Scouts toujours, mais Bond Scouts ! Black Badge
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Scouts toujours, mais Bond Scouts !  Black Badge

 

« - Félicitations mon garçon. Tu t’es bien débrouillé. Si bien que quelqu’un a demandé à te rencontrer. Will ? Je te présente Maître Gottschalk.

- Tu nous a impressionnés, Willy. Généralement, on ne recrute pas de jeunes hommes de cette manière… Mais ton père a insisté. Il m’a dit que tu avais l’étoffe. Il m’a assuré que tu ne te dégonflerais pas. Car, vois-tu, tu possèdes tous les insignes de mérite, sauf un. Ton père m’a dit que tu savais garder le silence.

 

 

 

 

 

 

                Willy possède tous les insignes scouts qui existent, même celui des théories de gestion mentale. C’est en essayant de gagner le dernier, celui de la plongée sous-marine qu’il a failli y rester. Il apprend alors qu’il lui restait un dernier insigne à conquérir, un dont personne ne connaît l’existence, le Black Badge. Les Scouts possédant le Black Badge font partie de l’élite et sont chargés de missions secrètes dans les divers endroits de la planète.

                Expert en communications, équipé des instruments de piratage satellite et numérique dernier cri, Willy intègre cet escadron aux côtés de Cliff, spécialiste de la sécurité et expert en combat rapproché, Mitz, archer expert et maître du déguisement et Kenny, le leader du groupe. Les adolescents sont en charge de missions impossibles, prêts à prendre tous les risques, même lutter contre d’autres groupes scouts ayant chacun leur spécificité lors du Jamboree du Rainbow Badge à Hawaï..

                Mais le jour où l’on va s’en prendre à l’un des membres du Black Badge, ça va être plus compliqué.

 

 

 

 

© Kindt, Jenkins, Jenkins - Futuropolis

 

 

                En douze chapitres écrits comme douze épisodes d’une série télévisée moderne, Matt Kindt créé un univers nouveaux aux multiples inspirations : un mix entre les sérieux Mission impossible et la plus fantasque Agence tous risques, le roman Sa majesté des mouches, dans lequel des enfants doivent s’organiser entre eux sur une île déserte, et enfin les Survival type Hunger Games de Suzanne Collins.

 

 

 

 

© Kindt, Jenkins, Jenkins - Futuropolis

 

 

                William Hearst, fondateur d’un mouvement scout descendant de celui de Baden Powell, est mis à l’honneur, mais il semble qu’il y ait une erreur orthographique. Il est écrit Hurst, autre William n’ayant rien à voir avec le scoutisme. L’homme fonda sa propre organisation destinée à sélectionner le meilleur des jeunes d’Amérique.

 

                Matt Kindt retrouve Tyler Jenkins, son dessinateur de GrassKings. Jenkins a un trait jeté qui va bien avec le punch de l’histoire. L’album pêche par sa mise en couleurs catastrophique. Les tons criards et mal détourés d’Hilary Jenkins gâchent le dessin de son mari qui aurait gagné à rester en noir et blanc. Quel dommage !

 

 

 

 

© Kindt, Jenkins, Jenkins - Futuropolis

 

 

                L’histoire a heureusement une dynamique qui sauve l’album et laisse sur une bonne impression.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

PS : Nous devons tous rester chez nous, sauf nos amis de la santé et de la distribution alimentaire à qui nous pensons très fort. En ces temps compliqués, quoi de mieux que de lire des BD. Pour acheter ces beaux albums, si les librairies ont dû fermer leurs rideaux, n’oubliez pas que beaucoup d’entre elles proposent des services de vente par correspondance sur leurs sites. Alors, avant de vous précipiter sur les sites d’Amazan ou de la Fnoc, vérifiez si votre libraire de quartier ou de plus loin le fait.

 

 

One shot : Black Badge 

 

Genre : Aventure 

 

Scénario : Matt Kindt  

 

Dessins : Tyler Jenkins

 

Couleurs : Hilary Jenkins

 

Traduction : Sidonie Van Den Dries 

 

Éditeur : Futuropolis

 

Nombre de pages : 336

 

Prix :  29 €

 

ISBN : 9782754828284

 



Publié le 11/04/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020