Réunir les amateurs de SF et d’archéologie est chose faite. Oliver Page & les tueurs du temps 1
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Réunir les amateurs de SF et d’archéologie est chose faite.  Oliver Page & les tueurs du temps 1

« - Les marches mènent à une porte, Oliver. Les signes ne laissent pas de doute. C’est l’entrée d’une tombe.

- Sir Prown est le patron des fouilles. C’est lui qui finance tout, Beatriz… Et il a formellement interdit qu’on entre dans la tombe avant qu’il n’arrive de Téhéran avec les journalistes.

- Si nous attendons Prown, nous nous ferons voler notre découverte…

- Ce qui serait injuste pour vous qui méritez bien la réussite officielle.

- Et pour vous Oliver. La publicité des journaux fera reconnaître l’homme remarquable que je vois déjà en vous. »

 

 

 

 

 

 

En 2544, un homme et une femme, Bogdan et Wynn, parcourent une ville abandonnée. L’air est acide, la pluie est brûlante. Il pourchassent un monstre, abominable tueur. Attaqué par une amibe, Bogdan se trouve zombifié et se dirige vers un fauteuil qui semble l’amener dans un autre espace-temps. Essayant de le retenir, Wynn échoue et voit sa main arrachée.

670 ans plus tôt, en 1874, centre de la Perse. Oliver Page et Beatriz Bentham-Rose sont à deux doigts de faire une découverte archéologique majeure. Persuadés d’être sur la piste du mausolée d’Alexandre le Grand, ils découvrent un trône étrange, le fauteuil sur lequel s’assiera Bogdan. Mais ça, ils ne le savent pas encore.

 

 

 

 

© Griffo, Desberg, Felideus - Glénat

 

 

Oliver Page et les tueurs de temps est un diptyque dont le premier volet mêle  les époques et les mystères. L’archéologue se trouve dans une enquête dont le mystère n’a pas sa résolution dans un lieu mais dans le temps.

 

Stephen Desberg signe un scénario qui pourrait sembler complexe, mais son savoir faire de vieux briscard lui permet de ne jamais perdre le lecteur. A la croisée des chemins de Stargate, la porte des étoiles, de Jack l’éventreur, de Prometheus et de La momie, il fallait réussir à développer un récit aux sources et influences si diverses. Des anneaux mystérieux, des chiens mystérieusement enragés, des voyages dans le temps, Desberg prouve que l’on peut écrire une histoire fluide aux entrelacs multiples. Le seul bémol que l’on pourrait faire réside dans le fait que le narrateur soit parfois Oliver Page, parfois extérieur et omniscient.

 

 

 

 

© Griffo, Desberg, Felideus - Glénat

 

 

Griffo est un stakhanoviste du dessin, le Lucky Luke des dessinateurs des années 2000. Si on peut lui reprocher d’avoir eu un trait un peu trop jeté dans certains albums, il réalise celui-ci avec l’application et le talent qui ont fait son succès. Certains visages ressemblent à du Jean-Marc Stalner, autre dessinateur rapide, populaire et doué. Griffo est aussi à l’aise dans les décors antiques que victoriens. Les ambiances futuristes sont plus évanescentes mais l’ensemble fonctionne.

 

 

 

 

© Griffo, Desberg, Felideus - Glénat

 

 

Cerise sur le gâteau, la fin du récit paraît dès le mois prochain. Les diptyques express, voilà un concept novateur et dans l’air du temps.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Oliver Page & les tueurs du temps

 

Tome : 1

 

Genre : Anticipation 

 

Scénario : Stephen Desberg 

 

Dessins : Griffo 

 

Couleurs : Felideus 

 

Éditeur : Glénat

 

Nombre de pages : 56 

 

Prix : 14,50 €

 

ISBN : 9782344026885

 



Publié le 21/01/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020