Un super-héros de légende. Superino
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Un super-héros de légende.  Superino

 

« - Mais d’où que le crime naisse, je surgirai pour le combattre car je suis une… Crotte ! Le voyant s’est éteint !! Mon magnétophone portatif n’a plus de piles. Pfff… Pour une fois que je trouvais un ton naturel et simple pour commencer mon autobiographie…

- Hiiiiiiiiiii !

- Ah ! Un travail pour Superino ! »

 

 

 

 

 

 

 

Sur les toits de New Napoli, un justicier masqué veille sur la quiétude de la ville. Prêt à bondir à la moindre alerte, il est le protecteur de la veuve et de l’orphelin, de l’opprimé et de l’agressé. Alors, lorsqu’un brigand détrousse une faible femme, le justicier bondit. Ce justicier, ce super-héros, c’est Superino. Comme tout bon super-héros, il a une identité secrète. On ne tardera pas à l’apprendre. Il ne fait qu’un avec l’archimilliardaire Dino Dimarco. Il vit avec sa maman chérie, qui ne sait rien de son identité cachée, dans une splendide villa et personne ne sait qui il est réellement. Superino va avoir fort à faire face à un ennemi aux ramifications… tentaculaires : Poulpino.

 

 

 

 

© Keramidas, Trondheim, Findlaky - Dupuis

 

 

C’est en flânant dans une brocante que Lewis Trondheim et Nicolas Keramidas ont trouvé une caisse de vieux magazines italiens en mauvais état mais aux dessins attirants. Parmi tout ça, ils découvrent Superino, un personnage dessiné dans les années 60 par Daniele Bianco. Ce héros de fumetti aujourd’hui oublié semblait avoir un potentiel encore à exploiter. Pour en savoir plus, il leur fallait contacter Alfredo Paperone, historien de la BD italienne. Ce spécialiste leur fournit tout un tas de documentation, d’archives, permettant de mieux comprendre et connaître le personnage. Alors que nos deux auteurs français avaient proposé leurs versions disneyennes de Donald et Mickey, Superino leur offrait la possibilité de poursuivre dans un graphisme proche de cet univers. Mieux, ils pourraient se permettre plus de folie, sans le contrôle du géant américain.

 

 

 

 

© Keramidas, Trondheim, Findlaky - Dupuis

 

 

L’enquête permit ensuite à Trondheim et Keramidas de découvrir que Superino avait intéressé les éditions Dupuis dans les années 60, sous la rédaction en chef d’Yvan Delporte. Tous les voyants leur indiquaient qu’il était temps de redonner vie au vengeur masqué, à mi-chemin entre Batman et Soda, véritable condensé de BD franco-belge, américaine et italienne bien sûr. Pourtant, un mystère reste en suspend : comment se fait-il que l’on ne trouve aucune trace de la carrière passée de Superino sur le net ? Pourquoi un tel nom ne dit-il rien aux spécialistes modernes de la BD ? Tout simplement parce que c’est une légende, créé de toutes pièces par ces farceurs de Keramidas et Trondheim. Ce dernier n’en est pas à son coup d’essai. Souvenez-vous de Frantico.

 

 

 

 

 

© Keramidas, Trondheim, Findlaky - Dupuis

 

 

Quand la légende est plus belle que la réalité, racontez la légende. Sa création est une supercherie mais Superino reste néanmoins une chouette aventure de super-héros, drôle, parodique, dynamique, et que les auteurs ont pu traiter en toute liberté.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Superino

  

Genre : Humour super-héroïque 

 

Scénario : Lewis Trondheim 

 

Dessins : Nicolas Keramidas 

 

Couleurs : Brigitte Findlaky 

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 112

 

Prix : 14,95 €

 

ISBN : 9791034765751

 



Publié le 28/10/2022.


Source : Boulevard BD

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2023