Une histoire de pression sociale. Je ne veux pas être maman
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Une histoire de pression sociale.  Je ne veux pas être maman

« -  Et toi alors ?

- Quoi, moi ?

- Si tu veux des enfants.

- Pfiouu ! Je sais pas, je suis encore trop jeune pour y penser…

- Hé hé hé.

- Mais oui… On veut dire quand tu auras fini la fac et que tu auras un boulot et tout.

- Je sais pas, on verra quand ça arrivera.

- Non mais tu dois bien y avoir déjà pensé… Si t’en veux ou pas.

- Désolée de te décevoir, mais non. J’ai d’autres choses plus urgentes auxquelles penser. »

 

 

 

 

 

 

 

                Irene est étudiante aux Beaux-Arts. Tout va très bien dans sa vie, sauf qu’apparemment elle n’est pas comme les autres. Elle ne souhaite pas avoir d’enfants. Et ça, dans une société formatée, ça a du mal à passer auprès de la majorité des gens pour qui il y a un chemin et une norme dans lesquels il faut rester. Mais Irène n’est pas le genre de femme à se laisser abattre. Elle affirme son choix et le justifie.

 

 

 

 

© Olmo- Bang

 

 

                Dans une autobiographie souriante et sensible, Irene Olmo raconte la pression sociale qu’elle a subi. Après les innocents jeux d’enfants prédisant des maternités nombreuses, tout démarre lorsqu’elle apprend qu’une de ses amies de lycée est enceinte. Le débat sur l’avortement qui a suivi en classe a modifié sa façon de pensée et a éveillé sa conscience. Jeune adulte, les réflexions des uns et des autres, famille ou amis, sur une éventuelle maternité ne feront qu’accentuer sa décision plutôt que de la faire changer d’avis.

 

 

 

 

© Olmo- Bang

 

 

                L’album joue aussi la carte de la légèreté. Aidé en cela par le graphisme rond d’Olmo, les situations se dédramatisent d’elles-mêmes. Les décors sont juste détourés. Les personnages sans nez font penser à ceux de Colonel Moutarde, autrice qui a aussi tâté de l’autobiographie. Irene Olmo a une vraie patte graphique moderne dans la mouvance, même si ce n’est pas le même style, d’un Alexandre Clérisse ou d’un Jimi Macias.

 

 

 

 

© Olmo- Bang

 

 

                Egalement hommage à Simone de Beauvoir, Corinne Maier et Elizabeth Badinter, « Je ne veux pas être maman » n’est pas pour autant un livre féministe. Il s’adresse autant aux femmes qu’aux hommes. C’est tout simplement un livre sur la résolution d’une femme, qui permet de comprendre ce choix.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 PS : Nous devons tous rester chez nous, sauf nos amis de la santé et de la distribution alimentaire à qui nous pensons très fort. En ces temps compliqués, quoi de mieux que de lire des BD. Pour acheter ces beaux albums, si les librairies ont dû fermer leurs rideaux, n’oubliez pas que beaucoup d’entre elles proposent des services de vente par correspondance sur leurs sites. Alors, avant de vous précipiter sur les sites d’Amazan ou de la Fnoc, vérifiez si votre libraire de quartier ou de plus loin le fait.

 

 

One shot : Je ne veux pas être maman 

 

Genre : Chronique biographique 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Irene Olmo 

 

Traduction : Léa Jaillard 

 

Éditeur : Bang ediciones

 

Nombre de pages : 108

 

Prix :  15 €

 

ISBN : 9788415051794



Publié le 03/04/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020