?>
 
Liste des critiques de bandes-dessinées
Flux RSS Flux RSS

1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec

varprem
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination


Le Musée Disney Série : Le Musée Disney

Auteur : Collectif

EAN/ISBN : 9782723494373

Prix : 29 €

Date de sortie : 30/01/2013

Nombre de pages : 160

Catégorie : Parodie

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Glénat

Publié le 20/02/2013



Lors du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême qui aura lieu du 31 janvier au 3 février 2013, une grande exposition était consacrée aux héros Disney et aux auteurs qui les ont représentés avec brio. Pour accompagner cette exposition, les éditions Glénat, éditeurs des bandes dessinées Disney, vous proposent ce livre original. Il met en vis-à-vis des œuvres majeures de l’histoire de l’art, de Michel-Ange à Picasso, de Rembrandt à Kandinsky, avec leur interprétation par des auteurs de l’univers Disney. Vous retrouverez ainsi Dingo en Mona
Lisa ou Picsou en Ramsès II ! Une manière instructive et amusante de démontrer que les personnages de Disney, eux aussi, sont entrés dans l’histoire !



De van Gogh à Victor Hugo, de Gaudi à Modigliani, De Magritte à Warhol en passant même par Billy the Kid ou les grottes de Lascaux tous est mis à la sauce Disney. Les éditions Glénat ont revisité l'histoire de l'art à leur manière lors du dernier festival d’Angoulême. Voici donc le recueil de ces images un peu folle, burlesque et décalées réalisée par des maîtres italiens. Un bouffée d'air dans le neuvième art qui n'est pas déplaisante du tout.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Rob


Dans les griffes du faucon. Série : Loïs

Auteur : Drion - Pâques

EAN/ISBN : 9782203040328

Prix : 10,95 €

Date de sortie : 30/01/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure historique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Casterman

Collection : Jacques Martin

Publié le 19/02/2013



Paris, 1685, réunion de crise à l’Amirauté. En quatre années, trois vaisseaux de la marine royale de Louis XIV se sont volatilisés dans l’Océan Indien avec des cargaisons de grande valeur, de retour d’Orient. Le dernier en date, Le Soleil, transportait des émissaires du roi du Siam, Phra Naraï. Une ambassade est montée d’urgence, direction Ayutthaya la capitale du royaume de Siam, afin de relancer les relations diplomatiques et commerciales entre Français et Siamois. Loïs Lorcey en fait partie. Officiellement, il est mandaté pour réaliser des croquis d’animaux exotiques et ramener à la cour quelques spécimens de plantes tropicales. Mais secrètement, il doit aussi profiter de ce lointain voyage pour tenter d’élucider le mystère de la disparition des vaisseaux du roi.
Au Siam, alors que l’ambassade remonte le fleuve Chao Phraya, le jeune homme sauve la vie d’un marin tombé à l’eau. Mais cet écart lui vaut d’être mis aux arrêts pour insubordination, et emprisonné. Deux nuits plus tard, la famille de celui qu’il a sauvé le fait évader…



Aventure orientale pour Loïs envoyé au Siam sous l’identité d’un artiste peintre représentant des animaux et oiseaux exotiques afin d’enquêter sur la disparition de plusieurs vaisseaux de la marine royale de Louis XIV. Les illustrations d’Olivier Pâques sont splendides (surtout les représentations des bateaux). On ressent une réelle recherche vis à vis de la documentation aussi bien pour les décors que pour les traditions et coutumes des autochtones (Siam) effectuée par l’auteur. Les couleurs sont parfaites et la lecture de l’album est agréable. J’ai plus de difficultés avec le changement de scénariste, les 44 premières pages me plaisent bien mais je trouve la narration de l’épilogue de l’histoire trop rapide. Cette dernière remarque n’enlève rien à la qualité du scénario mais à surveiller pour un futur tome ! Quand à Loïs, je l’envie fortement pour le seul animal exotique qu’il a pu « croquer »  mais je ne vous en dévoile pas plus vous laissant découvrir cette nouvelle aventure. Un projet de couverture (qui pour moi était visuellement plus attractif) avait été dévoilé mais malheureusement celui-ci a été abandonné au profit de la couverture actuelle. Sinon, une bonne série qui ne demande qu’à poursuivre son chemin en compagnie de son héros et de son dessinateur.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


Cent Millions de Pesos. Série : Wayne Shelton

Auteur : Van Hamme - Denayer

EAN/ISBN : 9782505016038

Prix : 11,99 €

Date de sortie : 15/02/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dargaud

