?>
 
Liste des critiques de bandes-dessinées
Flux RSS Flux RSS

1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec

varprem
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination


 La BD de soledad Série : La BD de soledad

Auteur : Soledad Bravi

EAN/ISBN : 9782369810162

Prix : 12.50 €

Date de sortie : 11/09/2013

Catégorie : Humour

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Rue de Sèvres

Publié le 09/09/2013



Depuis un an (mai 2012), les lectrices de Elle commencent la lecture de leur magazine par la dernière page : la planche BD de Soledad !
Elle y égrène semaine après semaine son humour décalé et bien senti, en abordant des questions aussi essentielles que : « Pourquoi est-on si souvent déçue ? », « Pourquoi je veux être un homme ? », « Comment ça se passe quand les enfants quittent le nid ? » ou « peut-on être Gisèle Bundchen ? »
Toutes ses planches enfin réunies, une lecture pleine de légèreté et d'autodérision de la dessinatrice en vogue.



 

Soledad Bravi, une dessinatrice de presse qui depuis près de 12 ans, dispense son talent dans le magazine "ELLE". Et plus précisément, voila plus d'une année qu'elle à droit à sa pleine page dans l'hebdomadaire. Voila donc l'occasion pour les éditions "Rue de Sèvres" de compiler toutes ces planches parue entre 2012 et 2013. Bravi nous parles des petites choses de la vie courante avec une immense justesse et un humour fin. Les thèmes récurrents sont abordé tels que le régime, la météo, la télé, le sport, le boulot, les ados, l'amour, bref, la vie quoi.

Elle parvient très souvent à faire mouche, on se reconnaît aisément à chaque situation qui nous touche. La BD de Soledad est un bon remède à la morosité.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Fabienne Matagne


Deux ch'tits indiens Série : Aspic

Auteur : Thierry Gloris & Jacques Lamontagne

Prix : 14.50 €

Date de sortie : 21/08/2013

Nombre de pages : 56

Catégorie : Fantastique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Soleil Productions

Collection : Quadrants Boussole

Publié le 09/09/2013


Pour leur première affaire en tant que détectives professionnels de la toute jeune Agence Aspic, Hugo Beyle et Flora Vernet n'ont rien trouvé d'autre qu'enquêter sur la disparition. d'un spectre. Un premier dossier pas facile, mais les temps sont durs. Le client Ours-espiègle, un Indien attaché au cirque de Lille, a signalé la récente disparition de son frère jumeau, mort il y a plusieurs années, mais avec qui il entretenait de solides relations extralucides. Préférant la difficulté à l'inaction ou la ruine, Flora et Hugo concluent leur premier contrat. Mais où diable se cache un fantôme quand il ne donne plus de nouvelle . ? Comment débusquer un ectoplasme qui fait le mort ?!



« Là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté. » T’as qu’à croire, comme dirait si bien l’avatar de l’édito de Casemate. C’est en effet un peu plus compliqué dans l’univers d’Aspic, détectives de l’étrange, qui commence par cette Invitation au voyage issue des Fleurs du Mal.

                Lorsqu’un vieil indien embauché dans une foire aux monstres itinérante perd l’esprit de son frère, qu’il a lui-même tué et dont il a la charge, disparaît, il fait appel à Flora et Hugo, les détectives de l’insolite, pour essayer de le retrouver.

                Littérature, BD, cinéma, télévision, les influences des auteurs sont multiples. Mais ingurgitées et digérées à la sauce Gloris, il en ressort un plat bien savoureux.

                Dans le shaker, mettons donc Mary Shelley, Bram Stoker, Sir Arthur Conan Doyle, Eugène Sue et Edgar Allan Poe. Des monstres à la Frankenstein, des dents longues à la Dracula, de la perspicacité à la Sherlock Holmes, des mystères à la parisienne et des histoires extraordinaires, tels sont les ingrédients littéraires que l’on retrouve.

