?>
 
Liste des critiques de bandes-dessinées
Flux RSS Flux RSS

1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec

varprem
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination


Les Infiltrés Série : Le destin des Algo-Berang

Auteur : Djian & Pelet

EAN/ISBN : 9782723468121

Prix : 13,90€

Date de sortie : 29/08/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure-Fantastique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Glénat

Collection : Caractère

Publié le 02/10/2012



Nous sommes dans le Paris du 19ème siècle, les Algo-Berang sont une famille bourgeoise vivant dans un bel immeuble. Le père Edmond travaille dans le secteur bancaire et devra prendre certaines décisions suite à une mauvaise rencontre l’ayant fortement influencé dans le choix d’un emprunt. Ce lourd secret qu’Edmond cache à sa famille n’est autre que son talon d’Achille, dont la société secrète « Les compagnons de Mérovée » connait et pourrait bien l’utiliser contre lui.

Les compagnons de Mérovée décident d’envoyer l’un des leurs, Octave Delostange, devenir voisin des Algo-Berang afin de pouvoir obtenir diverses informations que Edmond détient suite à ces relations dans les différents niveaux de la population et des postes de l’administration.

Cette nouvelle famille débarquant dans cet immeuble à appartement va très vite se lier d’amitié avec les Algo-Berang  du fait notamment que les enfants ont le même âge, que les épouses s’entendent à merveille, que les maris collaborent au niveau professionnel,…

Mais un jour, Edmond Algo-Berang va trouver un objet qu’Octave Delostange laisse tomber en rue sans s’en rendre compte, il va en parler à sa femme afin de lui demander conseiller et suite à cela, il rapportera le dit objet à son voisin Octave Delostange. Ce geste, bien qu’amical et sans aucune arrière-pensée, inquiète la société secrète des compagnons de Mérovée va planifier la mort des parents Algo-Berang, afin que cette dernière apparaisse accidentelle ou liée à une détresse émotionnelle (suicide). Leur fille a des doutes quant à l’origine de ces décès notamment suite à l’apparition d’un étrange individu à l’enterrement de son père.

Que va-t-il advenir de ces enfants ? Vont-ils demeurer dans un orphelinat ou vont-ils pouvoir réintégrer la chaleur d’un doux foyer ?



L’histoire est assez étrange et digne de l’idée que l’on se fait d’un complot. Pour les fans de la théorie du complot, vous ne serez pas déçus de lire cette bande dessinée, pour les autres, l’histoire est prenante, elle passe par différents contextes : l’amour, la haine, l’amitié, le crime, la théorie du complot, les sociétés secrètes,… On ne sait pas trop quoi penser à la fin de ce premier tome et on a du mal à pouvoir s’imaginer ce que contiendrait le second tome. Il vous faudra donc prendre votre mal en patience et attendre le second tome afin de connaître la suite du destin des Algo-Berang.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


L'expédition Série : L'or des fous

Auteur : Di Giorgio et Olivares Javier

EAN/ISBN : 9782302020023

Prix : 13,95€

Date de sortie : 26/09/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Historique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Soleil Productions

Collection : Générale

Publié le 02/10/2012



« L'or ! Fabuleux métal, convoité depuis l'aube des temps, rêve de tous les hommes ! Il est surtout un appât pour Francisco Pizarro... De l'or ruisselant, amassé en tas jusqu'au plafond dans le temple de Cajamarca, et pour lequel Pizarro n'hésite pas à conquérir et à soumettre l'empire Inca ».

Francisco Pizarro, fils du navigateur Gonzalo Pizarro Rodriguez de Aguilar, entreprend de monter une expédition vers le Nouveau Monde, vers une cité aux richesses légendaires, la cité de Cajamarca. Il convainc non sans mal l’Église Catholique et le roi Charles d'appuyer son expédition, leur promettant richesses et de nouvelles âmes à convertir.  Francisco et ses hommes arrivent non sans mal à réunir la somme nécessaire à leur voyage. Mais lorsque l'heure de sonner le départ survient, un invité surpreise se joint à eux ; Almagro, riche notable, accompagné de sa jeune épouse. Il apprends à Francisco que le roi Charles s'inquiète de la présence des Français dans le Pacifique, et l'envoie sur place afin d'établir un rapport de la situation.

