Rendez-vous à Pitchipoï. Après la rafle
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Rendez-vous à Pitchipoï.  Après la rafle

 

« - Pourquoi tu veux t’en aller ? Ils ont dit qu’on reverrait nos parents dans une semaine !

- Et toi, Henri ?

- Je… J’aimerais bien… Mais je peux pas, j’ai une hernie…

- Une hernie ? Ben c’est pas grave, tu l’emportes !

- Ha ha ha… Arrête de me faire marrer, c’est pas sympa, ça fait encore plus mal ! »

 

 

 

 

 

 

 

                Le jeune Joseph Weismann cherche un camarade pour s’évader du camp de Beaune-la-Rolande dans le Loiret. Venu de Paris, il y est arrivé il y a quelques jours avec ses parents et ses sœurs, mais ceux-ci, comme tous les adultes, ont été envoyés ailleurs. Il ne reste plus que les enfants. Joseph essuie les refus jusqu’à ce qu’il rencontre Joseph Koganovitch. Ils ont le même prénom. Leurs destins vont se trouver lier à tout jamais. La vie de Joseph a changé le 16 juillet 1942 lorsque lui et les siens ont été raflés au Vél’d’Hiv’. A l’arrivée au camp, le père de Joseph veut montrer à son fils qu’il peut y avoir un espoir. « Papa, toi, tu crois qu’on va où après ? ». « Moi ? Je crois que… qu’on va à Pitchipoï. » Pitchipoï, village rêvé de la culture yiddish polonaise, symbolise la Terre promise des juifs. Mais pour l’instant, seul l’enfer leur est promis...

 

 

 

 

 © Delalande, Bidot, Weismann - Les Arènes BD

 

 

                Si cet album de bande dessinée est co-signé Joseph Weismann, c’est que le petit héros a réussi sa fuite. On le sait dès le départ puisque l’histoire commence en 1965, au moment où il apprend que l’autre Jo vient de retrouver sa trace. Le voilà parti pour New-York afin de le retrouver. Son long voyage sera l’occasion pour lui de se remémorer les événements innommables qu’ils ont vécus. Avant, pendant et après la rafle,… Et également après l’évasion, quand le chemin de Croix va se poursuivre.

 

 

 

 

 © Delalande, Bidot, Weismann - Les Arènes BD

 

 

                Joseph Weismann a mis longtemps avant d’accepter de témoigner. C’est Simone Veil qui l’a convaincu que c’était nécessaire, pour le devoir de mémoire, afin que le monde ne retombe pas dans un tel chaos. L’homme a participé à l’écriture de divers documentaires et du film La rafle, avec Jean Reno et Gad Elmaleh. Il a raconté sa vie dans un livre paru en 2011 aux éditions Michel Lafon. C’est ce récit qui est aujourd’hui adapté en BD sous son œil d’acteur d’une tragédie pire que toute fiction n’aurait pu imaginer. Romancier et scénariste, Arnaud Delalande s’attache à rester coller aux souvenirs de Joseph. On ne met pas en scène une telle histoire. On ne peut que se contenter de l’exposer. Au dessin, Laurent Bidot s’attache à la vérité historique. Lorsque la famille Weismann découvre l’intérieur du Vél’D’Hiv’, on y entre avec eux. Les odeurs immondes du camp de Beaune, on les sent. Et lorsque les familles des évadés décident des années plus tardde se rendre sur les lieux, à Beaune, où il n’y a plus rien, la mise en scène est remarquable. 

 

 

 

 

 © Delalande, Bidot, Weismann - Les Arènes BD

 

 

                Avec des albums comme celui-ci ou Beate et Serge Klarsfeld un combat contre l’oubli, la bande dessinée se positionne plus que jamais comme un média vecteur de mémoire. Tant du point de vue scénaristique que graphique, Après la rafle s’inscrit comme un album majeur de 2022, année du quatre-vingtième anniversaire de la rafle du Vél’D’Hiv’. Indispensable. Plus qu’indispensable.

               

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Après la rafle 

 

Genre : Drame historique

 

Scénario : Arnaud Delalande

 

D’après et avec la participation de : Joseph Weismann 

 

Dessins : Laurent Bidot

 

Couleurs : Clémence Jollois 

 

Éditeur : Les Arènes BD

 

Nombre de pages : 128

 

Prix : 21 €

 

ISBN : 9791037505699

 

 



Publié le 05/05/2022.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2022