                Dans le shaker, rajoutons du Robin, du Krahen, du Derib. Les ectoplasmes de Koblenz et la parade des bêtes de foire de Bout d’homme sont revisités, ainsi que -et oui- l’esprit chamanique présent dans Yakari. C’est ce savant mélange BD aux frontières de l’enfance, de l’adolescence et de l’âge adulte qui est jouissif lorsqu’on lit Aspic.

                Dans le shaker, il y a aussi le cinéma de Browning et Murnau, celui de Baz Luhrmann et Cecil B.DeMille. Les deux premiers pour diverses créatures cauchemardesques issues de Freaks ou Nosferatu (Le fantôme de la nuit m’a terrifié ; j’ai tenu deux minutes), les deux suivants pour le côté cirque ou grand spectacle de Sous le plus grand chapiteau du monde et Moulin Rouge, sans oublier l’humour présent dans ce dernier, comme dans la série de Montagne et Gloris.

                Enfin, dans le shaker, il y a le poste de télévision duquel sont sortis un chapeau melon et des bottes de cuir, de drôles de dames et les brigades d’un tigre.

                Le dessin sert à merveille le récit. Jacques Lamontagne est aussi à l’aise dans les gueules, les tronches et toutes expressions de visages que dans de nombreuses et magnifiques grandes cases occupant les deux tiers de fort belles planches. Tous les détails sont soignés ; aucun coin de case n’est négligé. Il y a à regarder partout et à découvrir à chaque relecture. Le cahier graphique réservé à la première édition présente son travail sous un autre jour. (Trop beau, mais trop fin.)

                Les couleurs de Lorien Aureyre sont dans l’esprit de celles de Jean-Luc Masbou pour De cape et de crocs.

                Deux ch’tis indiens est un récit riche, très riche. C’est sans s’en rendre compte qu’on arrive à la fin de l’album en se disant « Déjà ! », « Oh, non ! » et « Vite, la suite ! ». Le cliffhanger final n’arrange pas les choses.

 






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Laurent Lafourcade


Ragnarok Série : Mjöllnir

Auteur : Olivier Peru & Pierre-Denis Goux

EAN/ISBN : 9782302030671

Prix : 14.50 €

Date de sortie : 21/08/2013

Nombre de pages : 56

Catégorie : Heroic-fantasy

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Soleil Productions

Publié le 09/09/2013



L'arme de Thor, le marteau de guerre le plus puissant jamais forgé, est aux mains d'un nain. Les derniers elfes du monde quittent leurs forêts et prennent la route de l'Arc-en-ciel. À leur suite, les armées naines et humaines, côte à côte, avancent vers le Nord, vers Asgard. Ragnarök, la fin des temps, approche... L'heure est à la gloire et au sang. Pourtant, Odin et ses dieux se cachent derrière les remparts de leur cité. Et par une méchante ironie, le plus farouche guerrier d'Asgard semble guider l'ennemi.



Une collection dirigée par Istin !!!


Encore une BD de qualité.  Reprendre les poncifs concernant le Panthéon des dieux Vikings n'est certes point chose rare mais encore moins facile lorsqu'il s'agit de choses que l'on pense connaître.


Tout l'art du scénariste réside dans la manière de transmettre au dessinateur sa vision de l'histoire. Ne pas copier les autres, innover dans un domaine ou tout a déjà été raconté ou presque. C'est une gageure que Péru a le grand mérite d'avoir relevée. Le contrat est rempli. On aime, on s'amuse à vouloir tourner la page suivante. J'aime beaucoup ce genre quand il nous emmène vers les horizons glacés des terres ou se croisent dragons, elfes, nains et autres personnages de la mythologie Nordique. Asgard, Ragnarök, Odin et Thor, voila qui nous suffit pour avaler les deux tomes d'affilée sans temps morts.


