?>
 
Liste des critiques de bandes-dessinées
Flux RSS Flux RSS

1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec

varprem
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination


Opération Chrysalis Série : 2021

Auteur : Stephane Betbeder & Stephane Bervas

EAN/ISBN : 9782302025004

Prix : 13.95 €

Date de sortie : 15/05/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Science-Fiction

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Soleil Productions

Publié le 27/05/2013



Les États-Unis sont coupés en deux ; ceux qui soutiennent la présidente sortante, partisane d'une intervention militaire dans le ghetto de Détroit, et ceux qui soutiennent son adversaire, partisan d'un démantèlement du ghetto. À l'intérieur, loin de ces considérations politiciennes, les enfants soldats affrontent Mercy, pouvoir psi contre pouvoir psi. Mais le tyran qu'ils ont pour mission d'exécuter n'est pas le monstre qu'on leur a vendu. Et s'ils se battaient dans le mauvais camp ? Et s'ils avaient été manipulés pour servir des desseins autres que les seuls intérêts de la Nation ? Les pouvoirs surnaturels de Father, Mercy, Diane et des quatre enfants mutants ont une origine commune, dont le mystère se perd quelque part en Allemagne de l'Est avant la chute du mur.



 

Angola, Rwanda, Congo, et tant d'autres pays dans le feu de l'actualité des enfants soldats.
Betbeder nous livre une histoire peu commune sur l'utilisation des enfants dans la guerre. Le premier tome était assez intéressant mais le deuxième est vraiment haletant. Une grande ville des USA déclarée ennemie de la nation et mise en zone sécessionniste tente de contrôler ses habitants par une nourriture conditionnant l'esprit distribuée gratuitement par un leader fou. Il y a un peu de "soleil vert" dedans. Les pouvoirs surnaturels de ce leader lui permettent de maintenir un monde sous contrôle mental. De l'autre côté de la zone se trouve le monde libre entre guillemets et parmi ces gens se trouve le "Father" qui tente lui aussi, par ses pouvoirs, en envoyant des enfants eux aussi dotés de pouvoirs surnaturels, de repérer le refuge de leur adversaire. Leur mission est de trouver le leader et de le supprimer. Chaque usage de pouvoirs les vieillit rapidement jusqu'à la mort.  
Une manière bien spéciale d'user d'enfants soldats. Il n'y a pas d'épilogue heureux dans cette histoire très bien menée.
La fin est assez renversante, les rôles sont vraiment inversés. On ne s'attendait pas à une telle fin. Bien joué !
Traiter d'enfants soldats de cette manière est assez innovant, d’où un intérêt certain pour le scénario.
Les dessins sont parfaitement accordés au style d'histoire. La colorisation aussi concourt à l'ambiance futuriste de la BD.
J'aime bien le style de dessins clairs, nets et précis. On aurait voulu une suite tant c'était plaisant mais tout est dit quand on arrive à la fin. En fait il n'y a pas de fin, mais bien un éternel recommencement.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
E. Leblanc


Rimbaud, l'indésirable. Auteur : Xavier Coste

EAN/ISBN : 9782203066465

Prix : 22,50 €

Date de sortie : 15/05/2013

Nombre de pages : 128

Catégorie : Biographie

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Casterman

Collection : Univers d'auteurs

Publié le 23/05/2013



« Comme moral et comme talent, ce Rimbaud est une monstruosité. Il a la mécanique des vers comme personne, seulement ses œuvres sont absolument inintelligibles et repoussantes. » Voici comment Arthur Rimbaud est décrit dans un rapport policier de 1873. Arthur Rimbaud est ancré dans l’imaginaire collectif, mais son histoire réelle est méconnue du grand public. Il n’a jamais connu le succès, ses poèmes ne lui ont jamais rapporté le moindre sou, et il est pourtant aujourd’hui l’un des poètes les plus connus et reconnus dans le monde. Cette bande dessinée de 120 pages prend le parti de raconter les deux vies de Rimbaud : le jeune poète arriviste, en mal de reconnaissance, qui vit une liaison sulfureuse et destructrice avec Paul Verlaine, et le trentenaire fatigué d’écrire et de vivre, qui se tue à la tâche en Afrique. Xavier Coste a souhaité dépeindre le poète tel qu’il était décrit par ses proches : tour à tour manipulateur, sans-gêne, parfois carrément grossier. Bien loin de l’image trop lisse et réductrice du jeune poète romantique... Romantique, celui qui poussa Verlaine à bout, jusqu’à ce que ce dernier craque et tire deux balles dans sa direction ?