Publié le 19/02/2013



Avec Wayne Shelton, il faut s’attendre à tout ! Même à le retrouver en soutane, en train de dire le bénédicité dans un village d’Argentine. Tout ça parce qu’une ancienne conquête de jeunesse a décidé de le faire chanter. Le marché qu’elle lui met entre les mains est d’une simplicité biblique : soit il retrouve un prêtre accusé de meurtre et qui détient un billet de loterie d’une valeur de cent millions de pesos, soit il passe les trente prochaines années à croupir dans une geôle de Buenos Aires. À moins que Wayne, jamais à court de ressources, n’imagine une autre solution… 



Dernier né de la collaboration entre Denayer & Van Hamme, le scénario de cet album signé  Van Hamme est de loin le meilleur depuis son retour aux commandes des aventures de Wayne Shelton ! Le dessin et les illustrations de Christian Denayer font voyager les lecteurs à travers l’Argentine et se prête particulièrement bien à cette dernière aventure résumée ci-dessus. La couverture de l’album pourrait nous faire penser à un western, mais si western il y a, c’est bien avec une aventure ayant pour cadre l’Argentine d’aujourd’hui avec ses villes modernes et ses paysages dignes d’un film de Sergio Leone. Précipitez-vous chez votre libraire afin de réserver votre exemplaire car le vrai Shelton est de retour pour notre plus grand plaisir à tous !





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


Le Caïd Série : Jeremiah

Auteur : Hermann

EAN/ISBN : 9782800156002

Prix : 11.95 €

Date de sortie : 01/02/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dupuis

Publié le 18/02/2013



Quitte à tomber en panne, autant que ce soit devant un parc d'attractions, ce sera toujours l'occasion d'aller faire un tour de manège ! Mais dans le monde apocalyptique de Jeremiah, le danger rôde en permanence. Et, avant de récupérer sa moto, il va devoir survivre aux méthodes expéditives qu'a choisies le nouveau caïd de la zone pour imposer son pouvoir...



Après un court retour, le temps de deux albums, à un encrage classique, Hermann reprend la couleur directe pour cette 32ème étape de la longue balade post-apocalyptique de Jeremiah. Et de ce côté, rien à redire. Le Caïd se déroule en grande partie dans un parc d’attractions en ruines, les gangs qui s’y affrontent utilisent des fumigènes et ça nous donne droit à des atmosphères brumeuses parfois quasi-fantastiques. Certaines planches et cases valent véritablement le détour ! Malheureusement, là où ça coince, c’est du côté du scénario, si pas de l’histoire en elle-même…ou de son absence. Le Panier de Crabes (tome 31) avait constitué une belle surprise…le Caïd, fait figure, après cela, de grosse déception. Une famille déglinguée, une guerre des gangs avec pour enjeu la place du caïd, une nana peu farouche, une panne de moto et une cuite mémorable pour Kurdy… Vous l’aurez compris, rien de neuf sous le soleil sale de Jeremiah. Hermann est en pilotage automatique et à certains moments, même si on en connaît par cœur tous les ingrédients, son scénario est décousu et finalement ennuyeux. Evidemment, quelle est la série qui, en 32 albums, ne connaîtrait pas des hauts et des bas ? Mais on peut vraiment évoquer un manque d’inspiration pour ce dernier opus. Pire, Yon, un de ses personnages, présente une ressemblance certaine avec Red Dust et certains accoutrements des gangs « Kasps » et « Bents » nous ramènent presque à l’époque d’un étonnant Hiver de clown (tome…9 !). De quoi pousser à la nostalgie face à un Caïd…sans histoire. Hermann reste un extraordinaire dessinateur, mais pour le reste, et c’est dommage, le vieux lion semble somnoler sur ses lauriers. A réserver, donc, aux inconditionnels de Jeremiah.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Maxime 1974 Série : La Lignée

Auteur : Berlion - Félix - Marie - Galandon - Wozniak

EAN/ISBN : 9782818921333

Prix : 13,90€

Date de sortie : 06/02/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Bamboo

Collection : Grand Angle

Publié le 17/02/2013



En 1974, Maxime a 32 ans et des poussières. Fils naturel et caché de Marius, il vit à Paris, dans un petit deux pièces avec sa compagne et ses jumeaux. Après avoir traversé la période hippie, il plonge dans l’univers du Rock, mais aussi de la drogue et de l’alcool. Une attitude irresponsable qui fera fuir Alexandra avec ses enfants. Définitivement libre de se détruire, Maxime et deux potes, Fred et Claude, partent pour New York sur les traces d’un groupe de rock mystérieux dont-ils ont entendu quelques enregistrements : Les Ramones. Entre délires psychédéliques et vraies croyances, Maxime et ses amis décident de s’emparer de la statuette, volée un siècle et demi plutôt par son ancêtre, pour la ramener à sa place d’origine et enfin stopper cette fameuse malédiction...