Un grand coup de chapeau à Péru pour ce deuxième tome, on ne s'ennuie pas du tout.
Une sacré mention particulière à Goux pour la qualité de son coup de crayon, il donne au récit toute la grandeur que réclame les espaces lointains et le charme des personnages. Un bestiaire ou dragons, nains et elfes se côtoient avec une parfaite harmonie. Je note une évolution très positive du dessin du premier album au deuxième. Déjà très admirateur du premier, je suis étonné par l'évolution très franche et positive dans le second. J'aime et je le dis.
Un de mes coups de coeur dans le genre.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Eric Leblanc


seconde génération Série : nirvana

Auteur : Jean-Luc Istin & Arnaud Boudoiron

EAN/ISBN : 9782302022768

Prix : 14.95 €

Date de sortie : 11/07/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Science-Fiction

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Soleil Productions

Publié le 09/09/2013



Le Nirvana est une drogue. On l'inocule directement dans le cerveau et alors les molécules du consommateur se dispersent dans l'air. C'est la première drogue quantique. Une fois l'effet du trip dissipé, le corps se recompose enfin, parfois avec quelques morceaux en moins. Un vaisseau s'écrase sur Equinoxe une planète plutôt hostile. Bilan : 10 survivants. Un capitaine qui en sait plus qu'il n'en dit et 9 personnes qui ont semble-t-il quelque peu perdu la mémoire. Pourquoi se sont-ils crashés ? Parce qu'ils ont un Blaster à leur trousse. Un robot de combat construit pour tuer toute personne ayant pris du Nirvana. Les héros vont donc devoir faire face à une planète hostile et inconnue et à un Blaster qui veut leur peau.



Un scénario qui mêle futur, religion et guide spirituel. Des personnages aux super pouvoirs .


Le destin de gens sans aucunes attaches communes si ce n'est "la faute aux ascendants, leurs parents", seulement coupables d'être les enfants de parent drogués. Une société ou les machines deviennent chasseur de primes pour éradiquer les "parias". Des hommes qui tirent les ficelles du pouvoir. Qu'est-ce donc que le pouvoir ?


Les hommes ont de tous temps été menés par des "messies". Existent ils, ne sont ils pas de simples hommes exploitant la crédulité de faibles esprits ? Nul n'a démontré l’existence de Dieux.  C'est le fondement de la Foi.
Un scénario de bonne facture, comme Istin les maitrises parfaitement, à ceci près que j'ai l'impression qu'il a voulu accélérer les choses pour ne réaliser que ce tome. Une suite prévue, ou alors tout se résume ici. On est un peu sur notre faim.
Le dessin est bien dans l'esprit du scénario, de bonne facture, mais je pense que les colo sont assez inégales. Les parties qui se situent dans la clarté sont bien éxécutées avec pour ma part un petit bémol dans les parties obscures.
J'ai quand même pris du plaisir à lire cette fiction.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Eric Leblanc


Chien Jaune Série : W 2.2

Auteur : Hubert - Le Roux

EAN/ISBN : 9782205068054

Prix : 13,99 €

Date de sortie : 30/08/2013

Nombre de pages : 64

Catégorie : Uchronie

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dargaud

Publié le 07/09/2013



Chien Jaune se déroule à Pékin, pendant la guerre, en 1943. Matthew, traducteur américain et seul survivant occidental du soulèvement de la ville contre l'occupant japonais, est victime des actes barbares que sous-tendent les discours nationalistes et racistes. En s'insurgeant contre le châtiment que le général japonais a prononcé à l'encontre de la ville rebelle, Matthew passe du statut d'allié à celui d'ennemi ou, littéralement, à celui de « chien occidental ». Un terrible voyage en barbarie ; la guerre au quotidien.
Chien jaune est le 6e et avant-dernier volet de WW2.2, une grande uchronie en BD qui revisite la Seconde Guerre mondiale.



Le sixième tome de cette uchronie basée sur la seconde guerre mondiale entraîne le lecteur vers le continent asiatique. Ce livre nous rappelle les tortures et les atrocités effectuées par les Japonais contre les Chinois et les Occidentaux lors du second conflit mondial. Matthew va connaître ces différents stades de la dégradation de l’être humain avant de pouvoir s’échapper des griffes de son ennemi. Le dessinateur (Leroux Etienne) commence son récit avec des couleurs classiques pour rapidement nous plonger dans les tons sombres pour les scènes asiatiques. Le scénario signé par Hubert est sans appel et nous présente les exactions de cette guerre des nerfs effectués par les Japonais sur leurs prisonniers au dépit de la convention de Genève. Le scénario ainsi que la représentation de Matthew et de son chien n’est pas sans rappeler certains passages du « Lotus Noir »,l’œuvre de Hergé datée de plus de 77 ans. Ce livre n’est pas l’un des plus facile à aborder dans cette collection mais il fait office de mémoire nous présentant la haine toujours perceptible à l’heure actuelle entre ces deux peuples (Chinois & Japonais). 