Durant le voyage, la situation générale ainsi que le moral des troupes empirent ; La femme de Almagro souffrant d'un mal inconnu, les expéditions successives sur les terres isolées n'apportant qu'un lot de morts et de déception, les tempêtes entraînant les marins par-dessus bord...  Une mutinerie éclate alors, dont l'issue ne se conclura d'une façon positive que par miracle, la vigie annonçant une terre à l'horizon. Après avoir, comme le veut la coutume, proclamé cette terre territoire espagnol, une expédition visant à récolter de l'eau et des vivres s'organisent. Contre toute attente, Francisco et ses hommes découvrent un village d'indigènes, qui les accueillent à bras ouverts, leur offrant nourriture et eau. Cependant, la cupidité et les idées préconçues d'Almagro déclencheront chez lui une réaction disproportionnée envers l'Ancienne du village, qui aura pour conséquence un affrontement entre les deux peuples, entraînant le massacre des femmes et enfants.

Au retour de la chasse, les hommes de la tribu constatent avec effroi le carnage ; Maisons brûlées, femmes et enfants assassinés,... Ils chasseront de leurs terres les Espagnols, les repoussant vers ma mer.

Le manque de repos et et la maladie de sa femme mourante conduiront Almagro à la mutinerie ; il défiera Francisco en duel, et seul l'intervention de la vigie, montrant du doigt une cité en vue, l'arrêteront de justesse, la cité de Cajamarca.



Cette histoire dépeint magnifiquement la société espagnole de l'époque, ses intrigues, ses préjugés et sa méconnaissance flagrante du Nouveau Monde. Ce qui nous plonge au cœur de cet album est un mélange de couleurs choisies minutieusement, ainsi que cette façon originale de dessiner « sans aucune bulle » lorsqu'on traverse un moment critique.

Une œuvre intéressante, tant dans son aspect historique que ludique ; une bande dessinée pour tous les âges, qui donnera une idée concrète de la situation de l'époque à qui veut s'y laisser prendre.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Jonathan Feito Cigarria


Godefroid de Bouillon Série : Godefroid de Bouillon

Auteur : Servais

Prix : 15,50 €

Date de sortie : 05/10/2012

Nombre de pages : 64

Catégorie : Aventure historique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dupuis

Collection : Grand Public

Publié le 02/10/2012


Bruxelles, octobre 2005. L'évènement culturel du mois, c'est bien entendu la grande exposition rétrospective consacrée à l'oeuvre du célèbre photoreporter Benoît Renson. Ses photographies, toujours saisissantes, parfois dures, témoignent autant de l'état du monde que de la sensibilité et de l'engagement de leur auteur. Un homme qui, avant de devenir ce globe-trotter réputé, a passé son enfance à Bouillon, une cité sur laquelle plane encore l'âme du célèbre croisé. Ses retrouvailles avec la belle Mady, perdue de vue depuis longtemps, vont le replonger dans le passé, et le confronter au souvenir douloureux de leur adolescence et de leurs amours naissantes, brisées par le poids du « qu'en dira-t-on ».



Le récit d’une relation d’adolescence entre deux êtres (Mady & Benoît) auxquels la morale d’une époque a interdit de s’aimer se retrouvant 45 années plus tard permet à Jean Claude Servais de scénariser le premier tome de son nouveau diptyque. On y retrouve la beauté du trait de l’auteur dans des lieux connus tels que Bruxelles (contemporain) et Bouillon (des années sixties). En parallèle, cette histoire nous retrace l’enfance de Godefroid de Bouillon jusqu’à la levée de la première croisade l’emmenant à Jérusalem. Un premier tome utile afin de placer les différents protagonistes dans leurs époques respectives nous promettant une seconde partie des plus audacieuse. A souligner le superbe travail de colorisation réalisé par Guy Raives ainsi que la présence d’un dossier didactique de sept pages situé en fin d’album signé par Claude Rappé. Un des maîtres achats de ce début d’automne 2012.