Biographie d’Arthur Rimbaud admirablement documentée et illustrée par Xavier Coste. Pas question dans ce livre d’illustrer les poèmes de l’auteur mais bien une description de sa vie tumultueuse que ce soit au niveau de ses différentes fugues alors qu’il était encore adolescent en passant par sa liaison avec Paul Verlaine et en se poursuivant sur les années passées en Afrique loin de toute littérature. Un superbe témoignage qui nous est laissé par Xavier Coste au travers de cette BD qui nous fait découvrir un autre personnage que celui présenté sur les bancs de l’école. À conseiller même aux lecteurs ne s’intéressant pas à la poésie grâce à la qualité du travail effectué par l’auteur. Un livre que j’ai dévoré d’une seule traite et qui m’a laissé une grande satisfaction non seulement au niveau des anecdotes apprises sur le poète mais aussi au niveau des différentes étapes de sa vie qui pour beaucoup de personnes se résume uniquement à la littérature. Une note de 9/10 partagée de façon suivante : le maximum pour le scénario et 4/5 pour les représentations.



Extrait 1 Rimbaud, l'indésirable.


Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


Le survivant des eaux noires. Série : Highlands

Auteur : Aymon Philippe

EAN/ISBN : 9782205071290

Prix : 13,99 €

Date de sortie : 03/05/2013

Nombre de pages : 54

Catégorie : Aventures-Historique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dargaud

Publié le 22/05/2013



Le second volet d'Highlands est placé sous le signe de la vengeance ! Victime d'une machination, le peintre écossais Joseph Callander avait été arrêté avant de prendre la fuite durant son procès. Malgré de graves blessures survenues lors de son évasion, il est en vie, à l'insu de tous. Réfugié dans les Highlands de son Écosse natale, il prépare sa vengeance en tentant de découvrir qui est l'instigateur de ce complot et, surtout, pourquoi il a été rendu coupable, à tort, d'avoir eu une relation avec la fille du duc de Plaxton. Ce dernier volet du diptyque Highlands est un véritable polar historique et une série de grande aventure sur les terres d'Écosse occupée par les Anglais au XVIIIe siècle.



Scénarisés et dessinés par Aymond, les deux volets de cette saga nous démontrent la capacité indéniable de cet auteur à adapter son style suivant les époques. Alors que nous étions habitués à le retrouver au côté de Van Hamme pour les aventures de « Lady S. »,Aymond combine un récit rythmé dont il est l’auteur avec un magnifique talent pour les représentations des paysages Écossais. À noter le choix effectuer pour la colorisation mettant réellement en valeur ces deux albums à vous procurer si vous aimez les aventures au pays du whisky ! Une note de 8/10 pour ce second album à lire en compagnie d’un verre de ce charmant breuvage.



Extrait 1 Highlands (tome 2)  - Le survivant des eaux noires. Extrait 2 Highlands (tome 2)  - Le survivant des eaux noires. Extrait 3 Highlands (tome 2)  - Le survivant des eaux noires. Extrait 4 Highlands (tome 2)  - Le survivant des eaux noires.

Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


Boulevard ... ossements Série : Nestor Burma

Auteur : Léo Malet, Barral (d’après l’univers graphique de Tardi)

EAN/ISBN : 9782203058811

Prix : 16 €

Date de sortie : 15/05/2013

Nombre de pages : 88

Catégorie : Polar

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Casterman

Collection : Univers d'auteurs

Publié le 21/05/2013



 

En cette fin de printemps, Nestor Burma et sa secrétaire Hélène Chatelain reçoivent la visite d’un diamantaire du 9e arrondissement, Omer Goldy, qui les envoie sur les traces d’un restaurant chinois de la rue de la Grange-Batelière et de son propriétaire, l’énigmatique Tchang-Pou. Le mystère s’épaissit lorsque Burma découvre sur place les cartes de visite d’un ancien lupanar de Shanghai où sévissaient des prostituées russes et, dans une armoire, ce qui ressemble fort au cadavre d’une femme blonde et nue… Mais tout bascule carrément lorsque le diamantaire, est retrouvé mort dans son bureau. Deux macchabées presque coup sur coup. Soupçonnant tout à la fois un chantage, une affaire de moeurs, un trafic de diamants et dieu sait encore quelles turpitudes, Nestor Burma intensifie ses recherches, qui le mettront bientôt sur la piste de la maison Natacha, une entreprise de lingerie de luxe tenue par deux immigrées russes…



