?>
 
Le Caïd - Jeremiah (tome 32)
Flux RSS Flux RSS

Le Caïd Série : Jeremiah

Auteur : Hermann

EAN/ISBN : 9782800156002

Prix : 11.95 €

Date de sortie : 01/02/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dupuis

Publié le 18/02/2013



Quitte à tomber en panne, autant que ce soit devant un parc d'attractions, ce sera toujours l'occasion d'aller faire un tour de manège ! Mais dans le monde apocalyptique de Jeremiah, le danger rôde en permanence. Et, avant de récupérer sa moto, il va devoir survivre aux méthodes expéditives qu'a choisies le nouveau caïd de la zone pour imposer son pouvoir...



Après un court retour, le temps de deux albums, à un encrage classique, Hermann reprend la couleur directe pour cette 32ème étape de la longue balade post-apocalyptique de Jeremiah. Et de ce côté, rien à redire. Le Caïd se déroule en grande partie dans un parc d’attractions en ruines, les gangs qui s’y affrontent utilisent des fumigènes et ça nous donne droit à des atmosphères brumeuses parfois quasi-fantastiques. Certaines planches et cases valent véritablement le détour ! Malheureusement, là où ça coince, c’est du côté du scénario, si pas de l’histoire en elle-même…ou de son absence. Le Panier de Crabes (tome 31) avait constitué une belle surprise…le Caïd, fait figure, après cela, de grosse déception. Une famille déglinguée, une guerre des gangs avec pour enjeu la place du caïd, une nana peu farouche, une panne de moto et une cuite mémorable pour Kurdy… Vous l’aurez compris, rien de neuf sous le soleil sale de Jeremiah. Hermann est en pilotage automatique et à certains moments, même si on en connaît par cœur tous les ingrédients, son scénario est décousu et finalement ennuyeux. Evidemment, quelle est la série qui, en 32 albums, ne connaîtrait pas des hauts et des bas ? Mais on peut vraiment évoquer un manque d’inspiration pour ce dernier opus. Pire, Yon, un de ses personnages, présente une ressemblance certaine avec Red Dust et certains accoutrements des gangs « Kasps » et « Bents » nous ramènent presque à l’époque d’un étonnant Hiver de clown (tome…9 !). De quoi pousser à la nostalgie face à un Caïd…sans histoire. Hermann reste un extraordinaire dessinateur, mais pour le reste, et c’est dommage, le vieux lion semble somnoler sur ses lauriers. A réserver, donc, aux inconditionnels de Jeremiah.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens



©BD-Best v3.5 / 2022