Extrait 1 Godefroid de Bouillon (tome 1) Extrait 2 Godefroid de Bouillon (tome 1) Extrait 3 Godefroid de Bouillon (tome 1) Extrait 4 Godefroid de Bouillon (tome 1)

Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


Styx Série : Styx

Auteur : Foerster & Andreas

Prix : 14,99 €

Date de sortie : 31/08/2012

Nombre de pages : 64

Catégorie : Fantastique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Le Lombard

Publié le 02/10/2012


Tandis qu'une guerre oppose le Nord et le Sud du continent américain, le "crash", une drogue inconnue, fait son apparition à Dockcity. Elle transforme ses "accros" en génies, mais elle provoque une inquiétante vague d'overdoses mortelles.
Détective dans le civil, et pour l'heure, mobilisé dans l'US Army, Laurel Hardy est chargé d'enquêter. Ses investigations le conduisent à un parc d'attractions reconstituant l'enfer avec ses démons et ses âmes damnées



A côté des Fantômes (Rork 0), d'une intégrale des aventures de Rork et du nouveau Capricorne et en attendant l'exposition qui sera présentée à Angoulême et Saint Malo, le Lombard nous propose une réédition assortie d'une nouvelle couverture et d'un dossier explicatif de Styx sous la nouvelle maquette de la belle collection Signé. Initialement paru en 1995, cet album est très particulier, résultant de l'amitié de ces deux anciens élèves de Saint Luc que sont Philippe Foerster et Andreas. Pour Styx, Foerster signe le scénario et le dessin d'un polar fantastique à la fois très noir et pourtant humoristique par moments. Noir comme l'encrage, confié à Andreas. Celui-ci transcende le dessin humoristique de Foerster en y amenant une touche très personnelle, faite de hachures rappelant les techniques de gravures mais aussi le travail de Berni Wrightson souvent cité comme une de ses influences. Le résultat est étonnant tout au long des 64 planches en noir et blanc qui composent ce récit qui, à l'image du dessin, mélange les influences. A la frontière de plusieurs genres, on y trouve aussi bien les classiques clichés accolés aux détectives privés que certaines scènes qui, mises en couleur, auraient pu basculer dans l'horreur gore. Pourtant, l'enquête se tient, et, comme Laurel Hardy (ce nom !) on va de surprise en surprise pour finalement arriver à une désespérante conclusion qui pourrait s'apparenter à "tous pourris !" (ou presque). Dommage qu'à un moment les explications pour y arriver prennent le pas sur l'action, freinant sérieusement le rythme du dernier quart de cette curiosité. 17 ans après sa sortie initiale, Styx a plutôt bien vieilli, tant son univers et le traitement qui lui a été apporté sont particuliers. On y retrouve des idées qui en ont peut-être inspiré d'autres à d'autres créateurs et  la capacité de cet album à dérouter ou étonner est toujours présente. Ceci dit, il s'agit tout de même plus d'une "curiosité" que d'un album majeur de ses auteurs respectifs. Une belle occasion cependant pour les admirateurs d'Andreas et de Philippe Foerster de se pencher sur cette nouvelle édition, sa nouvelle couverture et son dossier ou pour les afficionados de "Signé" de compléter leur bibliothèque.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Dent pour Dent Série : Les Tuniques bleues

Auteur : Cauvin & Lambil

EAN/ISBN : 9782800151953

Prix : 10.60 €

Date de sortie : 05/10/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dupuis

Publié le 02/10/2012



Voilà des jours que Blutch rumine, la dernière blague de Chesterfield a du mal à passer. Ce dernier a eu la mauvaise idée de droguer Arabesque pour se moquer de Blutch, et s'en prendre à Arabesque, c'est risquer de se mettre Blutch à dos pour un bout de temps. Mais quand Chesterfield apprend brutalement qu'il est l'heureux père d'une petite fille et qu'il doit renoncer à sa carrière militaire pour remplir son devoir de chef de famille, Blutch se montre finalement bon camarade : ce serait trop bête de se quitter sur une fâcherie.



