Se dépasser et y aller ! Les enfants de la résistance 8 - Combattre ou mourir / Urbex 2 - Douleurs fantômes
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Se dépasser et y aller !  Les enfants de la résistance 8 - Combattre ou mourir / Urbex 2 - Douleurs fantômes

 

« - Un message nous demande de récupérer du matériel abandonné par le réseau voisin :

- Oh Ooh ! Voilà qui est intéressant !

- Devinez ce qu’on nous propose d’aller chercher !?... En sachant que les allemands sont en ébullition depuis le début de l’été, et qu’il faut donc que ce matériel en vaille vraiment la peine pour prendre le risque de le récupérer !

- Des armes ?

- Des vivres ? Du matériel de sabotage ?

- Non, ce serait trop beau ! On nous demande de risquer nos vies pour récupérer du papier ! Un stupide stock de papier ! »

 

                Eté 1943. Les réseaux de résistance sont en pleine effervescence. Il faut redonner courage et espoir à la population. Pour cela, ils impriment et distribuent clandestinement des tracts et des articles pour contredire la propagande nazie et inviter à la riposte. Mais l’occupant contrôle les stocks de papier. Il va falloir trouver une astuce pour ravitailler les imprimeries clandestines, puis distribuer les écrits imprimés. C’est François qui va se trouver au premier plan de cet épisode dans lequel il va connaître bien des frayeurs, tout en gardant sa détermination.

 

 

 

 

© Ers, Dugomier – Le Lombard

 

 

                De nos jours, deux jeunes gens explorent une villa abandonnée, tellement abandonnée que le jour, elle n’existe pas. Eux seuls semblent pouvoir la voir et entrer à l’intérieur la nuit. On ne sait qui de Julie ou d’Alex raconte l’histoire. Eux-mêmes ne le savent pas. Cette villa Pandora symbolise un passé qu’il faut remuer. Lorsqu’ils visitent un autre lieu, comme le cinéma Odéon, c’est pour y voir une apparition qui va les conduire à tenter de sauver une femme bien tourmentée. Entre visions et pouvoirs exceptionnels qui permettent à Julie et Alex d’être de formidables Yamakasis, Villa Pandora surfe sur une vague horrifico-fantastique dont les embruns éclaboussent les visages des lecteurs ravis d’être effrayés.

 

 

 

 

© Clarke, Dugomier, Mikl – Le Lombard

 

 

                Avec Les enfants de la résistance, Vincent Dugomier signe un récit aventureux, instructif, avec une tension permanente. On ne présente plus la série, best-seller, à ranger désormais parmi les classiques. L’album est complété comme chacun par un dossier explicatif où l’on en apprend plus sur la presse clandestine, les maquis, ainsi que l’armistice en Italie et la libération de la Corse. Le graphisme semi-réaliste de Benoît Ers invite le jeune lecteur dans un récit et une problématique qu’il n’aurait peut-être pas appréhendé avec un style plus dur. Ses forts belles couleurs rythment à merveille les moments de la journée.

                Les auteurs proposent une bande dessinée historique intelligente, sans être didactique, tout en restant au plus près de la réalité, du type de ce qui pouvait se faire dans le journal Tintin. L’histoire reste à la hauteur et à la portée des jeunes lecteurs. La page web https://www.lelombard.com/bd/les-enfants-de-la-resistance est une mine de ressources pédagogiques. Signalons en particulier également l’excellent podcast « Résister ! » qui permet d’écouter des témoignages de véritables enfants résistants.

 

 

 

 

© Ers, Dugomier – Le Lombard

 

 

                Autre salle, autre ambiance avec Urbex. Dugomier est dans la fiction pure. Julie et Alex pratiquent l’exploration de lieux abandonnés la nuit. La série s’inscrit dans la veine fantastique des creepypastas, ces histoires horrifiques urbaines popularisés ces derniers temps par des YouTubeurs comme Squeezie. Chaque épisode d’Urbex amènent les deux adolescents à résoudre le problème d’une personne en comprenant les fantômes du passé qu’eux seuls peuvent voir. En parallèle, le mystère des jumelles Isadora et Marie-Jeanne, habitantes de l’énigmatique Villa Pandora, sert de fil rouge à cette série plus profonde qu’il n’y paraît, les tourments psychologiques étant au cœur des problématiques. Dugomier remonte jusqu’aux sources de la psychanalyse et montre la complexité d’une science qui n’en est encore qu’à ses balbutiements. Au dessin, Clarke adopte un style à mi-chemin entre Mélusine et ses Réalités obliques. Il sait inquiéter sans terroriser, émouvoir sans apitoyer. Ça a l’air facile comme ça mais c’est finement ciblé.

 

 

 


© Clarke, Dugomier, Mikl – Le Lombard

 

 

                Que ce soit avec ces deux séries, ou bien encore Les omniscients, Vincent Dugomier écrit des histoires sur le dépassement de soi, autant moralement que physiquement. Il redonne espoir aux adolescents qui, dans notre monde bien compliqué, doivent comprendre qu’ils sont le socle du futur, qu’ils ont chacun un rôle important à jouer et ont chacun un pouvoir et une puissance qui ne demandent qu’à se développer. Il faut juste qu’ils aient la patience et prennent le temps de grandir.

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

Série : Les enfants de la résistance

Tome : 8 - Combattre ou mourir

Genre : Histoire 

Scénario : Vincent Dugomier  

Dessins & Couleurs : Benoît Ers 

Éditeur : Le Lombard

Nombre de pages : 56 

Prix : 11,50 €

ISBN : 9782808204880

 

 

 

 

 

 


 

 

Série : Urbex

Tome : 2 - Douleurs fantômes

Genre : Fantastique 

Scénario : Vincent Dugomier  

Dessins : Clarke

Couleurs : Mikl 

Éditeur : Le Lombard

Nombre de pages : 56 

Prix : 12,95 €

ISBN : 9782808203616

 



Publié le 17/11/2022.


Source : Boulevard BD

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2022