 

Après Emmanuel Moynot l’espace de trois tomes, c’est Nicolas Barral qui s’empare des clés de l’agence « Fiat Lux » et se coule dans l’univers graphique de Tardi pour cette enquête de Nestor Burma dans le 9ème arrondissement parisien. Et de ce côté déjà, la reprise est réussie. Le trait de Barral est un rien plus fin que celui du grand Jacques, plus souple aussi, mais comme ses illustres prédécesseurs, le nouveau venu dans la série s’y entend pour camper des personnages secondaires pittoresques et quelques « gueules » dont on se souviendra. L’univers graphique est celui de Tardi, mais l’univers de Nestor Burma, c’est surtout celui de Léo Malet. On s’y retrouve pour un épisode aux couleurs étrangement exotiques qui se déroule pourtant entièrement dans la capitale française. Entre un restaurant chinois, une « maison » de Shangaï et des russes blancs (et pourtant pas très clairs) et…un squelette unijambiste, le flegmatique et perspicace détective et sa jolie secrétaire Hélène auront fort à faire pour démêler les fils d’une intrigue complexe non dénuée d’humour ni de charme(s) et dont on suit le cheminement avec beaucoup de bonheur. C’est toujours avec plaisir que l’on répond aux rendez-vous de Nestor Burma dans son itinéraire parisien, et cette promenade mouvementée sur le Boulevard…Ossements ne fait pas exception à la règle. Un savoureux polar rétro qui contraste joliment avec nombre de thrillers sanglants actuels. A souligner la très belle couverture dont on appréciera plus encore la « distribution » après avoir lu un album qui mérite assurément le détour.







Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Le Réveil d’une Déesse Série : Cassio

Auteur : Henri Reculé & Stephen Desberg

EAN/ISBN : 9782803632084

Prix : 12 €

Date de sortie : 24/05/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Thriller historique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Le Lombard

Publié le 21/05/2013



Ils pensaient l'avoir tué ! Quatre assassins, et autant de coups de couteau ! Mais les preuves découvertes par l'archéologue Ornella Grazzi indiquent formellement qu'un mois après son décès, Cassio est revenu d'entre les morts, promettant l'enfer à ses bourreaux. La vengeance continue...



 

Avec le Réveil d’une Déesse, Cassio entame un troisième cycle d’albums, dénommé le cycle de la momie. Et force est de constater que Stephen Desberg parvient encore à surprendre en relançant son intrigue (et le lecteur) sur de nouvelles pistes tout en enrichissant (et complexifiant) encore l’histoire de Cassio, médecin, guérisseur, avocat…de plus en plus mystérieux. D’un point de vue graphique, Henri Reculé semble encore avoir affiné son trait, nous offrant, une fois de plus, un ensemble d’une grande élégance, joliment soutenu par les très belles couleurs du dessinateur et de Kattrin. Ses personnages féminins, et il y en a beaucoup, sont envoûtants, tout au plus regrettera-t-on un peu trop de ressemblance entre certains personnages masculins, mais peut-être est-ce à dessein, le scénario de Desberg jouant avec les époques, avec des similitudes ou des hasards qui en sont ou n’en sont pas… Ce que l’on sait de Cassio peut laisser imaginer de vertigineuses possibilités, mais les auteurs livrent les clés de l’énigme à doses homéopathiques. N’est-ce pas, justement, un rien trop peu en sept tomes qui exigent d’être tous lus (et même relus) pour une bonne compréhension globale ? Des indices plus concrets, plus solides, feraient sans doute monter le suspense d’un cran, mais on n’a pas envie non plus d’une explication en un bloc qui précipiterait l’aboutissement de la série, surtout pas… Et c’est encore une fois avec délectation, mais aussi avec une certaine frustration, qu’on refermera ce beau Réveil d’une Déesse en attendant d’en savoir (peut-être) plus avec le volume 8 à venir intitulé le Peintre des Morts.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


