Tout donner pour l’art et brûler sa vie. Basquiat
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Tout donner pour l’art et brûler sa vie.  Basquiat

« - J’ai quelques dizaines de cents.

- Ça devrait suffire pour deux bières.

- J’ai adoré ton passage.

- Tu le connais ? C’est…

- Klaus Nomi, je sais. Ravi de te rencontrer. Et si on décorait leurs murs ?

- Super idée !

- Steve va péter un câble.

- Mais qu’est-ce que vous foutez, bordel ?

- Dehors ! Et ne revenez jamais ! »

 

 

 

 

 

 

                Les soirées dans les clubs, l’alcool et la cigarette, l’art et la drogue. Ainsi était le quotidien de Jean-Michel Basquiat, artiste new-yorkais, mort d’overdose en 1988.

 

 

 

 

© Voloj, Mosdal - Soleil

 

 

                Est-ce le New-York des années 80 qui a fait Basquiat ou est-ce Basquiat qui a fait le New-York des années 80 ? Dans cette biographie atypique, Julian Voloj et Soren Mosdal retracent le parcours du bad boy de Manhattan, comme s’il était lui-même une de ses œuvres, comme s’il conversait avec les personnages de ses dessins. La couverture sur laquelle son ombre est l’une de ses productions conceptualise le parti pris des auteurs.

 

 

 

 

© Voloj, Mosdal - Soleil

 

 

                On aurait aimé un peu plus de densité dans les dialogues de Voloj pour rester plus longtemps dans les scènes. L’album se lit très vite, trop vite. Les personnages de Mosdal manquent un peu de finitions. Ce qui passe dans les décors est moins adapté aux acteurs. Mais comme tout est rapide comme la vie de Basquiat, c’est un point de vue justifié qui se défend.

 

                Le graffiti est ce qui a fait l’originalité de son parcours. Avec le mouvement Samos, il va de soi que Basquiat a révolutionné le paysage urbain. Sa rencontre avec Andy Warhol, le jour où dans un restaurant il lui a vendu pour un dollar un de ses dessins, a changé sa vie et l’a propulsé dans le cercle fermé des artistes contemporains bankables.

 

 

 

 

© Voloj, Mosdal - Soleil

 

 

                On ne guérit jamais de son enfance. Entre un père qui l’a délaissé et une mère dépressive, les cicatrices qui l’auront marqué ne se cicatriseront jamais. Pris sous l’aile de Warhol, il ne se remettra jamais de la mort de son mentor.

 

                Après Basquiat, l’enfant rayonnant, paru en mars 2019 aux éditions du Chêne, cet album est la deuxième biographie du peintre en peu de temps. Immersive, tragique et fascinante, elle fait de sa vie un graffiti, un dessin jeté sur un mur et qui n’a pas eu le temps d’être fignolé, parce que tout s’est consumé trop vite, comme un ange qui se serait brûlé les ailes à s’approcher trop près du soleil.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

One shot : Basquiat 

 

Genre : Biographie 

 

Scénario : Julien Voloj 

 

Dessins & Couleurs : Soren Mosdal

 

Éditeur : Soleil

 

Nombre de pages : 80

 

Prix :  18,95 €

 

ISBN : 9782302080379

 



Publié le 18/03/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020