Extrait 1 W 2.2 (tome 6)  - Chien Jaune Extrait 2 W 2.2 (tome 6)  - Chien Jaune Extrait 3 W 2.2 (tome 6)  - Chien Jaune Extrait 4 W 2.2 (tome 6)  - Chien Jaune


Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Bertrand Lepage


Elfe blanc, coeur noir Série : Elfes

Auteur : Péru & Bileau

EAN/ISBN : 9782302030596

Prix : 14.50 €

Date de sortie : 21/08/2013

Nombre de pages : 56

Catégorie : Heroic-fantasy

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Soleil Productions

Publié le 05/09/2013



Immortels et sages, les Elfes blancs vivent sur leurs îles, loin des hommes et des autres Elfes. Ils se considèrent comme les gardiens du monde et s’efforcent de protéger tout ce qui doit un jour disparaître : des livres, des armes, des œuvres d’arts et parfois même des créatures vivantes.


Aussi, quand le dernier dragon blanc est aperçu sur la terre des hommes, les elfes n’ont d’autre choix que de le prendre en chasse pour le ramener sur leurs îles. Ils envoient deux de leurs meilleurs pisteurs après le monstre. Elfes blancs, dragon blanc. La traque commence...



Pour ce troisième Opus, c'est Péru (Olivier) qui se colle au scénario de cette magnifique saga des Elfes. L'auteur de Mjöllnir se charge de nous plonger au cœur des Elfes blancs, une tribu se suffisant à elle-même et préférant rester en retrait du monde des humains. Deux d'entre-eux auront pour mission de se lancer dans une traque sur plus de cent ans.
Nous en saurons un peu plus sur Fall, celui qui fut adopté par Méliatell. Nous croiserons Gobelins, Orcs, humains et le dragon blanc pour des combat épique et au corps à corps. Vous l'aurez deviné, ce nouveau récit d'une série qui en compte cinq ne décevra pas les fan du genre. Quelques voiles mystérieux se déchire et laisse la place aux révélations. Bileau (Stéphane) nous offre un graphisme somptueux et un découpage qui frôle la perfection. Elfes est digne du plus grand intérêt et mérite de figurer dans toutes vos bédéthèques.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
F.Matagne


Le Monde perdu Série : Le Monde perdu

Auteur : BEC, FAINA, SALVATORI, SCOPETTA

EAN/ISBN : 9782302030558

Prix : 14.50 €

Date de sortie : 21/08/2013

Nombre de pages : 56

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Soleil Productions

Publié le 04/09/2013



LE PROFESSEUR CHALLENGER ET SON ÉQUIPE ARRIVERONT-ILS À RETROUVER LA TERRE PRÉHISTORIQUE, LE MONDE PERDU?

Au détour d’un voyage en Amérique du sud, Challenger, professeur quelque peu aventurier, fait l’acquisition de mystérieuses informations. Venu secourir un albinos agonisant au milieu d’une tribu cannibale, il obtient un étrange carnet de voyage qui semble le fasciner.

Londres, Europe.
Alors qu’une conférence du professeur Summerlee se tient sur l’extinction des dinosaures, Challenger, de retour d’Amérique, surgit et remet en cause les dires de la communauté scientifique et la disparition de toute vie préhistorique sur terre. Immédiatement réfuté et insulté par ses confrères, il défie Summerlee d’organiser une contre-expédition.
Accompagnés par un chasseur de renom, Lord Roxon, et un jeune journaliste, Ned Malone, ils s’engagent dans un périple long de plusieurs mois.