J'ai pété les plombs ! Série : Les psy

Auteur : Bédu & Cauvin

Prix : 10.60 €

Date de sortie : 03/05/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Humour

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dupuis

Publié le 21/05/2013


 

Sur le divan, les patients se suivent, mais ne se ressemblent pas. L'ambiance est toujours au rendez-vous chez les Psy ! Il faut dire que si ses méthodes ne sont pas toujours parfaitement académiques, le docteur Médard ne manque ni d'idées ni de bon sens quand il s'agit de venir en aide à ses patients. Tant et si bien que ceux-ci viennent même le consulter quand ils n'ont rien ! Tant mieux, ça multiplie les occasions de rire des situations et des personnages extravagants croisés dans la salle d’attente. Qu'on se rassure, les Psy sont loin d'être guéris !



 

A priori, il est difficile de trouver un espace plus confiné que le cabinet d’un psy. Par contre, ce qui peut germer du cerveau des patients semble infini. Raoul Cauvin l’a bien compris, et c’est grâce à ce flagrant contraste qu’une série comme les Psy en est aujourd’hui à son 19ème album. Cauvin parvient encore à s’y renouveler et, alors que ce type de bouquin est parfois snobé par une pseudo-intelligentsia, chaque planche mérite que l’on s’y attarde pour mesurer combien Bédu est un formidable dessinateur. Expressivité des personnages et bouilles attachantes, « histoires dans l’histoire » (observez les tableaux sur les murs…) et une mention spéciale pour les bestioles qui y tiennent toujours une jolie place. Côté scénario, on regrettera peut-être un peu certains gags en une planche plus inégaux, mais les histoires en 2, 4 ou 5 pages sont vraiment réussies et on se réjouit que l’ami Raoul y prenne un peu plus de temps pour raconter quelque chose. A cet égard, « Régime sans faim » constitue peut-être le sommet de ce nouveau tome dans lequel l’héroïque docteur Médard doit faire non seulement face aux lubies de ses patients mais aussi aux sautes d’humeur d’Yvonne, sa bonne, et à l’humour euh…très particulier de sa belle-mère.

Quant à la complicité entre le dessinateur et le scénariste, je ne peux que vous renvoyer à la superbe contribution de Bédu à la « Galerie des Illustres » pour vous en convaincre. Les Psy : une valeur sûre qui se maintient !





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Les Armes de maître Marcel Série : Le Royaume

Auteur : Feroumont

EAN/ISBN : 9782800152974

Prix : 10.60 €

Date de sortie : 03/05/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dupuis

Publié le 21/05/2013



Le paisible Royaume s'apprête à vivre des heures sombres. Le maître forgeron Marcel, pour faire prospérer ses affaires, a attiré de dangereux bandits, payés pour semer la terreur et pousser les habitants à s'équiper en armes, évidemment forgées dans son atelier. L'ennui, c'est que les bandits se verraient bien maîtres d'un si gentil et si prospère royaume...



S’il est une difficulté pour les éditeurs historiques, c’est bien celle de remplacer les grands classiques disparus. Le pari semblait impossible, mais, dans le cadre des séries médiévales, avec Le Royaume, Dupuis a intronisé les successeurs de Johan et Pirlouit.

Dans ce cinquième opus, Maître Marcel, fournisseur d’épées, a perdu le marché de la vente d’armes au palais. Il va user de stratagèmes et fourberie pour tenter de reprendre la main. Anne tient son auberge. Les déclarations d’amour de François sont (provisoirement) remisées pour donner au forgeron un rôle d’une dimension nouvelle. Le roi débonnaire est fidèle à lui-même, à la croisée des chemins entre le Roi de Peyo, Abraracourcix et le shérif Fritz Alwill dans Robin Dubois. Toute une panoplie de personnages secondaires gravite autour d’eux. L’ensemble est commenté par une bande d’oiseaux bavards, qui ont bien plus de répartie que certains humains. Ils font l’originalité de la série.