Troisième épisode de cette série nous contant la malédiction frappant les descendants de la famille Brossard tous morts dans leurs 34e année. Les scénaristes nous emmènent en 1974 en compagnie de Maxime Brossard, le fils de Marius présent dans le tome précédent. Lorsque Maxime entend une bande sonore des futurs « Ramones », il décide de partir accompagné de deux amis à leur rencontre à New York. En consultant le carnet laissé par les ancêtres de la famille de Maxime Brossard, l’un des Ramones va reconnaitre une tête « Muisca » de l’art précolombien représentée sur une affiche du Métropolitan Muséum de New York. Maxime va tout mettre en œuvre afin que cette statue retourne à l’endroit qu’elle n’aurait jamais dû quitter afin de tenter de mettre un terme à la malédiction frappant sa famille. La fin de ce troisième tome réserve une surprise de taille aux lecteurs de cette série et nous donne rendez-vous en 1994 en compagnie de Diane & David (les enfants de Maxime) lors du génocide Rwandais. Ce troisième tome me réconcilie avec la série car j’avais eu certaines difficultés à apprécier à sa juste valeur le tome précédent. Le dessin confié à Olivier Wozniak accompagne parfaitement bien le récit tout en donnant l’envie au lecteur de connaitre l’épilogue de la série prévue dans le prochain et dernier tome de cette aventure. Un dernier conseil, lire les deux premiers tomes afin de parfaitement bien savourer cette histoire !





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


Hélius  Série : World War X

Auteur : Peter Snejbjerg & Jerry Frissen

EAN/ISBN : 9782803632237

Prix : 12 €

Date de sortie : 01/02/2013

Nombre de pages : 56

Catégorie : Science-Fiction

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Le Lombard

Publié le 14/02/2013



7 février 2017, la station lunaire internationale ne répond plus. Un monstrueux extra-terrestre s’est réveillé, annihilant toute vie alentour. Mais ce massacre n’est que la partie émergée d’un iceberg qui va frapper la terre de plein fouet : en 5 endroits, autant de créatures dotées de terribles pouvoirs sortent de leur sommeil séculaire. L’humanité n’était pas prête, à l’exception d’Hélius, un homme mystérieux qui semble connaître ces extra-terrestres depuis longtemps, très longtemps…



Dès la couverture du premier volet de ce triptyque, la couleur est annoncée. Un personnage central énigmatique, des monstres extra-terrestres, des militaires décidés… Frissen et Snejbjerg nous entraînent dans une série B de SF à grand spectacle menée à un train d’enfer. Il arrive que l’on aille au cinéma juste pour se distraire et passer un bon moment, et c’est de cette manière qu’il faut aborder Hélius. Et sous cet angle, on est comblé. L’efficacité prime avec un scénario serré, énormément d’action et suffisamment de questions soulevées pour que l’on ait envie d’aller plus loin, et vite, pour en trouver les réponses. Diable, c’est quand même le sort de l’humanité qui est en jeu ! Le dessin de Peter Snejbjerg très typé «comics » (il a notamment travaillé avec Mike Mignola sur BPRD) répond parfaitement à cette urgence, ne s’embarrassant pas de fioritures inutiles et privilégiant, lui aussi, l’efficacité. Evidemment, on pense à un tas de films ou de séries télé, évidemment on sourira en découvrant ces extra-terrestres au croisement d’  « Alien » et des…petits hommes verts, et ces zombies qui n’en sont pas vraiment (mais très mode !)… Mais tout ça fonctionne très bien ! Difficile de ne pas être embarqué dans cette aventure trépidante qui nous fournit quand même un très bon moment de lecture sans aucune prétention. Après tout, n’est-ce pas l’essence même de la BD ? On a échappé à la fin du monde le 21 décembre 2012, mais on n’échappera pas à World War X. Et l’éditeur l’a bien compris, puisque le tome 2 est déjà annoncé pour avril et troisième volet programmé en juillet. On a d’ailleurs déjà droit à 7 pages en forme de « teaser » pour la suite à la fin de ce premier bouquin. Quand on vous parlait de série de télé…





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Mini Cataclysme Série : Nelson

Auteur : Bertschy

EAN/ISBN : 9782800151571

Prix : 10.45 €

Date de sortie : 01/02/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Humour

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dupuis

Publié le 14/02/2013



Nelson reste égal à lui-même : une véritable calamité ambulante et débordante d'imagination lorsqu'il s'agit de rendre la vie impossible à Julie, sa jeune et jolie maîtresse, et à Floyd, son labrador un peu empoté... Mais s'il y a bien un problème que Nelson n'avait jamais sérieusement envisagé, c'est bien celui de la concurrence.