Certains, comme à chaque fois, ne se priveront pas de pérorer quant aux « papys de la BD », mais ils devraient remarquer que s'ils accolent généralement ça au duo qui anime les Tuniques Bleues depuis plus de 40 ans, Dany, Walthéry, Renaud, Hermann ou Van Hamme ne sont plus des gamins non plus... La sortie d'un album des Tuniques Bleues est toujours un événement. Au fil des ans, la série est devenue un « classique », elle occupe une place majeure dans Spirou comme au sein du catalogue Dupuis et bénéficie d'une fidélité sans faille de ses lecteurs. Il est clair qu'en 56 albums, tout ne pouvait être irréprochable, mais qu'à chaque baisse de régime, Lambil et Cauvin ont toujours su relancer cette formidable machine associant l'humour à l'aventure et à une dénonciation du militarisme à tout crin et des absurdités de la guerre. Notons aussi que ce 56ème album est le 50ème dont Willy Lambil assume entièrement le dessin. 50 tomes, 2300 planches, bravo Monsieur Lambil ! Et Dent pour Dent, en fait ? Si le précédent Indien mon Frère en avait surpris plus d'un, Dent pour Dent se situe encore à un niveau supérieur. Raoul Cauvin emmène le lecteur dans une direction...avant un grand virage vers autre chose. Difficile d'en dire plus sans trop en dévoiler. L'album est centré sur la relation entre Blutch et Chesterfield, et à l'arrivée on a le sentiment d'avoir été transporté dans un gros gag développé sur 46 planches. Mais avec quelle maestria ! Ici, pas de référence à des éléments ou des personnages historiques, mais un petit retour sur Blue Retro et la vie civile de Chesterfield. On pourrait même y trouver un peti côté « Back to the Future ». Le scénario de Raoul Cauvin est plein de surprises et formidablement construit, on en viendrait même à regretter de ne pas voir plus souvent la signature de cet infatigable gagman sur des récits complets. Quant au dessin de Willy Lambil, il est d'une irréprochable constance dans sa qualité et sa lisibilité. Après 55 albums, les Tuniques Bleues surprennent encore, rares sont les séries fleuves au sujet desquelles on peut dire la même chose. Quant à Dent pour Dent, il s'agit non seulement d'un très bon Tuniques Bleues mais d'une très bonne BD dont certains critiqueurs auraient tout avantage à s'inspirer...





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Les Aigles de sang Série : Alix Sénator

Auteur : Mangin - Démarez

Prix : 12,95 €

Date de sortie : 12/09/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure historique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Casterman

Collection : Univers d'auteurs

Publié le 02/10/2012


– 12 avant Jésus-Christ. Marcus Aemilius Lepidus, grand pontife de Rome, et Agrippa, successeur désigné du puissant empereur Auguste, sont mystérieusement assassinés par des aigles qui leur déchirent les entrailles.
Alarmé par ces événements, Auguste charge son vieil ami le sénateur Alix Gracchus d’enquêter discrètement. Une enquête qui conduira Alix, assisté de ses fils Titus et Khephren (le propre rejeton d’Enak, qu’Alix a adopté après la disparition de celui-ci) sur la piste de l’énigmatique maître des oiseaux. Pourtant, le danger persiste à se rapprocher encore de l’empereur en personne, de plus en plus près. Et Alix va finalement découvrir que le plus dangereux des rapaces se niche au cœur même de Rome, là où nul ne pouvait le soupçonner…



Oubliez la ligne claire et le style de Jacques Martin, le nouvel Alix est  arrivé avec son lot de changements par rapport à l'Alix de notre enfance ! On y retrouve un Alix grisonnant, âgé d'une cinquantaine d'année, père de Titus & Khephren et devenu sénateur de Rome. Le scénario de cette première aventure est confié à Valérie Mangin (avec la complicité de Denis Bajram), le dessin et la mise en couleur revenant à Thierry Démarez. Nos deux artistes, attendus au virage par certaines personnes, relèvent un défi de taille en misant sur un dessin beaucoup plus réaliste et actuel. Cette nouvelle aventure devrait satisfaire pleinement les lecteurs conventionnels mais aussi réunir de nouveaux lecteurs ayant pour référence la série Murena. Un des événements de cette rentrée 2012 ! Une série prévue en trois albums redonnant une nouvelle vision de l’univers d’Alix.