Tel est le petit théâtre mis en scène par Benoit Feroumont. Formé dans le monde du dessin animé, l’auteur y reprend le rythme et les codes. Les scènes d’action à 100 à l’heure alternent avec les discussions aux dialogues ciselés à la virgule près. Le traitement graphique est aussi très pertinent. Feroumont utilise les décors uniquement quand il le faut. Ils peuvent parfois sembler minimalistes. Mais pourquoi en mettre plus quand ce qui est montré suffit ? A ce niveau là, Le Royaume peut être cité en exemple dans toutes les écoles de BD. Sans compter une couverture en forme d’affiche de cinéma qui invite à ouvrir l’album. Dans sa série, Feroumont alterne grands récits, histoires courtes et gags, n’hésitant pas à se faire épauler dans ce dernier cas lorsqu’il le faut par la « sale bête » Maïa Mazaurette. Il sait parfaitement donner à chaque histoire la densité qu’il lui faut.

On l’aura compris, en cinq albums, Le Royaume s’est imposé comme un nouveau classique de l’écurie Dupuis. Dans 30 ans, Le Graphivore chroniquera une intégrale de cette série avec les mêmes éloges que celles de Spirou, Bizu ou autres publiées aujourd’hui.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Laurent Lafourcade


Guyanacapac Série : Long John Silver

Auteur : Dorison & Lauffray

Prix : 13.99 €

Date de sortie : 26/04/2013

Nombre de pages : 56

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dargaud

Publié le 21/05/2013


Les membres rescapés du Neptune découvrent enfin la mystérieuse cité de Guyanacapac. C'est ici qu'un trésor serait enfoui ; c'est ici aussi qu'un piège infernal va se refermer sur eux. Chacun va découvrir l'horrible secret de cette cité et la véritable personnalité de l'Indien Moxtechica. Quant à Vivian, enceinte, elle ne peut plus reculer ; elle va devoir surmonter cette ultime épreuve...



Robert Louis Stevenson. Qui ne connaît "L'île au trésor" ?
On a tous un ou plusieurs livres de chevet qui a bercé nos rêves d'enfants et peut être d'adultes.
Ce chef d’œuvre immortalisé à de nombreuses reprises au cinéma nous a tous marqués.
Le clap de fin de l’œuvre litéraire originale ne nous a jamais laissé sur notre faim. Et pourtant, si Stevenson avait voulu écrire une suite ou alors une parenthèse à son histoire, il aurait certainement aimé que celle-ci prenne la direction prise par Dorisson. La plume de celui-ci semble avoir été trempée dans l'âme de Stevenson. La lecture de chacun des tomes nous pousse à l'impatience de lire le suivant. J'aurais aimé comme nombre d'entre nous d'être un des personnages qui se trouvent dépeints dans cette aventure. Mêler les Amériques et leurs mystères totalements aux antipodes de l'île perdue du pacifique, de "l'île au trésor" originale tient du génie pour avoir su l'étayer de manière si originale.
Imaginer une histoire de contrat liant l'épouse de Lord Hastings enceinte d'un autre à Silver est plutôt machiavélique.
Dorisson nous livre un Silver sans pitié mais aussi attachant que dans l'oeuvre originale.
Un méchant qu'on a envie d'aimer. Amoureux transit de surcroit !!!
Silver a deux trésors en vue mais n'atteindra que celui qui brille de la couleur que Midas a adoré.
Dorisson a commencé son œuvre pour en passer le témoin à Lauffray dont le dessin a parfaitement rendu le fond de l'histoire. Le trait d'union est parfait.
Le dessin semble rapide mais détrompons nous, il rend parfaitement et de manière intelligente l'expression et la chaleur moite nécessaire à la trame du récit.
En quelques mots, je pense que nul autre que Lauffray n'eut été mieux qualifié pour rendre la lourdeur de l’atmosphère pesante de certaines cases . Les yeux des personnages ont des expressions étonnantes. Les couleurs sont parfaitement choisies pour un rendu à la hauteur de nos attentes.
Stevenson doit lui aussi avoir apprécié de lire les 4 tomes.
Merci pour ces bons moments, et dommage que l'histoire se termine.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
E. Leblanc


Une Odyssée sicilienne. Série : W2.2

Auteur : Blengino - Del Vecchio

EAN/ISBN : 9782205068047

Prix : 13,99 €

Date de sortie : 10/05/2013

Nombre de pages : 52

Catégorie : Aventure historique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dargaud

Publié le 20/05/2013



Le cinquième épisode de WW 2.2 s'ouvre en Sicile, en 1943. L'île se prépare à affronter l'assaut des Alliés. Ettore Nada est un déserteur de la marine italienne. Sauvé du peloton d'exécution, il est engagé par les services secrets du Vatican afin de participer à une opération ultraconfidentielle. Le but de cette mission suicide est de récupérer un document disparu en mer. Ettore se rend rapidement compte que ce document, l'encyclique secrète du pape Pie XI, pourrait changer le cours de la guerre... ainsi que deux mille ans d'histoire du Vatican.