 

Avec Christophe Bec au commandes du scénario, nulle crainte à attendre, nous savons que cette histoire sera rondement menée. Ce n'est pas vraiment un débutant et encore moins un amateur.
Il est toujours difficile de reprendre une histoire visitée par de nombreux auteurs tant au cinéma que dans les bandes dessinées.
Revisiter le chef d’œuvre de Conan Doyle est une tache que beaucoup ont entrepris mais pas toujours avec le succès attendu.

Comment raconter une histoire déjà racontée par un autre et qui plus est un maître de la littérature en tant qu'auteur scénariste en donnant toujours au lecteur l'envie de relire cela sans avoir l'impression de s'ennuyer ?


Bec nous emmène dans une aventure qui suit la trame de l'auteur original en usant du droit de modifier quelque peu le parcours initial, afin de rendre la lecture un tant soit peu captivante. C'est un art difficile à manier mais ici le pari semble réussi.

Le scénario est parfaitement soutenu par deux dessinateurs de talent Faina & Salvatori. On sent la touche italienne dans ces dessins très bien exécutés . On se ballade dans de très beaux décors, les personnages ont le style qui échoit parfaitement à l'époque et aux stéréotypes que l'on s'en fait.


Je souligne la belle colorisation de Scoppetta, un très beau rendu en enchaînant les noirs et blancs avec la couleur.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
E. Leblanc


Tyler Cross Série : Tyler Cross

Auteur : Nury & Brüno

EAN/ISBN : 9782205070064

Prix : 13,95 €

Date de sortie : 23/08/2013

Nombre de pages : 96

Catégorie : Polar

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dargaud

Publié le 30/08/2013



Tyler Cross vient de braquer 17 kilos d'héroïne pure appartenant à la Mafia. Il a 20 dollars en poche, un fusil à pompe, un Colt à la ceinture, et il est à pied, seul, au fin fond du Texas. Direction Black Rock, un bled paumé sous la coupe d'un magnat du pétrole et de ses fils. Le moins qu'on puisse dire, c'est que les péquenauds de Black Rock se souviendront longtemps du passage du gangster dans leur ville !



Fabien Nury est de ces scénaristes qui, depuis quelques années, marquent de leur empreinte le monde de la bande dessinée. Les histoires qu’il décide de nous offrir ne sont jamais dépendantes ni des modes ni des routines.

Et c’est encore le cas avec cet album, Tyler Cross. A partir de tous les codes de ce qu’on peut appeler le roman noir à l’américaine, il nous livre le portrait d’un anti-héros puissant, d’une présence pesante. Tous les ingrédients y sont, oui : le personnage central, un tueur froid et sans sentiments, des meurtres sanglants et cruels, une livraison de drogue, une petite ville dirigée par une famille de crapules, deux femmes, vamps ambigües et superbes.

Et pour nous raconter cette histoire, Fabien Nury a fait un choix narratif étonnant, que je ne pense pas avoir déjà vu dans l’univers de la bd. C’est une voix off qui rythme, en quelque sorte, les péripéties décrites, racontées, dessinées, complétées par le dessin. Une voix off, oui, mais qui n’a rien de littéraire, qui paraît même simple, voire simpliste, une voix qui raconte moins qu’elle ne décrit ce qui se passe, ce qui s’est passé, ce qui se prépare. Et la présence de ces textes augmente encore la tension de l’album, en devenant comme une lancinante présence d’un observateur inconnu qui décide de rendre compte de ce qu’il voit sans porter aucun jugement !

L’ambiance, vous l’aurez compris, est totalement amorale. D’une amoralité nourrie d’une violence exacerbée. Une violence qui habite les personnages, mais aussi leur environnement, leurs environnements pluriels, une violence presque gratuite.

Cela aurait pu entraîner une surenchère dans l’horreur, dans la description, dans le compte-rendu de cette violence. Mais il n’en est rien, grâce au dessin de Brüno, un dessin qui, s’écartant du réalisme pour atteindre à une espèce de symbolisme, d’expressionisme même, proche de dessinateurs comme Caniff ou Comes, ou même Foerster, réussit à édulcorer sans dénaturer le contenu d’un récit résolument dérangeant.