NB: Je vous recommande vivement l'achat de la version "deluxe" de l'album comprenant un cahier supplémentaire de 8 pages permettant au lecteur de parfaitement situer sur une ligne du temps chacun des personnages rencontrés dans la première partie de cette histoire.



Extrait 1 Alix Sénator (tome 1)  - Les Aigles de sang Extrait 2 Alix Sénator (tome 1)  - Les Aigles de sang Extrait 3 Alix Sénator (tome 1)  - Les Aigles de sang Extrait 4 Alix Sénator (tome 1)  - Les Aigles de sang

Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


Le Labyrinthe Série : La grande Evasion

Auteur : Gabella & Palumbo

EAN/ISBN : 9782756027012

Prix : 14,95€

Date de sortie : 22/08/2012

Nombre de pages : 64

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Delcourt

Collection : Conquistador

Publié le 01/10/2012



Voici une histoire bien étrange commençant par le recrutement d’individus nullement spécialisés en archéologie mais dont leur présence est indispensable pour mener à bien une expédition qui jusqu’à la dernière seconde demeurera secrète. Lorsque l’organisateur de l’expédition énonce les détails de celle-ci, certains des membres de l’équipe vont alors prendre leur jambe à leur cou et décider de ne plus faire partie de cette aventure bien que la somme versée pour leur présence était conséquente.

Le célèbre archéologue a la tête de l’équipe, a constitué une équipe hétérogène, de personnes ayant des connaissances propres, un savoir enfuit et un terrible secret en rapport avec le lieu de l’expédition qui n’est autre que l’exploration du tombeau de Dédale. Cette expédition a pour but de prouver différentes théories en rapport avec le tombeau de Dédale dont notamment celui de l’architecte de ce tombeau. Mais ce qui frappe aux yeux de certains membres de l’équipe, c’est que celle-ci n’est constituée d’aucun expert en archéologie de la période minoenne.

Arrivée en Crète, le chemin semble éreintant pour certains, pour d’autres cela relèvent d’une petite balade, toutefois lorsqu’ils pénètrent dans la crevasse renfermant selon l’organisateur de l’expédition le tombeau de Dédale, l’équipe va être surpris. En effet, ils ne se trouvent pas dans le tombeau de Dédale mais dans le célèbre labyrinthe du Minotaure.

Se retrouvant par la suite, enfermée dans la crevasse, l’équipe n’aura d’autres choix que d’explorer le labyrinthe et de terribles évènements vont s’y produire. L’équipe de base va se scinder et chacun devra lutter pour sa propre survie.



L’histoire un incroyable. On commence dès la première page à être projetée telle une voiture sur un mur, on ne s’attend pas du tout à être directement dans l’histoire.

J’avoue qu’en regardant la première de couverture, je me disais, roh non, ça va être pénible à lire, le dessin et l’histoire n’ont vraiment pas l’air top. Et bien, je vous annonce que j’ai mal jugé cette bande dessinée et que dès la première case, dès la première page, l’histoire nous prend à la gorge et l’on n’arrive plus à s’arrêter de lire, telle une personne ayant besoin de sa dose et ne pouvant s’en empêcher.

Et puis, on ne s’attend pas à un seul instant à une telle histoire, telle une montagne russe, il arrive à chaque fois un nouveau fait, nous désarçonnant totalement de notre confortable idée qu’on se faisait de la bande dessinée et nous obligeant à chaque seconde à cogiter, à se dire mais aller comment elle se finit alors l’histoire, mais c’est quoi l’intrigue, que va-t-il leur arriver… Je comparais un peu cette bande dessinée aux grands cinéastes japonais qui ont une capacité à vous tenir en haleine à chaque seconde de leur film, ici, c’est la même chose, Mathieu Gabella a écrit une histoire digne des plus grands auteurs, des plus grands scénaristes, des plus grands best-sellers et film. Et le trio : Gabella, Palumbo et Lou est parfait, car les dessins sont justes grandioses et les couleurs sont en parfaite adéquation. Le terme exacte pour cette bande dessinée serait grandiose, incroyable,





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


D'amour et d'eau fraîche Série : Les Petits Soldats

Auteur : Krassinsky & Delval

EAN/ISBN : 9782749306452

Prix : 13,90€

Date de sortie : 05/09/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Vent d'Ouest

Publié le 01/10/2012



Frantz et Friedrich sont rattrapés par la guerre et leur destin va totalement changer. Frantz se voit confier une mission étrange et très intéressante tandis que Friedrich s’engage pour son pays et s’en va loin de la belle Héloïse, au front.