Mais qu’est-ce qui nous fait craquer chez Nelson ? Le petit diable conjugue à l’envi tous les éléments qui peuvent le rendre insupportable, mais, reconnaissons-le, il y a sans doute une part de lui en nous…ou l’inverse. Pourtant, pour la première fois avec ce 13ème album, le titre de Mini Cataclysme pourrait se rapporter à un autre personnage. En effet, Julie garde dans de nombreux gags le bébé de sa sœur Dolorès, et notre démon orange favori y voit une rude concurrence (comme on peut s’en rendre compte dès les pages de garde !)… Une fois de plus, l’humour de Bertschy fait mouche et on se régale avec cette nouvelle salve de gags en strips. 3 ou 4 cases (parfois moins) suffisent à l’auteur pour camper une situation, raconter et trouver une chute amusante, parfois même hilarante. De plus, progressivement, l’univers de Julie et Nelson s’élargit . Entre le bébé, les sites de rencontre, le bureau, l’auto-école où les rêves de courses de lévriers du labrador Floyd, le diablotin fluo a de quoi sévir et l’auteur développe, de gag en gag, un véritable petit monde. Lors de son apparition, on aurait peut-être pu hésiter à parier sur la longévité de Nelson, mais après 13 albums, on ne ressent pourtant aucun essoufflement. Bertschy parvient encore à se renouveler. Il est vrai que l’auteur doit cultiver une belle endurance, en délivrant un strip quotidien dans la presse helvète… Il fut un temps question pour Nelson de passer aux images animées, et on ne peut que se dire que ça aurait vraiment pu être « quelque chose » ! Mais il nous reste heureusement les albums pour nous consoler, et comme le démontre encore ce Mini Cataclysme, il y a de quoi faire…





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Intégrale Série : Du Plomb dans la Tête

Auteur : Colin Wilson & Matz

EAN/ISBN : 9782203060739

Prix : 22 €

Date de sortie : 13/02/2013

Nombre de pages : 180

Catégorie : Polar

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Casterman

Publié le 14/02/2013



2 tueurs, 2 flics, 1 contrat. Et puis, ensuite, des cadavres, un tueur et un flic. Les deux survivants se disent que l’union fait la force, même et peut-être surtout quand elle est contre nature. Ils sont déterminés à rester en vie et à venger leurs amis morts. Personne n’est à l’abri, personne n’est intouchable…



Adaptation cinématographique aidant, Casterman réédite sous forme d’intégrale ce polar initialement sorti en trois albums publiés entre 2004 et 2006. Comme on l’imagine aisément, si la BD a retenu l’attention d’un grand du film d’action tel que Walter Hill à la réalisation et que le nom de Sylvester Stallone apparaît en vedette au générique, ce n’est pas, a priori, à un suspense psychologique que l’on a droit. Matz (le Tueur) nous délivre ici un polar classique à l’américaine, extrêmement musclé, mais dont toute l’originalité vient de la manière de camper les personnages. Le scénariste nous a habitués aux monologues de son « Tueur » et les longues conversations de ses duos de personnages, quand elles sortent du cadre strict de l’intrigue, ne sont pas sans nous les rappeler, une dose d’humour décalé en plus. Cette intégrale permet, en outre, de mieux apprécier la construction de l’histoire, le crescendo d’un album à l’autre, même si, et c’est regrettable, « Du bordel dans l’aquarium » semble moins bien équilibré que les deux premiers opus. Graphiquement, Colin Wilson, à l’image de sa bibliographie, joue les équilibristes entre le style franco-belge et une griffe plus typée « comics ». Un exercice qui, au départ, demande au lecteur une petite acclimatation. L’efficacité prime, et si le dessinateur signe parfois de très beaux décors et des vues impressionnantes et très…cinématographiques, c’est pour très vite revenir à de très gros plans et mieux s’accrocher aux basques des personnages principaux en action. Et de l’action, Du Plomb dans la Tête n’en manque vraiment pas ! Seul petit regret quant à la forme d’ « intégrale », outre le contenu des trois albums, on a juste droit à deux courtes préfaces de Walter Hill et de Matz… Pas de dossier, ni de carnet de croquis ni de…secrets de tournage, alors que c’est ce genre de bonus qui fait souvent le bonheur des amateurs de ces gros bouquins. Notons aussi qu’ une intégrale petit format de la série existait déjà dans la collection Haute Densité du même éditeur. Peut-être pas essentiel, Du Plomb dans la Tête mérite cependant le détour pour tout amateur de polars (très) dynamiques à la recherche d’un moment de lecture agréable, ou pour les cinébédéphiles désireux de comparer planches et pellicule.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