Ce graphisme, parfaitement maîtrisé, laissant la place belle aux noirs et blancs contrastés, aux jeux des regards, à un sens aigu du mouvement, à des cadrages originaux, ce graphisme gagne encore en intensité grâce à la couleur de Laurence Croix, une coloriste qui possède le talent, assez rare tout compte fait, de parvenir à accentuer les ambiances, à y ajouter de quoi les magnifier.

On peut dire, sans aucun doute, que cet album est le résultat d’une fusion aboutie entre trois auteurs, tous aussi talentueux les uns que les autres. Dessin, texte et couleurs inventent une histoire sombre, foncièrement brutale, sans aucun manichéisme, une histoire dans laquelle le personnage central, aussi odieux soit-il, se révèle fantastiquement attachant !

Les amateurs de bonne bd, les amateurs de polar désespéré et désespérant seront à la fête avec Tyler Cross. Et si le livre se referme sur une mort possible, voire probable, du héros, je me suis laissé dire qu’il n’en est rien, et que d’autres opus vont venir, nous permettant de jubiler encore avec Tyler Cross, tueur presque sympathique !






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
J. Decker


L'Enfant Staline Série : Lefranc

Auteur : Robberecht - Régric

EAN/ISBN : 9782203045514

Prix : 10,95 €

Date de sortie : 21/08/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Policier

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Casterman

Collection : Jacques Martin

Publié le 28/08/2013



Moscou, février 1953. Lefranc est en visite au coeur de « l’Empire rouge », au sein d’une délégation de journalistes venue couvrir une tournée d’écrivains occidentaux en U.R.S.S. Si certains ne cachent pas leur admiration pour les réalisations staliniennes, d’autres ont des options franchement opposées. C’est le cas de l’anglais Byrne - en fait un espion ayant pris prétexte de cette délégation pour venir à Moscou y récupérer des documents secrets auprès d’une généticienne, Paulina Tikhonov. Mais le projet est éventé, et l’Anglais n’a que le temps de remettre à Lefranc un volumineux dossier rouge avant d’être kidnappé par les services secrets soviétiques.Le journaliste, dès lors, se retrouve dépositaire d’une série de documents estampillée « Petit frère » et consacrée à un mystérieux enfant de 12 ans, dont la ressemblance avec Staline au même âge est frappante. Enigmatique, mais sans plus. Jusqu’à ce que Paulina Tikhonov lui révèle que dans le plus grand secret, les savants soviétiques ont réussi à copier l’ADN de Staline, et donc à reproduire leur grand dirigeant désormais virtuellement immortel. Bien malgré lui, Lefranc se retrouve soudain investi d’une mission décisive : faire échec à ce projet dangereux pour le monde entier…



Course contre la monte pour Lefranc afin d’aider les opposants au régime « Stalinien » à enlever l’enfant Staline. Mais un événement historique va venir bousculer les projets d’enlèvement du clone du Petit Père des peuples et faire passer Lefranc du camp des kidnappeurs vers celui des protecteurs de l’enfant.  Régric (dessinateur) illustre sa troisième aventure de Lefranc et établit  un lien de fidélité envers ce personnage trop souvent représentés par divers dessinateurs (cinq différents depuis 2000). Thierry Robberecht nous livre son second scénario (Lefranc) et plonge les lecteurs en pleine guerre froide. Un scénario parfaitement plausible et mené de main de maitre afin de nous présenter cette U.R.S.S  mettant tout en œuvre dans la course aux diverses technologies vis-à-vis des occidentaux. Certain reprocheront la facilité du scénario, mais je préfère ce dernier au précédent. Un livre agréable à lire qui plongera les plus anciens d’entre nous dans une époque aujourd’hui révolue.