Friedrich tente toujours de conquérir le cœur d’Héloïse et cela même s’il se trouve au front. Le moyen propice n’est autre de clamer son amour, ses sentiments avec le pouvoir des mots. Il lui écrit régulièrement des lettres d’amour que la magnifique Héloïse aime lire.

Quant à Frantz, sa mission n’est autre que d’être le messager de l’empereur et d’aller porter une lettre ayant un contenu plus que ridicule auprès du gouverneur ennemi, Benedikt de Dalmaszie. Frantz espère par cette mission de pouvoir rester le plus loin possible de la guerre et le plus longtemps si possible. Hélas, dans un contexte de conflits, de guerre, nous ne sommes plus réellement maître de notre destin et eux qui étaient des êtres libres de penser, d’aller et venir comme bon leur semble, ils ne deviennent que des pions de la guerre, de la conquête du cœur d’Héloïse et risquant à tout moment de mourir.

Lorsque Frantz accomplit sa mission, il découvre le contenu plus qu’enfantin de l’empereur et se rend bien compte que son avenir ne tient plus qu’à un fil. Le gouverneur Benedikt lui accordera la grâce de ne pas trouver la mort immédiatement, en échange, Frantz devra jouer le bouffon de la cour.

Finalement, le gouverneur Benedikt se rend compte que la guerre risque de perdurer suite aux infantilités croissantes de l’empereur Sigismond de Czisletovie. Le gouverneur Benedikt décide donc d’aller parler à l’empereur Sigismond et lui remettre les idées en place d’une façon peu orthodoxe.

La vie de Frantz aura totalement changé et la belle Héloïse n’en fait pas partie.



Ce second tome est une suite tout à fait logique au premier, on continue à suivre les aventures de Friedrich, de Frantz, de la Dalmaszie et de la Czisletovie.

Les dessins sont remarquables et l’intrigue est plus que surprenante. Du moins, le mystère autour du gouverneur Benedikt est inimaginable.

Je le conseillerai toutefois à un public adulte vu certaines scènes et certains mots utilisés dans la bande dessinée ou du moins, à un public d’adolescents.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


Les Profs Série : Vie de merde

Auteur : Collectif

EAN/ISBN : 9782822201179

Prix : 10,45€

Date de sortie : 26/08/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Humour

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Jungle Editions

Publié le 01/10/2012



Doit-on encore présenter le célèbre VDM, alias Vie De Merde ? Une série d'histoires courtes, de cas de figure, d'anecdotes pouvant se terminer par ce célèbre commentaire.

« Découvrez ici des témoignages aussi véridiques que critiques, collectés sur le site internet [...]  Sur le thème de la vie des professeurs, vous allez voir comme ça fait du bien ».



Une série de petites histoires vécues par des professeurs qui ont témoigné de leurs aventures et déboires, pour notre plus grand bonheur !! Fou-rire garanti !

De nombreuses références à la vie de tous les jours, dans lesquelles beaucoup d'entre nous se retrouverons.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Jonathan Feito Cigarria


Juarez Auteur : Sergeef & Rouge

EAN/ISBN : 9782723482134

Prix : 14,95€

Date de sortie : 22/08/2012

Nombre de pages : 72

Catégorie : Polar

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Glénat

Collection : Grafica

Publié le 30/09/2012



Tout se déroule dans une ville mexicaine dénommée Juarez; Ville connue par le public, suite à la disparition de nombreuses femmes durant plusieurs décennies. Lorsque Gabriela Garcia Morales disparaît, son employeur, Emilio et sa fille Amelia, vont apposer des affiches dans toute la ville, vont rejoindre le groupe Esperanza et tenter par tous les moyens de retrouver cette personne qui n’est autre que leur amie et leur collègue. Mais, c’est sans compter l’arrivée de « Gael Garcia Morales », un personnage très énigmatique qui cache un lourd secret. Ce dernier se présente à Emilio et à Amelia comme étant le frère de Gabriela et désireux de retrouver la trace de sa sœur.

