Séance de rattrapage : Final grandiose pour une série qui mérite le Valhalla. Serpent Dieu 3- Les mânes de Loki
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Séance de rattrapage : Final grandiose pour une série qui mérite le Valhalla. Serpent Dieu 3- Les mânes de Loki

« - Les trois ne devaient jamais s’affronter… La mort de Sven a brisé ce vœu. Et celle d’Ygrid a aggravé les choses. Odin nous a reniés. Il n’y a plus de guerriers-fauves sur Midgard, Orcadien. Plus de gardiens pour contrer les vues du Serpent-Dieu. Nous ne sommes plus, toi et moi, que de simples guerriers. Désires-tu toujours, privé de la fureur du seigneur des ases, t’opposer à un Roi et un Dieu ?

- J’ai vu l’absurdité de ce que j’avais fait, Tarâ. Je ne l’ai compris qu’à la mort d’Ygrid. Ma colère s’est alors dissoute et j’ai pu clairement voir le mal que mes choix ont causé. Je ne désire rien d’autre désormais que de sauver ce qui peut encore l’être. Avec ou sans l’aide des Dieux. »

 

 

 

 

 

 

 

 

                L’équilibre des trois piliers de Midgard est menacé. Le chaos s’annonce. De retour en Islandia, Elrik et Tarâ s’apprêtent à affronter l’armée de guerriers réveillés par Loki, parmi lesquels Nessa, son ancien amour morte sous la lame de son père. Elrik va devoir constituer des alliances contre nature s’il veut venir à bout de la légion des morts. Mais cela sera-t-il suffisant ?

 

 

 

 

© Dellac, Le Gris, Bouet– Glénat

 

 

                Jérôme Le Gris écrit une épopée. Fils naturel de Tolkien et de Jean Van Hamme, le scénariste forge une mythologie scandinave inspirée de celle existante en y ajoutant sa patte. Avec des dialogues pointus, il choisit le camp de la légende. Si on imaginait mal les vikings parler comme ils le font ainsi dans la réalité, on bascule avec naturel dans le camp d’une histoire témoin d’une époque et d’une ambiance, comment pourrait-on dire ?, littératurisée pour que les dieux en sortent grandis.

 

                Le Gris a relevé un défi important avec la conclusion de ce cycle. Raconter une grande bataille sans que cela ne soit redondant ou ennuyeux n’est pas donné à tout le monde. On est immergé dans le combat en ayant l’impression d’entendre le Carmina Buruna de Carl Orff ou La chevauchée des Walkyries de Ricahrd Wagner.

 

 

 

 

© Dellac, Le Gris, Bouet– Glénat

 

 

                Sur le papier, ce troisième tome de Serpent Dieu avait tout pour être indessinable. Une bataille court sur une grosse partie de l’album dans un décor grandiloquent. De quoi en décourager plus d’un. Benoît Dellac l’a fait. C’est à la fois horrible et somptueux. C’est en tout cas objectivement d’une certaine prouesse. Les détails sont fignolés. Observez les arrière-plans des batailles et vous verrez que rien n’est négligé.

 

                Le découpage original ajoute une note de lyrisme. Outre de traditionnels fonds perdus, le dessinateur joue sur les double-pages, des compositions en rayons ou des cases savamment incrustés. Dans des histoires populaires, mais somme toute exigeantes comme Serpent Dieu, ce genre de talent passe malheureusement trop souvent inaperçu.

 

 

 

 

© Dellac, Le Gris, Bouet– Glénat

 

 

                Le cycle d’Islandia se clôt avec ce troisième volume avec à peine un an entre les parutions du premier et du dernier tome. Prendre de l’avance sur la suite avant de publier le début a été une excellente idée de l’éditeur. L’idée est à reproduire pour d’autres séries et pour un deuxième cycle de celle-ci.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

PS : Nous devons tous rester chez nous, sauf nos amis de la santé et de la distribution alimentaire à qui nous pensons très fort. En ces temps compliqués, quoi de mieux que de lire des BD. Pour acheter ces beaux albums, si les librairies ont dû fermer leurs rideaux, n’oubliez pas que beaucoup d’entre elles proposent des services de vente par correspondance sur leurs sites. Alors, avant de vous précipiter sur les sites d’Amazan ou de la Fnoc, vérifiez si votre libraire de quartier ou de plus loin le fait.

 

 

Série : Serpent Dieu 

 

Tome : 3- Les mânes de Loki

 

Genre : Epopée viking

 

Scénario : Jérôme Le Gris 

 

Dessins : Benoît Dellac

 

Couleurs : Sébastien Bouet & Benoît Dellac

 

Éditeur : Glénat

 

Collection : Grafica

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 14,95 €

 

ISBN : 9782344011775



Publié le 23/04/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020