Dessinateur & scénariste sont d’origine italienne. Dans cette cinquième uchronie, on retrouve une Italie plus ou moins conforme à la réalité historique. La Cité du Vatican ayant été bombardée par erreur par les américains (bombardier en perdition avec sa cargaison de  bombes larguées précipitamment avant le crash de celui-ci), le pape Pie XII ayant trouvé la mort lors de ce bombardement, les services secrets du Vatican mettent tout en œuvres afin de retrouver une précieuse mallette contenant des documents plus que confidentiels ! Pour cela, ils sauvent du peloton d’exécution Ettore Nada. Accompagné d’un autre compagnon et d’un prêtre, ceux-ci vont se charger de cette mission dangereuse. La finalité de ce chapitre se retrouve dans la haine d’un homme vis-à-vis d’Ettore. Pas le meilleur épisode de la série mais se laisse lire agréablement grâce aux illustrations signées Pasquale Del Vecchio. 



Extrait 1 W2.2 (tome 5)  - Une Odyssée sicilienne. Extrait 2 W2.2 (tome 5)  - Une Odyssée sicilienne. Extrait 3 W2.2 (tome 5)  - Une Odyssée sicilienne. Extrait 4 W2.2 (tome 5)  - Une Odyssée sicilienne.

Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


Bag Men Série : Bag Men

Auteur : Amazing Ameziane

Prix : 16 €

Date de sortie : 02/05/2013

Nombre de pages : 196

Catégorie : Thriller

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Casterman

Publié le 17/05/2013


 

Alice, star de la télé réalité et fille du parrain de la mafia de Las Vegas Victor Torrio, a été kidnappée par les zétas, des narcos mexicains. Bronson « Bag Man », le porteur de valises, et Richard « Iceberg » Kowalski, le tueur à gages, ont pour mission de ramener la jeune femme… sans oublier la rançon : deux millions de dollars. Et si pour cela, de l’Arizona à Tijuana, il leur faut jouer de la gâchette un peu ou même beaucoup, eh bien… ainsi va la vie, non ? Mais évidemment, les dés sont pipés. Les vrais kidnappeurs ne sont pas ceux qu’on croit et l’opération sauvetage, relancée par plus d’un coup de théâtre, tournera au massacre tous azimuts, version king size. Personne ne sortira d’ici vivant, qu’on se le dise !



 

Traitée à la manière d'un « Comics », cette histoire de gangsters qui se veut documentée donne malheureusement lieu à une grosse accumulation de clichés et se révèle vite lassante. On a en effet la nette impression d'avoir déjà lu ça de nombreuses fois, et sans doute en mieux. Le découpage du scénario et le jeu de flash-backs semble n' être qu' un artifice destiné à enrichir la chose, mais force est de reconnaître que ça ne fonctionne que très moyennement. Et on ne peut pas dire que l'on puisse se rabattre sur le graphisme pour en tirer une meilleure impression. Passé un premier effet de surprise, c'est le sentiment d'avoir affaire à un montage bien « cheap » qui s'installe. Amazing Ameziane veut visiblement « faire branché » mais ne dispose pas du fond, c'est à dire une bonne histoire, pour construire quelque chose de solide et crédible. On s'amusera peut-être de la version contemporaine de Richard « iceman » Kuklinski (personnage principal -et authentique- de Big K de Ptoma et Duchène) quant à Bronson, on se rappellera que le véritable nom de son homonyme cinématographique était Buchinsky. Ca fait beaucoup de « i », comme « insuffisant » à l'école ou indigeste pour cette brique de 196 pages. Allez, passons, je m'en vais relire Du Plomb dans la Tête...






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec2

varprem2
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination



©BD-Best v3.5 / 2022