Les doutes, quant à la disparition de Gabriela sont nombreux, notamment dans le dossier de police que détient Joaquim, le petit ami de cette dernière, mais surtout suite au nouveau but que poursuivait Gabriela. Cette dernière avait dernièrement rejoint l’association Esperanza et s’était fait pas mal d’ennemis notamment dans le milieu des narcotrafiquants, des policiers et des avocats véreux. En effet, l’un des objectifs poursuivis par l’association Esperanza n’est autre que celui de faire la lumière sur tous ces assassinats étranges qui ont lieu à Juarez. Et, il faut bien le dire, cette ville n’est pas réputée pour apprécier la présence des fouineurs dans ses affaires.  Attention donc, à toute personne désireuse de mener son enquête sur des faits qui se déroulent à Juarez parce que ses proches auront peu de chance de la revoir.

On va donc poursuivre l’enquête de la disparition de Gabriela à travers les péripéties de Gael. Qui recèle un bien lourd secret.



Qui n’a pas entendu parler une fois dans sa vie de Juarez et de la disparition de nombreuses femmes, ainsi que de la corruption de certains policiers de cette ville ou d’avocats véreux ? Lorsque l’on vit dans une ville telle que Juarez dont le taux de criminalité est élevé, il faut agir pour sa propre sécurité et parfois même abandonner ses propres convictions, ses propres valeurs afin de pouvoir rester en vie.

De nombreux ouvrages traitent de ce sujet, que ce soit dans le milieu littéraire ou dans le milieu cinématographique. Juarez est au cœur de nombreuses histoires puisque l’absence de coupables tangibles de ces meurtres, de ces disparitions, de ces évènements inexplicables donne lieu aux plus belles théories.

Ce one shot se base sur une réalité bien connue, les auteurs se sont donc inspirés de faits réels pour créer une histoire qui leur est propre, qui leur correspond, qui pourrait faire comprendre à certaines personnes les étapes difficiles afin de mener l’enquête, pour une personne vivant à Juarez ou sur un fait lié à Juarez. Avec le personnage central qu’est Gael, on est plongé dans cette histoire cruelle, terrifiante et riche en rebondissements. Les adeptes de faits réels pourront trouver leur compte ainsi que ceux qui apprécient les histoires à vous couper le souffle. Toutefois, le plus triste dans cette bande dessinée est qu’elle traite belle et bien d’un sujet qui existe et qui à ce jour demeure un mystère pour un bon nombre de personnes.

Une histoire de qualité, une histoire bien formulée dont les recherches ont dû surement être difficiles, les dessins créant une atmosphère telle que l’on a l’impression par moment d’en avoir la gorge sèche et nouée. Un duo (Sergeef et Rouge) remarquable qui vous permet d’apprécier l’histoire, le contexte et l’aventure.

Je le conseillerais toutefois à un public adulte, certaines histoires ne devant pas se trouver entre les mains d’un jeune public au risque de le scandaliser, de le pousser à se poser trop de questions dont nous ne possédons pas les réponses, telles que : "pourquoi une telle injustice? Pourquoi une telle insécurité? Pourquoi depuis 1993, cette affaire n’est toujours pas résolue?" Des questions qui pourraient leur enlever leur innocence et leur insouciance beaucoup trop tôt. Et puis, Juarez est un évènement à lui tout seul d’incompréhensions et d’aberrations que même les adultes ayant une capacité à relativiser ont énormément de difficultés à ne pas se poser certaines questions telles que : "la place de la justice dans ce monde, si nous vivons dans un monde sûr, …". Des tas d’incertitudes qui n’ont pas trouvé à ce jour une réponse simpliste et pouvant convenir à tous.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec2

varprem2
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination



©BD-Best v3.5 / 2022