L'Odysée de Sir Ernest Shackleton Série : Sur les bords du monde

Auteur : Henry - Malaterne - Richez - Frasier

EAN/ISBN : 9782818909836

Prix : 13,90€

Date de sortie : 30/05/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure historique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Bamboo

Collection : Grand angle

Publié le 10/02/2013



Le 5 décembre 1914, Géorgie du Sud, dernière terre habitée avant l’hostile Pôle Sud. Un navire, nommé L’Endurance, quitte le quai avec à son bord vingt-sept hommes sous le commandement de l’explorateur Sir Ernest Shackleton. C’est le cœur chevillé au ventre et l’appel du blanc au fond de leur âme qu’ils partent rejoindre l’Antarctique et traverser pour la première fois le continent glacé ! Mais un froid exceptionnel les rend prisonniers des glaces. Isolés du monde, sans moyen de communication et avec des ressources limitées, ils devront se serrer les coudes pour survivre.



Frasier illustre le scénario de cette expédition comme si lui-même en faisait partie ! Je m’explique, avec son coup de crayon, on ressent les conditions climatiques ainsi que les températures polaires connues par les hommes de l’équipage de l'Endurance. Les couleurs sont sobres et sombres suivant la nuit polaire tombant sur l’expédition. Alors que la fin du premier tome de ce diptyque nous laisse craindre le pire pour l’équipage et le capitaine de l’Endurance, le second tome devrait nous décrire le combat mené par ces hommes afin de rester en vie et de regagner la civilisation. Mention spéciale aux trois scénaristes ayant effectué le découpage de cette aventure. À lire lors des températures polaires pour mieux se plonger dans l’ambiance générale du récit.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


 	Trois mariages et deux enterrements Série : Une tragédie Grecque

Auteur : Bartoll - Nicaise

EAN/ISBN : 9782818909843

Prix : 13.90 €

Date de sortie : 09/01/2013

Nombre de pages : 48

Catégorie : Historique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Bamboo

Collection : Grand Angle

Publié le 10/02/2013



Plus que jamais, Niarchos et Onassis se livrent une lutte acharnée pour la suprématie maritime. Après avoir réussi à se sortir in extremis du piège tendu par le patron du FBI, Hoover, et son beau-frère, Niarchos, Onassis quitte définitivement les Etats-Unis pour s’installer à Monaco, dont il fera le paradis de la toute nouvelle Jet Set. Parallèlement à cette apparente flamboyance, Tina Onassis est de plus en plus lasse des infidélités de son époux, dont la plus notable est la liaison qu’il entretient avec la célèbre cantatrice Maria Callas. Alors que sa soeur entame une procédure judiciaire à l’encontre de son mari, Eugénie, en prise aux crises incessantes de Niarchos et d’un naturel plus fragile, sombre peu à peu dans la dépression et l’alcool...



À travers le destin des deux sœurs Livanos, Bartoll nous présente la lutte acharnée menée par Niarchos & Onassis afin de devenir le plus grand armateur au monde. Une lutte où tous les coups sont permis ! La fidélité exemplaire de ces deux hommes nous permettra de croiser la cantatrice Maria Callas, la veuve du président John Ford Kennedy, la plus jeune héritière du constructeur automobile Ford (Charlotte) etc.… Alors que le destin de ces deux sœurs semblait fait d’or et de paillettes, il va se terminer de la même manière sordide (dépression, alcool & drogue) pour chacune d’entre elles. Les illustrations confiées à Viviane Nicaise (qui a résidé plusieurs années en Grèce) collent parfaitement bien au récit de Bartoll. Un diptyque qui permettra aux plus jeunes de découvrir cette histoire et fera ressurgir des souvenirs aux plus anciens.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec2

varprem2
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination



©BD-Best v3.5 / 2022