Extrait 1 Lefranc (tome 24)  - L'Enfant Staline Extrait 2 Lefranc (tome 24)  - L'Enfant Staline

Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


Une histoire d'hommes Auteur : Zep

EAN/ISBN : 9782369810018

Prix : 18 €

Date de sortie : 11/09/2013

Nombre de pages : 64

Catégorie : Tranche de Vie

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Rue de Sèvres

Publié le 27/08/2013



Après s'être séparés plusieurs années auparavant, une bande de copains et membres d'un groupe de rock se retrouvent chez l'un d'eux, Sandro. Certains ont réussi, d'autres moins. Au détour de flash-back sur les concerts, la drogue, les amours passagères, ils comprennent les événements mal perçus à l'époque et découvrent que quelque chose de plus fort que la musique unit certains d'entre eux.



Un album choral réaliste écrit et dessiné par Zep, le père de Titeuf. Et il s’agit d’une réussite d’ambiance, de nostalgie, de découpage et de dessin !

Je me dois de faire un aveu : Titeuf fait partie des bandes dessinées pour lesquelles je n’ai aucun atome crochu, malgré l’incontestable qualité du dessin de Zep. Même si les tout premiers albums m’ont, à l’époque, paru intéressants, par le ton neuf qu’ils utilisaient, je trouve que, très vite, ce ton est devenu, dans une vulgarité continuelle, un « truc » quelque peu démagogique. C’est dire qu’en ouvrant ce one shot, « Une histoire d’hommes », le seul a priori que je pouvais avoir était négatif. Très vite pourtant, je me suis laissé entraîner dans une histoire touchante, intelligente sans tape-à-l’œil inutile.

 

Cette histoire est simple. Quatre copains, dans les années 90, forment un groupe de rock. Un seul d’entre eux va devenir une star. Une vingtaine d’années plus tard, cette star invite chez lui ses anciens compagnons de musique. Les années ont passé, les routes de l’existence se sont tracées au gré des circonstances, les souvenirs de chacun ne se nourrissent pas exclusivement de nostalgie. Et il y a la femme de la vedette, et son fils décédé dans un accident de moto. Il y a la vie, tout simplement, cinq existences, en fait, qui se retrouvent, se recroisent, se parlent et se répondent, se souviennent et se sourient, se déchirent et s’ensoleillent, se désespèrent et se restaurent à leurs propres présents. Cinq errances se font face, se mêlent, se nourrissent les unes des autres.

 

C’est réellement un livre choral : et ce n’est pas la moindre réussite de Zep que d’être parvenu à mêler plusieurs destins sans privilégier l’un d’eux. Chacun des protagonistes de cette histoire d’hommes qui est aussi celle des femmes qui accompagnent leurs souvenances ou leurs réalités, chacun des personnages existe par lui-même, sans caricature, sans hiérarchie aucune. Zep aurait pu également se plonger, et nous plonger à sa suite, dans une fable mélo sur le non accomplissement des rêves de tout un chacun, sur des parcours humains à l’orée de la désespérance. IL a également évité cet écueil en se contentant de nous restituer une tranche de vies parallèles et mêlées le temps de quelques jours. Une tranche de vie, oui… Les dialogues sont ceux de tous les jours… Sandro, Frank, JB et Yvan ne se lancent pas dans des grandes envolées lyriques. Ils se contentent, sous la plume de Zep d’être ce qu’ils sont, tout simplement. Simplement, oui, mais sans aucun simplisme. Tout comme le graphisme de Zep, d’ailleurs, qui s’affirme inventif et intelligent, pudique et d’une qualité évidente.

 

Le réalisme va bien à Zep, et cette histoire d’hommes est pour moi une véritable et excellente surprise ! Et la présentation « technique » de cet album, sobre, est, elle aussi une réussite. Les nouvelles éditions « Rue de Sèvres » ont toutes les chances, me semble-t-il, de très vite trouver leur place dans l’univers de la bd de qualité !

 

Lien source : http://www.rtbf.be/culture/chronique/detail_une-histoire-d-hommes-sortie-prevue-debut-septembre-jacques-schrauwen?id=8069415&chroniqueurId=7754767

 

 





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Jacques Schrauwen (RTBF)


1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec2

varprem2
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination



©BD-Best v3.5 / 2022