?>
 
Piège de Miel - Canardo (tome 21)
Flux RSS Flux RSS

Piège de Miel Série : Canardo

Auteur : Sokal

EAN/ISBN : 9782203049031

Prix : 11,95 €

Date de sortie : 07/11/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Polar

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Casterman

Publié le 08/11/2012



Sur le trajet de Bruxelles où il se rend pour d’importants entretiens bilatéraux, Burt Boverpick, ministre de la culture du Belgambourg, fait la connaissance d’une séduisante jeune femme bloquée par une panne de voiture, Betty, et lui propose de l’accompagner à destination. Grand amateur de femmes, Boverpick ignore que Betty ne se trouve pas sur sa route par hasard. Prostituée de haut vol, elle est en fait l’appât d’un piège sexuel ourdi par les adversaires politiques du ministre, sous le regard discret mais vigilant de Canardo, chargé de contrôler le bon déroulement du traquenard. Mais la météo hivernale, capricieuse, met en péril toute l’opération. L’enneigement soudain contraint le couple Betty-Boverpick à passer la nuit inopinément dans une chambre d’hôtes croisée sur la route, et Canardo, lui-même bloqué par une congère, doit improviser…



Lors de l'interview que m'avait accordé Benoît Sokal à propos du tome 2 de Kraa, il avait évoqué parmi ses projets le « prochain Canardo » inspiré de... l'affaire DSK ! L'idée m'avait surpris et j'avoue que j'avais trouvé ça un peu gros... Et voilà que sort Piège de Miel, 21ème Canardo, dont les aventures ont été tout récemment récompensées du prix de la Meilleure série au festival du polar de Cognac (Flic, de Sera et Desforges, un de mes coups de coeur de l'année, a reçu le prix du meilleur one-shot !). Une Bavure bien baveuse, l'album précédent, avait marqué un virage vers un polar plus âpre à la Olivier Marchal, mais ici c'est véritablement dans une comédie policière que nous entraînent Sokal et son détective palmipède. En effet, si dès le départ les communications codées sur un mode piscicole entre Canardo et ses employeurs font rire, quand « le merlan prend la tangente » et se trouve accueilli, avec son suiveur, dans une chambre d'hôtes appartenant à une famille de cervidés aristos aussi désargentés que déjantés, c'est vers le vaudeville que l'on se tourne. Le portrait de cette famille prime alors un peu sur l'intrigue, ce qui semble assez logique quand on découvre ses petits travers... Tous -du Comte à la bonne- sont, en effet, plutôt portés sur le sexe, mais... que voulez-vous, les soirées d'hiver sont longues, le château est froid et ils n'ont pas la télé... A côté de celà, Betty se découvre un côté plutôt romantique pour quelqu'un de sa profession... Canardo tente, lui, de remplir sa mission malgré tout, mais au final, cette histoire ne se terminera pas sans dégâts, honorant (un peu artificiellement) la tradition « bluesy » de la série. On rit donc beaucoup avec ce Piège de Miel, Sokal cisèle des dialogues hilarants, allusions, jeux de mots... On apprécie aussi les évocations politico-culturo-linguistiques du Belgambourg, de la Wallonie et de la Flandre, mais il faut reconnaître que pour cette fois le côté polar cède un peu trop le pas à l'humour, prenant complètement le contre-pied de l'album précédent. Graphiquement, le trait de Pascal Regnauld apporte aujourd'hui à la série un côté plus léché qu'à ses débuts, ce qui ne l'empèche pas de nous livrer à nouveau une belle série de « gueules » anthropomorphes. Seuls bémols, un découpage favorisant parfois des cases trop petites et nombreuses pour les apprécier vraiment (pourquoi ne pas plutôt passer à 56 pages ?) et de trop nombreuses fautes d'orthographe ayant échappé à la correction. A l'arrivée, un Canardo plus humour que polar, mais un Piège de Miel dans lequel on tombe avec beaucoup de plaisir.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens



©BD-Best v3.5 / 2022