable travail de recherche historique et de représentation imagée … emplie de justesse, de reconnaissance culturelle et historique.

Le dessin léger et souple, en noir et blanc, nuancé de gris, donne une ambiance très Belle Epoque à l’ensemble … pour le plus grand plaisir des yeux du lecteur.

 

Une chronologie précise, des notices biographiques fort détaillées et une filmographie-bibliographie complètent cette brique de 400 pages au total.

 

Comme pour les 3 premiers tomes de cette collection « Les Clandestines de l’Histoire », le lecteur découvre le destin incroyable de cette femme de génie, autonome, indépendante, affirmée dans un monde d’hommes.

 

Une bible indispensable à n’en pas douter aussi bien pour tout amoureux du cinéma, que pour bédéphile amateur ou accroc.

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

Titre : Alice Guy

 

Genre : Roman graphique

 

Scénario : José-Louis Bocquet

 

Dessin : Catel Muller

 

Éditeur : Casterman

 

Collection : Les Clandestines de l’Histoire

 

Nombre de pages : 400

 

Prix : 24,95 €

 

ISBN : 9782203171657



Publié le 11/10/2021.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2021